La cybersécurité à l’épreuve du télétravail en période de coronavirus

Les défis auxquels sont confrontés aujourd’hui les experts de la sécurité informatique sont nombreux.

Plus nombreux qu’avant dans un contexte où, les agents de l’Internet et du numérique s’est accrue considérablement. Selon une étude menée par Dimensional Research, publier aussi par Check Point® Software Technologies Ltd., Les pirates informatiques et autres cybercriminels, profitent au maximum de la situation liée coronavirus, qui contraint les entreprises à modifier le mode de fonctionnement sur toi tu ranger le télétravail. De façon claire les cyberattaques ont augmenté un terme d’intensité.

Cet article va aussi vous intéresser : Protéger le télétravail : Quelles règles de sécurité à appliquer pour sécuriser son entreprise ?

Ce qui rend la tâche plus difficile aux professionnels. « Les cybercriminels chercheront toujours à tirer parti des dernières tendances pour tenter d’améliorer le taux de réussite de leurs attaques. La pandémie du coronavirus a entraîné un véritable déluge d’informations, ainsi que des changements spectaculaires dans les pratiques de travail et les technologies utilisées par les entreprises. La surface d’attaque de nombreuses entreprises a ainsi augmenté de manière significative et compromet leur sécurité » expliquait Rafi Kretchmer, responsable du marketing produit chez Check Point. Par la suite, il ajoutera par la suite : « Pour assurer la sécurité et la continuité des activités dans cette situation évoluant rapidement, les entreprises doivent se protéger à l’aide d’une architecture de sécurité holistique de bout en bout. Il s’agit de garantir des connexions accessibles et fiables entre les réseaux d’entreprises et les appareils distants 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, faciliter la collaboration et la productivité entre les équipes, les réseaux et les bureaux, et déployer une protection robuste contre les menaces et les techniques de cybercriminalité avancées à tous les points du réseau de l’entreprise. »

Selon les résultats de l’étude, Dimensional Research, on peut quand même noter ceci :

 – l’augmentation des attaques informatiques liées au coronavirus ou liées à la thématique a été signalée par 71 % des professionnels de la sécurité.

 – parmi ces attaques, le phishing prend la tête avec 55 pourcents des signalements. en deuxième position nous avons  les sites web malveillants qui constitue à peu près 32 % des signalements, et 19 % sont réservés aux logiciels de rançonnage.

– 95 % des individus interrogées ont signifié une augmentation conséquences des défis liés à la cybersécurité, depuis la propagation du coronavirus. Près de 55 % des personnes interrogées ont signifié la nécessité d’accroître le cadre sécuritaire du travail à distance.

Ce résultat ne décrit rien de nouveau. Cependant, il confirme bel et bien la situation dans laquelle nous nous trouvons. Cette situation qui interpelle depuis maintenant 2 mois maintenant tous les professionnels et particuliers et même les responsables d’entreprises des institutions publiques. Le coronavirus favorise la cybercriminalité. Et la croissance au continue pour la cyberdélinquance qui en profite au mieux. Dans ce contexte un apport significatif de tous les acteurs est essentiel. Par acteur, on fait allusion au fabricant de technologie, aux éditeurs d’application, autorité de régulation mais aussi les acteurs finaux qui jouent un grand rôle dans ce circuit.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage