Facebook et Google, une « menace » pour les droits humains ?

Ces derniers temps, ONG Amnesty International a eu de vive réaction à l’égard des deux géants américains de technologie.

Selon cette organisation non gouvernementale : « L’extraction des données est incompatible avec la notion de vie privée »

Le mois dernier, Amnesty International n’a pas cessé de manifester une forte animosité à l’égard de Google et Facebook. Dans son rapport publié en fin du mois de novembre, l’organisation non gouvernementale a qualifié le modèle économique des géants du numérique qui est « fondé sur la surveillance » comme étant une « menace systémique pour les droits humains ».

Cet article va aussi vous intéresser : Aucun recours collectif n’aura finalement lieu contre Facebook

Or dans un contexte plus large, les différents services proposés par ces entreprises de renommée mondiale sont aujourd’hui indispensables pour des milliards de personnes. Et comme on le sait, la majorité des données personnelles qui sont collectées par le biais de leur service sont en majorité utilisées dans un ciblage publicitaire. Ce qui menace dans un certain sens la liberté d’expression et d’opinion. « Leur contrôle insidieux de nos vies numériques sape le fondement même de la vie privée et c’est l’un des défis majeurs de notre époque en termes de droits humains », a expliqué Kumi Naidoo, secrétaire général d’Amnesty, dans un communiqué. Selon lui, ces deux géants du numérique sont incompatibles avec la vie privée : « Google et Facebook ont progressivement rogné le respect de notre vie privée. Aujourd’hui nous sommes piégés. Soit nous nous soumettons à cette vaste machine de surveillance – où nos données sont facilement utilisées pour nous manipuler et nous influencer – soit nous renonçons aux avantages du monde numérique » déclare t-il.

« L’extraction et l’analyse des données personnelles, dans des proportions aussi gigantesques, sont incompatibles avec les différentes facettes du droit à la vie privée, notamment la liberté de ne pas subir d’intrusion dans nos vies privées, le droit de contrôler les informations nous concernant et le droit à un espace nous permettant d’exprimer librement nos identités », note Amnesty International. Pour l’organisation non gouvernementale, ces données collectées par ces 2 géants sont une « arme puissante » entre de « mauvaises mains ». Elle notera par la suite : « la vaste architecture publicitaire de Google et Facebook est une arme puissante entre de mauvaises mains », parce qu’ « elle peut être détournée à des fins politiques » et dans un sens « laisse le champ libre à toutes sortes de nouvelles stratégies publicitaires aux relents d’exploitation, comme le fait de s’en prendre à des personnes vulnérables qui luttent contre la maladie, les troubles mentaux ou l’addiction ».

Face à ce problème, l’organisation non gouvernementale exhorte les gouvernements à réagir en toute urgence en mettant en place et en faisant « appliquer des lois solides sur la protection des données et en réglementant efficacement les activités des géants de la technologie ».

Face aux critiques de l’Organisation internationale, l’entreprise américaine de divertissement Facebook a voulu se défendre contre ses propos qu’elle juge inexactes. « Le modèle économique de Facebook n’est pas, comme le suggère votre synthèse, axé sur la collecte de données des personnes », notifiait Facebook en réponse à un résumé du rapport d’Amnesty. « Comme vous le relevez de manière correcte, nous ne vendons pas des données, nous vendons des publicités ».

Le patron et fondateur de Facebook Mark Zuckerberg a de son côté aussi exigé une réaction de la part des gouvernements en vue de réguler la gestion des données personnelles des telle sorte qu’elle ne soit pas totalement ou partiellement délaisser entre les mains de structures privées.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage