Traçage mobile : le gouvernement Québécois rassure sur la fiabilité la sécurité de l’application

À l’instar de plusieurs pays à travers le monde, le Québec envisage toujours déployer une application de traçage mobile dans le but de contrôler les interactions dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Malgré plusieurs oppositions de la part des spécialistes de la sécurité et des opposants politiques, le gouvernement semble à tenir à son projet. À cet effet, il invite l’ensemble des Québécois à utiliser massivement l’application de traçage.

Cet article va aussi vous intéresser : Traçage mobile : le Québec se dirige de plus en plus vers l’adoption d’une application de suivi

Alerte CoVid a vu bel et bien le jour. Il permettra d’avertir toute personne ayant été en contact avec une autre qui elle est infectée par le virus. Depuis ce lundi, elle est à la disposition des citoyens québécois. Bien sûr son efficacité va dépendre de l’utilisation des personnes ciblées.

« Le ministre responsable de la Transformation numérique [Éric Caire] a regardé l’application sous toutes ses coutures. Il est arrivé à la conclusion que c’est fiable et sécuritaire », a signifié lors d’un point de presse, ce lundi, François Legault.

Le gouvernement donne alors la confirmation qu’il s’investira au maximum pour que l’utilisation de l’application de traçage mobile puisse porter ses fruits. En aidant à réduire au maximum la contamination. On retient tout de même que l’adhésion à l’application de traçage est totalement gratuite. L’utilisation reste anonyme et non obligatoire telle le précise le premier ministre.

Son fonctionnement est basique et ressemble à peu près à ce qui a déjà été fait dans d’autres pays. Lorsqu’une personne reçoit un diagnostic le déclarant positif au covid-19, il entre les formations dans l’application de sorte que toutes les personnes ayant été en contact avec lui il a moins de 2 mètre, sur au moins 15 minutes, pendant les 2 semaines qui ont précédé la notification, sont immédiatement averti.

Bien sûr, cela ne serait fonctionné que si l’application est utilisée par beaucoup de personnes. Un enjeu et non négligeable pour le gouvernement.

« Le nerf de la guerre, c’est l’utilisation. Il faut que le plus grand nombre possible de citoyens téléchargent l’application pour qu’elle soit efficace », précise M. Caire. 

Selon quelques spécialistes de la sécurité informatique, l’application de traçage fourni par le gouvernement québécois présente une infrastructure assez sécuritaire.

« De tous les choix que le gouvernement avait, il s’agit de la meilleure application. Elle a été développée de sorte qu’elle ne récolte pas d’informations sur les gens », note Jean-Philippe Décarie-Mathieu. Mais il précise par la suite que cela ne fait pas dire qu’il n’y a aucun enjeu à ce sujet.

Si le gouvernement n’a pas déployé l’application le plus tôt, comme l’attendaient beaucoup de personnes, c’était pour éviter le maximum de fuite des données personnelles, comme l’explique Steve Waterhouse, l’ancien spécialiste de la sécurité informatique du ministre de la Défense nationale. Il rassure en notifiant que le problème est dorénavant réglé.

Cependant, pour lui le bémol se situe au niveau de l’utilisation du Bluetooth comme technologie centrale de l’application. Le Bluetooth connu du milieu comme étant rempli vulnérabilité mais aussi peu efficace

« C’est mauditement pas efficace pour faire de la mesure de distance », déclare-t-il. « Et ça ne prend pas en considération certains facteurs, comme si les gens portent le masque ou même s’ils se trouvent sur deux étages différents. Ça va donc générer des faux positifs qui vont se présenter pour rien [à des centres de dépistage] », ajoute ce dernier.

Notons par ailleurs que l’application de traçage du gouvernement québécois a été développée sur la base d’un logiciel Open Source. Ce qui signifie que l’ensemble des spécialistes en la matière peuvent avoir accès à son code source en et l’étudier. Ce qui a notamment le mérite de la rendre plus sécuritaire selon certains experts de la sécurité informatique

« S’il y avait eu des brèches de sécurité, elles auraient été détectées depuis longtemps », note Éric Caire, le ministre délégué à la Transformation numérique.

On retient alors que le Québec devient la huitième province du Canada à se doter d’une application de traçage mobile pour lutter contre le covid-19.

Quant aux résultats de cette initiative il faudra attendre encore quelques mois. Tout en espérant que cela ne soit pas et un échec total, comme le fût celui de l’application française.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage