Les centres hospitaliers sont à leur tour la cible de cyberattaques dans le Nord-Américain

Ces 3 derniers mois ont été assez intenses et prolixe en fuite de données de tout genre et en cyber attaque.

Selon différentes analyse, les prochaines structures qui risquent d’être visées par les cyberattaques au Canada aux États-Unis seraient des institutions hospitalières. C’est une question de sécurité mais aussi de santé à ce niveau. « Je pense que la prochaine grosse nouvelle, ce sera un centre hospitalier qui va avoir les lumières fermées, et on ne pourra pas servir des gens », avait affirmé un expert en Cybersécurité du réseau de la santé, dans l’anonymat.

Cet article vous intéressera aussi : Les pirates informatiques contre les établissements de santé Français

Pour Steve Waterhouse, PDG de la structure spécialisée en cybersécurité, Cytelligence : « Le danger est réel ».

Les différentes de fuites de données qui ont frappées plusieurs institutions canadiennes ou encore américaines affectant directement les canadiens (on parle ici de revenu Québec, de Desjardins et Capital One) laisse présager que d’autres attaques cybernétiques du même genre sont à prévoir. Aussi le domaine de la santé semble être celui qui offre le plus de potentiel pour cela. Certaines personnes du domaine de la cybersécurité réclament que plus de sécurité soit apportée au réseau dans son ensemble.

Comme le mentionnait une source proche des institutions médicales : « Le dossier le plus sensible que tu ne veux partager avec personne, c’est ton dossier médical (…) On n’est pas à l’abri de ça. Si une infirmière ou un médecin (…) qui a des accès élargis décide d’aller chercher des dossiers de patients et de les vendre sur le dark web, il va pouvoir le faire ». Avis totalement conforme à celle de Daniel Bouffard, vice-directeur des services au centre intégré université de santé et les services sociaux d’Estrie.

De toute manière cela ne sera pas une première car depuis quelques années déjà, plusieurs Structures de santé ont été victimes de cyberattaque. on se rappelle même du cas de l’institution française durant le mois de mai dernier.

Et même en 2017 en raison de l’attaque du virus wannacry, qui a affecté mondialement les structures de santé, les tests de santé avait été stoppés et même repris à nouveau pour plus de sécurité concernant les tests déjà effectués. On sait que l’intérêt du piratage informatique sur l’espionnage en vue de savoir quelle avancée scientifique les institutions seraient parvenues. Ensuite le but pourrait être aussi de falsifier les tests médicaux dans l’optique de faire du tort a des patients particuliers patient ou encore discréditer les institutions visées.

Une des attaques les plus pertinentes auxquelles pourrait être confrontées les institutions de santé en particulier les hôpitaux ou des services spécialisés est bien sûr le rançonnage. En effet les pirates prennent souvent le malin plaisir de prendre contrôle des services informatiques, des hôpitaux sachant que cela est très délicat. De la sorte en tenant compte de la pression et l’inquiétude des patients les gens sont amenés à payer pour pouvoir libérer leur système.

Pour guider. Guy béguin, professeur d’informatique, les hôpitaux ne sont pas suffisamment sécurisés et la protection des systèmes informatiques ne sont pas réellement une des priorités des autorités de santé. « On entend tellement de priorités… qu’il faut s’occuper des gens d’abord, des salles d’attente… C’est sûr que la sécurité de l’information passe loin, loin dans les priorités (…) Il va suffire d’une attaque pour nous amener à cette réflexion-là. »

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage