Les dangers du télétravail face à l’ingénierie sociale

Aujourd’hui le maître mot sur le plan professionnel est le télétravail ou la collaboration à distance.

Une grande partie des sociétés à travers le monde entier ont adopté ce modèle pour être en mesure de répondre à un besoin qui se faisait sentir lors de confinement.

Cependant, la popularité du télétravail a aussi accru les risques liés aux incidents informatiques. La forme qui le prend, travailler à distance est aujourd’hui devenu quelque chose de bien risqué, quand bien même que cela est tendance. Car dans une certaine mesure le danger est partout. Une petite erreur de jugement, une mauvaise manipulation, un choix non judicieux, c’est tout un système qui est mis en branle. Comme le signifie Anu Bourgeois, professeur d’information à la Georgia State University : « Tout le monde est devenu vulnérable à ce moment-là ».

En effet, les protocoles de sécurité lorsqu’il y a des protocoles, ne sont pas respectés à la lettre. C’est le problème de formation et de maîtrise des domaines et risque cyber est toujours d’actualité. Avec le piratage de Twitter, l’ingénierie sociale est devenue d’actualité comme un risque à ne pas négliger. De ce côté-là fraude au président, reste la pratique la plus courante. Pour réussir leur coup, les cybercriminels vont prendre du temps pour analyser chaque élément essentiel pour usurper l’identité de la personne qui le permettra de tromper le maximum d’employés. « Les individus récupèrent des données en vente sur le dark web ou sur les réseaux sociaux. Une fois qu’ils détiennent les informations, le jour où le président est en vacances, ou absent, ou injoignable, ils appellent un membre de l’entreprise, un ou une assistant(e), comptable ou autre en se faisant passer pour le président, en faisant croire que c’est lui au bout du fil et en ordonnant de faire un virement vers des pays ou des comptes d’où l’argent ne revient évidemment jamais », explique dans le fond, Fred Raynal, qui ne cesse de mettre en évidence que cette pratique est certes négligées mais très répandue depuis ces 6 dernières années. « Le social engineering : peu coûteux, ne nécessite pas de gros moyens matériels, s’appuie sur la psychologie et les ressorts cognitifs ».

Dans ce genre de pratique, il est beaucoup plus mis en avant l’aspect psychologique plutôt que l’aspect technique. Les individus les individus concernés c’est-à-dire les cybercriminels, vont usurper l’identité d’une personne importante. Et cela à plusieurs reprises pour créer des relations de confiance. Ceci est une manipulation. « La perception du risque agit sur le comportement et joue un rôle prépondérant sur le processus de décision de l’individu. Considérant que le risque est faible, un individu ne procédera pas au traitement de l’information de manière aussi rigoureuse que s’il considérait le risque élevé », souligne David Castonguay, de l’Université de Montréal. « Nous ne sommes pas du tout sûr de la technique au sens informatique, mais bien sur un domaine des neurosciences. Le marketing, les grandes surfaces utilisent les neurosciences également. Les applications ne manquent pas », note de son côté le président de Quarkslab.

Dans ce contexte le sociologue Pierre Bourdieu observe : « les gouvernants ont aujourd’hui besoin d’une science capable de rationaliser, au double sens, la domination, capable à la fois de renforcer les mécanismes qui l’assurent et de la légitimer. Il va de soi que cette science trouve ses limites dans ses fonctions pratiques, aussi bien chez les ingénieurs sociaux que chez les dirigeants de l’économie. Elle ne peut jamais proférer de mise en question radicale. ».

En outre, l’ingénierie sociale qui à l’origine est une pratique plus sophistiquée, il n’en demeure pas moins qu’elle est efficace. Le cas du piratage de twitter est là pour nous le rappeler. Et derrière cela on s’aperçoit que d’autres problèmes se manifestent. « Cela révèle d’ailleurs un autre problème, et d’une manière générale, c’est celui de qui a accès à nos données ? Nous n’avons aucun moyen de le savoir. Il y a un autre problème : technologiquement aujourd’hui, on sait stocker des données chiffrées. On peut le faire sans souci dans le Cloud. Mais tant qu’elles sont chiffrées, on ne peut pas les déchiffrer. Donc à un moment, il faut que ces données soient déchiffrées, et la question, c’est qui les déchiffre, et où les déchiffre-t-on ? Est-ce sur les serveurs de Twitter, Salesforce ou Doctolib par exemple ? »

En tout cas de cause, le profil des coupables n’a pas encore été déterminé. On hésite entre affirmer que c’est un groupe de cybercriminels, d’un État ou une personne esseulée. Pour Fred Raynal, cet incident « est l’œuvre d’individus malins, qui ne répondaient pas qu’à des considérations techniques. Ils ont dû se demander quel était le meilleur moyen de faire une arnaque au Bitcoin, et se dire ensuite que c’était en s’emparant de gros comptes. Ils ont tout simplement été pragmatiques ». De son côté, le fondateur de Quarkslab reste sceptique. Pour lui, toutes les éventualités doivent être envisagées. « Ça peut être simplement un groupe d’arnaque au Bitcoin désireux de revendre les données d’un Elon Musk à des tiers, ou des gouvernements qui veulent accéder à des données de personnalités parce qu’ils les jugent d’intérêt et veulent les suivre d’un peu plus près car, plus on a d’informations sur une personne, plus c’est facile de l’attaquer », s’interroge-t-il. « Si c’est un gouvernement qui a fait ça, le fait de mettre des Bitcoin peut avoir servi de leurre pour masquer d’où cela vient. On peut imaginer aussi une société ou un ensemble de sociétés privées qui veulent accéder à des choses et veulent cacher le but de leur opération ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage