Archives par mot-clé : fichiers

Qui est le champion en matière de sécurité informatique des institutions de santé ?

Suite à un rapport rédigé par PEAK Matrix™, une agence reconnu pour ces classements au plan mondial, et publié par  l’Everest Group, le prix de la meilleure société à l’international en matière d’offre de service au niveau de la cybersécurité des institutions de santé est l’entreprise britannique Wipro Limited. Selon les analystes, Wipro est devenu facilement leader dans ce domaine grâce à ses différents investissements dans le milieu de la sécurité informatique. Et cela a permis de développer un ensemble de portefeuilles de cybersécurité le temps de fournir aux institutions de santé une grande marge de manœuvre dans la transition numérique. Et cela en toute sécurité.

Cet article va aussi vous intéresser : Des millions de données médicales encore dérobées

À toutes fins utiles, il faut noter que le classement mettait en compétition 13 fournisseurs sur le plan international, dans le domaine de sécurité informatique ciblé exactement sur le secteur de la santé. Et cela a été fait en tenant compte de certains de certains critères développés par l’agence de classement PEAK Matrix, de l’Everest Group. Parmi ces critères il y avait l’impact commercial des offres de chaque fournisseur.

Interrogé, juste après la publication du classement, le vice-président principal et directeur mondial de Healthcare and Services Vertical chez Wipro Limited , Mohd Ehteshamul Haque affirmait ceci : « Intégrant plusieurs environnements cloud, notre plateforme de cyberprotection innovante a, chez nos clients du secteur de la santé, amélioré les opérations de sécurité, de surveillance sécuritaire, et de gouvernance des risques lors de leur migration vers le cloud. Notre écosystème de partenariat nous a permis de co-innover pour différencier nos capacités de vérification et de validation, ce qui nous a donné la flexibilité d’offrir des modèles de tarification basés sur les résultats obtenus par nos clients. Notre rang de « leader » souligne le succès de notre stratégie dans ce segment. ».

Du côté de l’Everest Group, c’est à la vice-présidente, Chunky Satija, de déclarer : « Avec l’augmentation des violations de données et des problèmes liés à la confidentialité des données patients, les organisations de soins de santé ont compris que la sécurité n’est pas seulement un risque informatique, mais un défi commercial majeur. Confronter ces problèmes est rendu plus difficile par le cloisonnement des données, une pénurie de talents en sécurité et une incapacité à sensibiliser efficacement les employés pour établir des contrôles de sécurité omniprésents. Son investissement dans la propriété intellectuelle interne, une solide structure d’engagement basée sur le conseil et la gestion des talents, couplé à sa capacité à relever les défis sur le terrain, ont permis à Wipro de renforcer sa réputation auprès des sociétés de soins de santé à la recherche d’un partenaire stratégique de services de cybersécurité. »

Concernant La société Wipro Limited (NYSE : WIT, BSE : 507685, NSE : WIPRO), c’est une multinationale qui fonctionne dans le secteur des technologies de l’information, mais aussi dans les offres de prestations diverses dans tel que le domaine du suivi et de l’encadrement.  Cette géante gère une ressource humaine de plus 175 000 personnes, pour une clientèle dispersée à travers le monde entier.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Le danger des fichiers audios

Les attaques informatiques se multiplient de plus en plus.

Il est littéralement impossible de passer une minute sans une nouvelle attaque informatique quelque part dans le monde. Et cela, peu importe les personnes ou la structure visée. Les Pirates Informatiques continuent de se développer et souvent acquièrent des compétences et outils qui le permettent de prendre de la distance à l’égard des professionnels de la sécurité informatique.

Cet article va aussi vous intéresser : Des programmes malveillants cachés dans mes fichiers audio

Grâce à cette nouvelle méthode de la stéganographie, il n’y a pas seulement que les images qui posent souvent les problèmes en matière de sécurité informatique, mais nous avons aussi le problème des fichiers audio qui sont désormais porteurs de programmes malveillants. Il faut le noter, cette manière de dissimuler les programmes malveillants est devenue de plus en plus usitée par les cybercriminels durant cette dernière décennie.

La stéganographie moderne se définit comme étant un art qui va permettre de dissimuler une donnée informatique en utilisant une autre comme support. Mais les programmes malveillants ont existé depuis le début du monde de l’informatique tel que nous le connaissons. Leur objectif n’a pas du tout changer. Cela consiste à simplement et nettement porter atteinte aux données personnelles et professionnelles des utilisateurs des services informatiques. Alors que la stéganographie n’est qu’une technique qui a commencé à se développer durant les débuts des années 2010. Si avant on était convaincu que les fichiers images pouvaient dissimuler des programmes malveillants, dorénavant c’est avec certitude que l’on confirme que les fichiers audio aussi participe à cela. Apparemment c’est le format audio WAV qui sera le plus couramment utilisés pour cette procédure de dissimulation de virus. De surcroît, il est mentionné que cette nouvelle technique permet aisément de contourner sans faire beaucoup d’efforts les systèmes de sécurité qui veillent aux autorisations relatives au multimédia, car ce qui fait leur force, c’est qu’ils sont des fichiers non exécutables.

Il y a aujourd’hui deux rapports publiés par des spécialistes qui décrivent nettement cette nouvelle forme de stéganographie. Le premier rapport est l’oeuvre de la firme de cybersécurité américaine Symantec. Il est expliqué dans ce rapport, que ce modèle de la stéganographie est beaucoup utilisé par des espions russes connus sur le nom de « Waterbug » ou « Turla ». Ce groupe de pirates etait connu avoir pour activité principale l’infection de plusieurs serveurs, par le transfert de plusieurs programmes malveillants camouflés derrière des fichiers WAV.

Le second rapport a été édité par Josh Lemos, le vice-président de la branche recherche de BlackBerry Cylance qui a noté la découverte de plusieurs fichiers audio de type WAV, dans le cadre d’une propagation logiciel de crypto minage dans le but de générer de la monnaie cryptographique.

A la question de savoir si les virus cachés dans ses fichiers audio pourraient présenter une menace sérieuse, plusieurs spécialistes ont assuré que  avec les compétences dont disposent les pirates informatiques actuels, il faut bel et bien craindre le pire pour ne pas être surpris. Cependant il faut reconnaître que cette méthode n’est pas véritablement au point de sorte à constituer un véritable danger pour l’instant. Car pour être en mesure d’utiliser le programme malveillant Dont il est question, il faudrait d’abord extraire le virus du fichier audio. Ce qui va exiger de la part des pirates informatiques d’avoir dans les terminaux de leur victime une application installée qui leurs permettront de faire cette extraction.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



La Banque Nationale des îles Caïmans, victime d’un piratage informatique et d’une fuite de données

La banque nationale des îles Caïmans a été victime piratage informatique qui a conduit à une diffusion de plusieurs données relatives à sa clientèle.

Cet acte criminel est le fait d’un groupe de pirates informatiques qui ont été baptisés sous la dénomination de Distributed Denial of Secrets (DDOS), en français Déni Distribué des Secrets. SELON LES MÉDIAS, ILS SE SONT RENDU COUPABLE DE VOL D’UNE CENTAINE DE GIGAS des données provenant des serveurs de la banque.

Cet article va aussi vous intéresser : 90 000 clients de MasterCard piratées et des données personnelles dérobées et publiées

Ce groupe de pirates affirme avoir pour objectif de créer un cercle de libre transmission de toutes les données à caractère général refermant un intérêt public. « Nous visons à éviter toute tendance politique, d’entreprise ou personnelle et à agir comme une simple balise de diffusion d’informations disponibles, indique le DDOS. En tant que collectif, nous ne soutenons aucune cause, idée ou message autre que de garantir que les informations soient disponibles pour ceux qui en ont le plus besoin. ». ce groupe depuis 2018 s’est lancé dans cette quête visant à rendre public tout type d’informations pouvant faire du bruit, comme ce fut le cas avec la diffusion des données important de la NSA.

Parmi les informations qui ont été dérobés à la banque nationale des îles Caïmans, on pourrait compter environ 600 000 courriers électroniques, plusieurs centaines de documents administratifs, et au final un manifeste signé par les pirates du DDOS. même si le manifeste fait référence a des difficultés liées à la société à la politique, il se pose un problème de contradiction quand on lit le message de début. En effet le groupe de pirate c’était penché sur le cas d’un anarchiste informatique du nom de Jérémy Hammond, qui aurait été condamné et emprisonné pour avoir participé au piratage et à la divulgation de données provenant de la société Stratford. Ce dernier aurait purgé sa peine pourtant à 10 ans de prison, et aurait même plaider coupable dans le but d’éviter toute coopération avec les autorités de la justice, pour ne pas être obligé de dénoncer ces confrères.

Parmi les documents publiés par les pirates informatiques, certains faisaient cas d’environ 3000 comptes offshores appartenant à des entreprises et à des individus. il y avait de nombreux comptes bancaires qui étaient basés dans plusieurs zones géographiques tel que l’île de Man (île située entre l’Angleterre et l’Irlande du Nord), le Chypre, le Belize, le Gibraltar, et et les caïmans. on se retrouve alors face à un second Panama Papers. Mais ce qui semble aussi étonnant, c’est que le compte Twitter du groupe de pirate soit toujours actif, aucune autorité n’a jugée bon de demander sa fermeture ou même l’exiger.

De son côté, la banque fit une déclaration qui confirma bel et bien le vol mais donne certaines précisions : « La Banque Nationale Cayman (Île de Man) Limited, ainsi que sa société sœur, Société Cayman National Trust (Île de Man) Limited, ont été victimes d’un piratage de données (…) Toutes les opérations du Caïman National dans les îles Caïmanes, y compris CNB, sont des opérations distinctes et distinctes de la banque de l’île de Man. Les deux banques ne partagent pas les mêmes systèmes, bases de données, informations client ou plates-formes de messagerie. Le vol ne concerne que les sociétés Caïman National Bank (Île de Man) Limited et Cayman National Trust Company (Île de Man) Limited et ne porte pas atteinte à CNB ni à aucune autre opération aux Îles Caïmans. ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Et si le PDF crypté n’était pas si sécurisé que cela ?

Généralement quand nous avons un document en format PDF, il nous arrive des fois de vouloir le crypter pour le conserver à l’abri de regard indiscret.

Cependant il s’avère que cela ne soit plus la solution idoine.

Cet article va aussi vous intéresser : Les meilleurs logiciels de cryptage en 2019

Des spécialistes de la cybersécurité, suite à des recherches ont découvert que la norme du format PDF le rend vulnérable à certaines failles de sécurité dénommé « PDFex ». Il se pourrait que tous les programmes lecteurs de format PDF soient concernés par cette faille de sécurité.

On sait tous que le format PDF intègre déjà de façon standard des schémas de cryptage. Cette fonctionnalité originaire a pour but d’assurer que le fichier soit confidentiel tout en ayant la possibilité de le décrypter via c’est un lecteur spécial, et aussi d’éviter certaines méthodes de déchiffrement qui ne serait pas adaptées.

Toutefois, les fonctionnalités natives pour le standard PDF ne sont pas si robustes que cela. Leur faiblesse a été démontré par 6 spécialistes en sécurité informatique de certaines d’universités allemandes, (Ruhr ; Bochum ; de Münster…). Ils ont tout simplement de voir qu’il était possible d’activer un ensemble d’attaques Informatiques permettant de décrypter un PDF chiffré. Et selon la méthode utilisée, il ne consistait pas à dévoiler le mot de passe mais simplement profiter de la faille de sécurité pour dévoiler le contenu du PDF.

La première fois consistant dans le fait que le chiffrement natif ne concerne pas véritablement tous les documents. De ce fait, tout pirate informatique avait la possibilité de modifier le document en y insérant d’autres éléments tels que un lien externe, un formulaire ou même un code JavaScript.

De la sorte lorsque l’utilisateur principal ouvre le fichier PDF, il commet par cette action le geste essentiel pour transmettre le contenu des documents au pirate informatique.

Il était constaté dans l’analyse des chercheurs que ce genre de violation en touche environ 6 entreprises sur 10. Le plus terrible dans cette histoire, c’est que tous les lecteurs de fichiers PDF on commence à prendre en charge les fichiers partiellement crypter.

La seconde faille de sécurité est relatif au mode de chiffrement CBC pour Cipher Block Chaining, traduction en français qui donne enchaînement des blocs. On se rend compte que la plupart des lecteurs PDF n’ont pas cette fonctionnalité qui permet de vérifier l’intégrité des fichiers qu’ils sont sensés lire. Ce qui fait que des pirates peuvent s’attaquer au contenu des fichiers directement dans la partie chiffrée cette fois ci.

Pour réaliser ses exploits, les hackers se servent de certains outils appelés « gadgets CBC » qui vont les permettre d’ajouter certains éléments essentiels pour réaliser leur piratage et accéder Ainsi au fichier à distance. Les tests effectués sur les 7 lecteurs répartis entre différents types d’applications externes comme Acrobat Reader DC, foxit Reader et Nitro pro, ou des lecteurs intégrés aux navigateurs tel que Firefox opera Mini safari et Google Chrome. La conclusion est la même. Tous les lecteurs sont vulnérables sans exception.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Récupérer ces données effacées : quelles applications utilisées

Il arrive à chacun de nous où il est arrivé à chacun de nous une fois d’effacer des fichiers importants sans le faire exprès ou même d’effacer des fichiers et en avoir besoin plus tard.

Alors on se demande comment récupérer ses fichiers. Existerait a-t-il des applications permettant de faire revenir des fichiers effacés ? Alors on peut répondre par oui et par non en même temps.

Cet article va aussi vous intéresser : Effacer ses données en toute sécurité : 5 applications que vous pourrez utiliser

En effet il y a certains cas où il est possible de récupérer les fichiers effacés. Mais dans d’autres cas, il ne le fait pas du tout. Parlons du second cas.

Quand vous utilisez une application spéciale dans le but d’effacer toutes vos traces sur un terminal, une application telle que Eraser par exemple, il serait impossible de récupérer les fichiers effacés. En effet ce genre d’applications, ont pour but de détruire de façon définitive toute trace numérique que l’utilisateur voudrais effacer.

Donc avant d’utiliser ce genre d’application, posez-vous la question de savoir si effectivement vous n’aurez plus besoin des fichiers que vous venez supprimer. Il y a encore un autre cas où il est impossible de récupérer les fichiers effacés. C’est le temps. En effet il sera difficile de récupérer un fichier qui a été effacé depuis bien longtemps par exemple une semaine ou un mois.

Ça sera un leurre que de vous dire que cela est possible. Cependant si l’effacement ne date que par exemple d’un jour ou 2, il est bel et bien possible, si vous n’avez pas utilisé l’application de suppression définitive. Et pour cela nous allons vous proposer des applications vous permettant de récupérer vos données effacées.

1. Recuva

Créer par le même éditeur que l’application d’optimisation Windows, CCleaner, Recuva et une application gratuite avec une interface utilisable en français. Disons-le, c’est la star de logiciel de récupération. Peut-être même que vous en avez déjà entendu parler. Cest un logiciel qui ne souffre pas d’entretien, car il est régulièrement mise à jour par ses éditeurs. Un autre point fort du logiciel, c’est qu’il possède une option d’effacement sécurisé. Ce qui semble paradoxal car d’un côté il récupère les données effacées et de l’autre, il efface définitivement des données dont on veut s’en débarrasser. Il est déconseillé de l’installer sur son ordinateur pour diverses raisons. Et comme il existe en version portable, vous pouvez l’exécuter sur une clé USB et vous en servir quand vous en aurez besoin juste en connectant la clé et le terminal.

2. PC INSPECTOR File Recover

De La même catégorie que la précedente, Recuva, PC INSPECTOR File Recovery est un logiciel qui est gratuit à 100 %. Il possède aussi un interface en français cependant il n’est pas aussi facilement utilisable que le premier. Il permet, comme fonctionnalité principale, de récupérer des fichiers qui ont été effacés. Mais ne se limite pas simplement qu’aux fichiers effacés, mais se charge aussi des fichiers perdus qui pourrait être dû à un plantage de l’appareil où même un formatage.

3. Auslogics File Recovery

Auslogics File Recovery est quant à elle une application payante. Le coût de sa licence s’élève à 25 dollars, avec une version d’essai de 30 jours. Durant sa période d’essai, Il peut permettre de récupérer autant de fichiers que nous voulons mais cela est limité par jour (10 à fois suite à chaque analyse ) et par taille.

4. Glary Utilities

C’est une application qui dispose d’une édition free, c’est-à-dire une version de gratuite qui est composée de plusieurs utilitaires dont certains d’optimisation pour Windows. Elle comprend aussi une fonctionnalité de récupération de fichier. S’il ne peut pas concurrencer Recuva, mais au moins il a le mérite d’être simple à utiliser.

Après une analyse lancée par cette application, Glary Utilities vous dira lesquels des fichiers sont récupérable en bon état et lesquels ne le sont pas.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage