Covid-19 : La santé numérique en danger au même titre que la santé physique

Travailler à distance est devenu un standard aujourd’hui.

Si depuis longtemps le monde professionnel a toujours craint les cyberattaques, cette crainte s’est accrue très certainement. En effet, beaucoup de personnes sont obligés de travailler aujourd’hui depuis leur chez soi, et comme nous le savons cela n’est pas fait pour arranger les systèmes d’information, surtout quand on sait que les pirates informatiques sont toujours à l’affût. Autant leur servir sur leur plateau d’argent une porte d’entrée dans votre système.

Cet article va aussi vous intéresser : Le COVID-19 et le Télétravail : une question de sécurité pour les experts

Les pratiques de sécurité longtemps conseiller avant même la pandémie sont toujours d’actualité. Mais le problème majeur reste la discipline les utilisateurs des services numériques. Les particuliers continuent d’utiliser leurs outils personnels dans le cadre du travail quand bien même que cela a été plusieurs fois mentionné comme étant dangereux et peut responsable. Alors comment pourrons nous sortir de cette crise sanitaire sans pour autant laisser des plumes sur l’aspect de la cybersécurité.

En dehors des utilisateurs eux-mêmes, les outils numériques utilisés pour faciliter les échanges à distance dans le cadre professionnel ont aussi montré  ces derniers temps leurs insuffisances. Cela est clair, la sécurité sans faille n’existe pas, mais le problème demeure toujours et semble pratiquement impossible à gérer. l’Internet étant utiliser deux fois plus qu’avant, faudrait-il s’attendre au pire ? « Des millions d’employés dans le monde travaillent actuellement à distance. Ces derniers se tournent alors vers les outils de vidéoconférence pour satisfaire leurs engagements commerciaux mais aussi sociaux.  Mais un tel afflux d’utilisateurs attirera toujours l’attention des chercheurs en sécurité tout comme celle des acteurs malveillants qui cherchent et découvrent ainsi des vulnérabilités sur les plateformes à fort trafic, bien qu’à des fins très différentes. » expliquait Chris Hodson,  le responsable des systèmes d’informations chez Tanium, une plate-forme de service de sécurité. « Ce télétravail généralisé étant apparu de manière non-anticipée, certains employés utilisent alors leurs appareils personnels pour réaliser leur travail. Et c’est là l’un des plus grandes vulnérabilités du réseau d’entreprise. En effet, les entreprises ont agi rapidement pour s’adapter au télétravail, mais peu d’entre elles ont intégré les ordinateurs portables, les tablettes et les mobiles des employés dans leurs programmes de gestion des mises à jour, ce qui pourrait laisser les données de l’entreprise exposées. Même l’attaque la moins sophistiquée peut tirer parti de ces appareils non sécurisés », met-il en évidence.

Pour lutter au mieux contre la cybercriminalité galopante, il va donner quelques recommandations nécessaires pour permettre aux entreprises de limiter le mieux possible en se référant aux problèmes de base que rencontre celle-ci : « Pour que les entreprises puissent opérer en toute sécurité, elles ont besoin d’une parfaite vision de l’ensemble des appareils connectés sur leurs réseaux. Cependant, ces dernières peinent à obtenir une visibilité totale de leurs actifs informatiques.

Notre dernière étude montre que plus de 70 % des responsables informatiques découvrent chaque semaine des postes clients ou des serveurs inconnus. Or, il est impossible de protéger ce que l’on ne peut pas voir. (…) Les responsables de la sécurité et des opérations informatiques doivent s’unir pour réduire les risques. Seule une vision d’ensemble de tous les ordinateurs, applications et données – y compris les machines qui ne sont pas patchées et donc vulnérables, ainsi que leur emplacement, permet d’établir des priorités et d’accorder une attention immédiate aux postes clients exposés.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage