Des attaques informatiques qui ont marqué l’histoire de la cybercriminalité

Depuis des années, on peut facilement observer que les attaques informatiques se sont améliorées.

Les techniques utilisées ainsi que les moyens développés sont d’un tout autre niveau par rapport il y a une dizaine d’années maintenant. Il a 10 ans, pour un particulier être victime d’une attaque informatique était plutôt une hypothèse qu’une véritable éventualité.

Aujourd’hui, cela est un fait et se produit tous les jours. Pour cause, les pirates informatiques savent très bien pourquoi ils fonctionnent ainsi. Le statut de la personne, il faudrait savoir quel est une cible potentielle et de choix surtout. En particulier avec l’hameçonnage et le rançongiciel. Au-delà de tout ceci il faut mentionner le fait que les cyberattaques sont trop perfectionnées et nombreuses. « Le volume des cyberattaques augmente car notre société est plus numérique et plus interconnectée qu’avant. Il y a dix ans, il y avait beaucoup moins d’interconnections entre les ordinateurs, c’était donc moins visible, l’impact était plus local. Aujourd’hui, il ne suffit que d’une fragilité sur un petit élément pour que la chaîne entière soit affectée et qu’un hôpital soit complètement à l’arrêt » expliquait Laura Peytavin, une ingénieure consultante en systèmes de cybersécurité chez l’éditeur de solutions de sécurité informatique Proofpoint.

Cet article va aussi vous intéresser : Attaques informatiques : une riposte contre l’attaque de Microsoft serait en cours

Alors voici pour vous quelques attaques informatiques qui par leur portée et la sophistication ont marqué les actualités en matière de sécurité informatique

1) Stuxnet, le précurseur de la cyberguerre

Stuxnet est virus qui a été mis à jour en 2010. Il fut utilisé pour porter un texte au programme du nucléaire iranien. Il fut introduit dans les systèmes informatiques ciblés à travers l’utilisation de ver informatique qui se présente comme : « un logiciel malveillant qui utilise une vulnérabilité pour s’introduire dans un ordinateur pour essayer des pirater tous les appareils à proximité en utilisant les mêmes vulnérabilités » explique Corinne Henin, une experte en sécurité informatique indépendante.

Stuxnet a été conçu par les services américaine et israélienne. Ce programme malveillant a pu alors effectuée près de 30 000 ordinateurs Iraniens, permettant ici aux Alliés de prendre le contrôle de certaines les infrastructures nécessaires pour le fonctionnement de la centrale d’enregistrement d’uranium. Cela a causé plusieurs dysfonctionnements des outils quitte à ralentir le processus voir des explosions.

« C’est la plus grosse cyberattaque interétatique dont on peut prouver qu’elle est interétatique », note Corinne Henin. « Ici, toutes les preuves ont montré que la NSA était derrière le piratage alors que, dans d’autres cyberattaques de grande ampleur, il est bien plus compliqué d’incriminer un État ou un autre » ajoute cette dernière.

2- Cyberbunker

La BBC déclare en 2013 comme « la cyberattaque la plus importante de l’histoire ». Un incident informatique qui a ralenti de manière ponctuelle l’accès à Internet. Cela à cause d’un conflit entre deux entreprises informatique, Cyberbunker et Spamhaus.

Notons que Spamhaus et une organisation à but non lucratif qui a pour objectif d’apporter son aide à des fournisseurs de courrier électronique en les aidant à filtrer les contenus indésirables et les spams. De son côté Cyberbunker est perçu comme un hébergeur qui prends la responsabilité d’abriter n’importe quel type de contenu sauf bien sûr « hormis la pédopornographie et tout ce qui est lié au terrorisme ». Cependant cette dernière est soupçonnée de souvent héberger des services de spams, de ce fait elle a été placée sur la liste noire de la première. Cela s’est soldé par une vengeance informatique. Spamhaus a vu ses serveurs touchés par une attaque par déni de service. L’attaque a eu pour conséquence le ralentissement total du web

3- WannaCry, le ransomware

Aujourd’hui, c’est sans doute l’attaque informatique la plus célèbre. Ce piratage a eu lieu, du moins a officiellement débuté en 2017 précisément durant le mois de mai. C’est plus de 300 000 ordinateurs dans le monde entier, fonctionnant sur le système d’exploitation de Microsoft c’est-à-dire Windows qui ont été infectés. Le virus à l’origine a connu une propagation figurante, considéré à cette époque comme inédite. « Un groupe de pirates prétendait alors avoir piraté la NSA en dévoilant tous ses outils de l’époque. Et parmi ces outils figuraient une faille de Windows — touchant jusqu’à Windows 10 —, qui a été utilisée un mois après pour créer WannaCry » affirme Corinne Henin.

Il faut noter que beaucoup d’internautes et organisation ont été littéralement contraints de payer la rançon dans le but de pouvoir récupérer leurs données. Les dégâts causés par cette attaque informatique se sont évalués à hauteur de 4 milliards de dollars américains. La France a été le quatrième pays le plus touché par cette propagation de programme malveillant avec près de 20 000 ordinateurs infectés. « Avant, les gens ne prenaient pas forcément conscience du problème. Avec WannaCry, ils ont perdu leurs données ainsi que l’accès à leur infrastructure… » souligne la spécialiste.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage