StopCovid : l’application de traçage lancée dans les jours qui viennent

Pour l’application de traçage mobile initiée par le gouvernement Français, StopCoviD, les préparatifs ont atteint la phase finale.

Validé par toutes les autorités compétentes à la matière, notamment la Commission Nationale de l’Informatique et des libertés, l’ARCEP, ou encore le parlement, d’ici quelques jours, ce programme informatique sera déployé et mis à la disposition du grand public. Alors certaines informations doivent être élucidé sur cette appli, qui semble jouer un grand rôle dans le programme de déconfinement du gouvernement.

Cet article va aussi vous intéresser : StopCoviD, le déploiement de plus en plus polémique

Comme le décrivait le ministre Édouard Philippe le 28 mai, concernant la phase du déconfinement : « StopCovid est un outil complémentaire au travail des équipes de suivi (traçage) des contacts ». Et le fait tout le parlement français est donné son accord pour le déploiement officiel de l’application, le gouvernement se donne les moyens pour réussir son pari. Dans ce contexte, Édouard Philippe exhorte : « J’invite les concitoyens à l’utiliser pour se protéger et protéger les autres ».

Le déconfinement étant quelque chose qui s’est imposé pratiquement au gouvernement, ce dernier ne pouvait pas nier la peur d’une deuxième vague épidémique, et cela est de même dans plusieurs autres États à travers le monde. Alors l’utilisation de l’application va répondre besoin de retracer les différentes interactions entre les personnes après les déconfinement, de sorte à pouvoir repertorier les personnes qui seront testées positives, ainsi que d’autres avec qui elles auraient pu avoir un contact. Le secrétaire d’État au numérique, Cédric O note à propos de StopCoviD, comme étant le moyen de « prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif afin de pouvoir se faire tester soi-même et si besoin d’être pris en charge très tôt, ou bien de se confiner. ».

Quand il était mentionné plus haut, le gendarme des données personnelles et des droits du numérique, la Commission Nationale de l’Informatique et des libertés a déjà validé le projet. Le 25 mai dernier, le ministère des armées annonce avoir déjà procéder à un test de l’application auprès des 60 soldats, l’objectif étant de « vérifier son fonctionnement et mesurer, en conditions réelles, les résultats de la détection de proximité dans différentes situations. ».

Concernant le principe de son fonctionnement, l’application devra être installé sur le smartphone de la sorte, lorsqu’un individu possédant un smartphone sur lequel est installé l’application rencontre une autre qui possède un smartphone du même genre, une interaction se crée. De sorte que, si l’un de ces personnes revenaient à être détectée comme positive au coronavirus, l’autre sera immédiatement informée et conseillé d’observer certaines mesures de sécurité. Mais pour que l’alerte puisse être transmise convenablement, la personne qui est positive doit accepter que cette information soit transmise. Bien sûr l’anonymat est respecté. L’identité de la personne ne sera pas révélée, seulement que les personnes concernées recevront des notifications qui leur avertiront avoir potentiellement rencontrer une personne contaminée. Pour la question de l’anonymat, de son côté, le premier ministre Édouard Philippe indiquait ceci : « Nous avons pris toutes les garanties nécessaires pour que StopCovid respecte les données personnelles et de vie privée de ceux qui l’utilisent, son utilisation sera anonyme. ». L’autorité administrative de la protection des données, en particulier Marie-Laure Denis, la présidente de la CNIL explique que StopCoviD : « respecte le concept de protection des données dès la conception, car l’application utilise des pseudonymes (générés automatiquement) et ne permettra pas de remontée de listes de personnes contaminées. ».

En outre, il faut noter que l’utilisation de l’application StopCoviD et totalement volontaire. Aucun citoyen français n’est obligé de l’installer sur son smartphone. « Un véritable volontariat est la meilleure garantie du respect du Règlement général sur la protection des données (RGPD) ». Indique Marie-Laure Denis. Elle insiste par ailleurs sur la nécessité d’avoir le consentement des utilisateurs sur plusieurs points dont : « Quelles données sont utilisées, par qui, avec qui sont-elles partagées, pour quelle finalité, pour combien de temps. Il faut veiller à ce qu’il n’y ait pas de case précochée. ».

Pour conclure, il faudrait noter que StopCoviD n’est pas une application unique en son genre. Plusieurs États à travers le monde ont initié ce genre de programme. En particulier la Corée du Sud, la Chine même quelques États européens. La Commission Nationale de l’Informatique et des libertés pour exemple, application de traçage mobile utilisé par l’État de Singapour : « Une application identique à StopCovid : TraceTogether est déjà utilisée à Singapour. Elle enregistre les rencontres entre deux personnes dans un rayon de deux mètres. Les données sont conservées, de manière chiffrée, pendant 21 jours sur le téléphone. Le ministère de la Santé peut y accéder sur demande pour identifier les personnes ayant été en contact » mettait en évidence l’autorité administrative indépendante.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage