La police de l’Écosse s’intéresse au piratage des smartphones

La police Ecossaise vient de faire une acquisition assez particulière.

En effet, équipée de 41 machines de Cellebrite, ces appareils ont la possibilité de s’introduire dans les smartphones et d’y découvrir leurs contenus. La police écossaise a pour objectif de s’en servir sur les suspects et les témoins.

Cet article va aussi vous intéresser : Et si votre smartphone vous espionnait ?

Une présentation vidéo, les policiers écossais mettent en évidence le processus de garantie de la vie privée lors de l’usage de cette technologie. Selon la firme qui est à l’origine de ces machines, Cellebrite, cette technologie serait en mesure de dévoiler le contenu de n’importe quel smartphone. Ce qui semble clairement surréaliste. Cependant, on peut se rendre compte que les institutions publiques ont désormais cette tendance à vouloir toujours mettre à nue les contenus des terminaux mobiles qui pour la plupart sont cryptés. Pour cela, leurs équipements en matériels de piratage de mobiles ont connu une croissance assez significative.

Alors, nous prenons le cas de la police écossaise qui a décidé d’investir environ 600 000 € dans l’acquisition de matériel de piratage de mobiles. 41 machines en tout, destiné au piratage. Une vidéo permet de se rendre compte de l’usage que cette police compte faire de ces machines sur le long terme. Ces machines fonctionnent sur la base d’un système denommé « Cyber Kiosk », qui a été conçu par une société israélienne spécialisée dans le piratage informatique dénommé Celebrite. Le système dont on parle ici est beaucoup utilisé à travers le monde, Notamment par la police fédérale américaine, lors de l’enquête qui s’en ai suivi après la fusillade de sans Bernardino en 2015, ce qui a permis d’avoir accès aux contenus du terminal, (un iPhone 5c) d’un des coupables du drame. De son côté, la police écossaise a mis l’accent sur la protection de la vie privée lors de l’usage qui sera fait de ces technologies de piratage.

Comme on le sait dans le cadre d’une enquête policière, la police écossaise a expliqué qu’elle pourra confisquer le téléphone portable de l’accusé ou du suspect. Mais cela y va aussi pour de simples témoins. Ils pourront alors utiliser l’interface Cyber Kiosk, qui leur permettra d’accéder à certains contenus bien déterminés se trouvant dans les mobiles confisqués. Si ces contenus ne seront pas enregistrés, toute la procédure elle sera sauvegardée pour permettre de suivre l’activité des agents qui seront habilités lors l’opération. Dans l’éventualité de la découverte d’un élément permettant de faire avancer l’enquête, le mobile étudier sera automatiquement transmis à un autre service qui sera spécialisé à ce niveau d’investigation. En ce qui concerne des autorités policières de l’Écosse, cette technologie va permettre d’accroître le résultat des enquêtes en les rendant plus rapides et plus efficaces.

Sur le coup une autre question se pose, le dispositif dont on parle ici est-il réellement en mesure d’accéder au contenu de n’importe quel smartphone peu importe la marque ?

Si la vidéo de présentation dévoilé par la police écossaise ne montre pas clairement le déverrouillage ou le piratage d’un iPhone par exemple, la société israélienne Cellebrite assure qu’il est bel et bien en mesure de dévoiler le contenu de n’importe quel mobile. Et il en serait de même pour son concurrent qui fut utilisé jadis par le FBI, GrayKey.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage