Cyberattaques : l’Organisation Maritime Internationale a été victime d’une attaque informatique sophistiquée

Aucune organisation n’est épargnée par la cybercriminalité en pleine hausse.

Nous apprenons que très récemment, l’organisme chargé de veiller au maritime internationale a été touché par une attaque informatique. Si dans la pratique les conséquences sont censées être minimes, il faudrait s’inquiéter de l’ampleur que prend les choses.

Cet article va aussi vous intéresser : Le gouvernement Australien au prise une cyberattaque massive

L’organisme international a signifié que son système est dorénavant restauré. Mais selon les experts, cet incident informatique aurait pu tourner au vinaigre. En effet il faut signifier que cette structure sous la houlette de l’Organisation des nations unies a sous sa responsabilité plus de 400 milles marins. Des marins qui sont pour la plupart bloqués en mer à cause de plusieurs restrictions liées à la pandémie au covid-19.

L’agence internationale chargée des questions maritimes a été touchée par une attaque dit-on, sophistiquée. Mais plus de peur que de mal, car l’ensemble des systèmes aujourd’hui fonctionne correctement. Pour réussir à contenir le programme malveillant qui était la source de l’incident informatique, l’administration centrale a procédé à la fermeture de certains systèmes clés.

Pour le moment la nature de la cyberattaque n’a pas encore été précisée. Ce que l’on peut dire avec certitude, c’est que plusieurs systèmes et services en ligne ont connu des dysfonctionnements. Par contre, le service de messagerie et la plateforme de conférence ainsi que de collaboration à distance n’ont pas été touché par le problème. Par ailleurs l’Agence internationale n’a pas signifié qu’il y a eu un quelconque vol des données.

Pour régler au plus vite l’incident informatique, plusieurs experts en sécurité de rang mondial ont été dépêché immédiatement sur le terrain pour « restaurer les systèmes dès que possible, identifier la source de l’attaque et améliorer les systèmes d’information », explique l’organisme international. Pour le moment elle n’a fait état d’aucune une enquête ou poursuites judiciaires.

« Les serveurs de fichiers du siège de l’OMI sont situés au Royaume-Uni, avec des systèmes de sauvegarde étendus à Genève. Le système de sauvegarde et de restauration est régulièrement testé », précise l’organisme international. « Pour s’introduire dans les systèmes d’information, les cyberattaquants ont donc surmonté les mesures de sécurité rigoureuses », explique ce dernier.

Comme il a été signifié plus haut, les conséquences d’un tel incident aurait peut-être plus dramatique. En effet, notons que l’organisation maritime internationale a à sa charge la régulation des océans. Elle joue aussi un rôle très important dans la gestion de cette crise sanitaire que le montre avis. Surtout par la gestion de 400 milles marins qui sont bloqués dans leur navire, à cause des mesures barrières imposées par les règles de sécurité dû au covid-19. Si les pirates informatiques avaient réussi à bloquer les réunions, cela aurait pu compromettre les échanges des informations très importantes, voir nécessaire dans la gestion de la crise actuelle.

Cela n’est pas une première pour l’Organisation des nations unies. Les organisations internationales en général sont le plus souvent victimes de cyberattaques qu’elles prennent un malin plaisir à les dissimuler. En 2019, on se rappelle que l’ONU était victime d’une fuite de données impliquant près de 4000 employés. Un incident qui n’a été révélé que 6 mois plus tard par l’organisme international, Cela, sous la pression des médias. Des dissimulations qui peuvent avoir plus de conséquences que les attaques elles-mêmes. Car d’une certaine manière elles réduisent l’ampleur de risque, et les personnes généralement touchées par ce genre d’incident ne prennent pas les précautions qu’il faut pour éviter le retour du bâton.

De façon globale, les cyberattaques se font de plus en plus persistantes. Les pirates informatiques osent de plus en plus, et d’une certaine façon ils ne trient plus leur cible. Partout il estime avoir un quelconque impact, ils en profitent pour semer du désordre. L’on attend toujours la réponse des autorités et des spécialistes.

Concernant les procédures à suivre pour cette attaque informatique, il faut noter que l’Organisation maritime internationale n’a rien signifié pour le moment. L’identité des pirates informatiques demeure toujours un mystère. Pour le moment, l’on est en attente de rapport décrivant l’attaque informatique de long en large. Cela permettra peut-être d’en savoir beaucoup plus. En particulier, sur les raisons qui auraient pu motiver les cybercriminels à s’en prendre à cet organisme en particulier. Même si dans un sens, l’idée du logiciel du rançongiciel est la plus probable.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage