Archives pour l'étiquette mot de passe

La France, le pays le plus piraté en 2019 ?

Selon diverses sources, la France a connu durant l’année 2019, le taux le plus élevé en matière d’attaques Informatiques de ses structures privées et publiques.

Il a été dénombré environ 67 % des sociétés privées victimes d’attaques informatiques, alors que seulement 10 % d’entre elles étaient en mesure de se défendre contre elles.

Cet article va aussi vous intéresser : 4 faits qui prouvent que c’est l’homme la faille principale de sécurité

Par ailleurs il faut notifier quelque chose de très important. Les structures privées qui ont été les plus touchées n’étaient pas des multinationales ni encore des petites entreprises. en réalité les entreprises les plus touchées étaient les établissements à taille intermédiaire (ETI), dont le taux d’attaques s’est accru depuis l’année dernière de 36 pourcents à 63 %. D’où la fameuse question de savoir si les structures privées et publiques risque de devenir des Championnes en matière de cyber attaques eu égard à l’approche minimaliste que fait cette dernière de la sécurité informatique ?

Comme on le sait tous, aucune institution publique au même une société privée n’est invulnérable. Dans le domaine de la sécurité informatique, le risque zéro n’existe pas. Peu importe la stratégie de sécurisation ainsi que la puissance des programmes informatiques dont dispose une structure pour se défendre contre des attaques informatiques, il y a toujours des éléments qu’ils ne faudraient jamais négliger. Par exemple, la stratégie de récupération des données et de relance du système au cas où une attaque qui a réussi à franchir le pare-feu ou en cas de catastrophe naturelle mettant en mal le fonctionnement de certains systèmes.

Un ensemble de protocoles qui est dans la majeure partie des cas négligé par les entreprises de taille intermédiaire.

Il a été conseillé à la majorité des décideurs de pouvoir intégrer dans leur politique de développement et de sécurisation, la protection des données, comme étant le cœur de cette stratégie opérationnelle. Car la protection des données affecte directement la répartition des tâches, la rentabilité des entreprises, ainsi que l’efficacité de service. Car, c’est une chose évidente et sans ambiguïté, toutes les entreprises n’arrivent pas à survivre après le passage d’une attaque informatique d’ampleur considérable. Pour démontrer la conséquence d’une attaque informatique, il faut faire une approche objective et subjective. Dans un premier temps, il faut être clair sur une chose. Une cyberattaque peut entraîner une entreprise à la faillite.

En effet, le temps d’arrêt d’un système informatique qui participe au déroulement de certaines tâches assez complexes et importantes à  lourdes répercussions dans la majorité des cas. Dans cet ordre d’idée, si 93 % de responsables de système informatique  affirment que leur système pourrait résister à une perdre de données, il n’en demeure pas moins que 50 % estime qu’un arrêt de fonctionnement d’environ 1h, est susceptible de causer des dommages financiers très lourd à l’entreprise. À titre d’exemple, prenons le cas de l’entreprise Française Saint-Gobain, qui a essuyé une attaque informatique dont l’une des conséquences était bien sûr l’arrêt des services impliqués par le système informatique attaqué. Au final l’entreprise a subi une perte de 250 millions. d’euros.

Les attaques informatiques sont de plus en plus développées, sophistiquées et nombreuses. Les conséquences sur les entreprises et les institutions publiques sont diverses. Mais il ne faut pas s’attarder sur les conséquences mais privilégier une attitude en qui tend vers la prévention. Les entreprises françaises doivent améliorer leur appréhension des cybermenaces. Elles doivent pouvoir faire une meilleure estimation des menaces qui pèsent sur elle. Le danger ne fera que s’accroître, mettant en péril, des sources de revenus pour l’État français ainsi que pour la population qui sera directement la plus touchée si les responsables des entreprises à taille intermédiaire ne décident pas de consacrer plus de temps, d’argent et de stratégie.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



4 faits qui prouvent que c’est l’homme la faille principale de sécurité

Depuis toujours, les spécialistes ont toujours été d’accord sur le fait que l’humain est sans nul doute le maillon le plus faible de la chaîne de la sécurité informatique.

Cet article va aussi vous intéresser : La sécurisation des données : une possible stratégie sans mot de passe

Cela se voit alors dans les mauvais actes, incessamment répétés, souvent partant de l’insouciance à la Webnonchalence en passant par la maladresse. D’où la fameuse question posée par les plus ironiques : « l’humain court-il à sa cyberperte ? »

Selon le président du général de la firme de cybersécurité Avast Ondrej Vlcek : « Plus de 90% des attaques en entreprises sont imputables aux hommes, aux ouvertures d’e-mails et de pièces-jointes inconnues »,

Durant l’événement de la MasterCard innovation forum, qui a eu lieu le 14 novembre dernier précisément à Paris en France, un expert de la sécurité informatique du nom de Ilan Graicer, a essayé de démontrer à travers quelques illustrations, qu’il n’est pas nécessaire d’être un génie ou même hacker pour exercer le piratage informatique. en effet certaines actions se sont déroulés et qui permettent de dire clairement que l’homme est lui-même le premier fautif des attaques informatiques.

1 – Le premier cas remonte depuis le début de l’année 2017, l’agence américaine de Hawaii pour les situations d’urgence, suite à une fausse alerte essaie de s’expliquer à la presse les raisons de cette méprise. Le problème, c’est que dans le fond de la vidéo on pouvait Clairement déchiffrer les codes confidentiels notés sur des post-it et collés sur le mur ou sur des écrans d’ordinateurs. Fait qui a quand même fait sourire notre expert en sécurité informatique qui dira : « continuez à faire ce que vous faites, vous nous facilitez le travail. »

2- Le deuxième cas se réfère à une bourde faite par l’actuel premier ministre d’Israël, Benjamin netanyahu. En effet, ce dernier en voulant montrer à l’opinion publique qu’il paye lui même ses déjeuners professionnels, lui et son prédécesseur, Ehud Barak ont eu la maladresse de publier une photo d’eux, durant ce mois de juillet 2019, leur carte bancaire à la main lors d’une réception. Erreur qui leur a fallu de bloquer cette dernière carte une fois l’énorme erreur commise découverte.

3- Le 3e cas concernant généralement la composition des mots de passe. Pour Ilan Graicer, « les mots de passe sont toujours les mêmes. Ils sont prédéfinis sur des routeurs Internet, des téléphones portables et même les pacemakers. Personne ne les change ! ». cela explique simplement pourquoi il est si facile aujourd’hui de pirater un système informatique, un compte en ligne ou un terminal tout simplement. généralement les internautes ne sont pas véritablement motivés de former des mots de passe assez costaud pour les protéger contre les attaques informatiques. Dans la catégorie des mots de passe et plus célèbre et plus facile à pirater nous avons le 1 2 3 4 5, celui de la fameuse expression ‹« mot de passe ». Le mot de passe de Kanye west est une bombe atomique. De quoi faire marrer plus d’un. On se rappelle qu’en octobre 2018, le chanteur Américain avait été invité à la maison Blanche. Durant la visite, ce dernier déverrouille son téléphone devant les caméras parquet sur lui. Résultats, tout le monde a pu se rendre compte que son mot de passe était 6 x 0. Une négligence quelque qui peut coûter très cher au niveau de la pratique.

4 – Nous parlerons du porte-parole de la maison Blanche et une bourde commise sur Twitter. En effet en 2017, paroles de la maison Blanche et du président américain Donald Trump connu sur le Sean Spicer qui a fait une publication où on pouvait lire d’étranges inscriptions « n9y25ah7 » et « Aqenbpuu », ce qui ressemble fort à l’écoute secret.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Une importante faille de sécurité sur Android met en danger les données bancaires et les mots de passe

Denommé StrandHogg, cette faille de sécurité se présente comme étant très dangereuse.

En effet, il semblerait quel permettent à des logiciels malveillants de pouvoir récupérer certaines données très importante sur des mobiles fonctionnant sous le système Android. Cette faille de sécurité, comme il a été mentionné dans le titre mais très permet facilement a des pirates de dérober des données bancaires et des mots de passe.

Cet article va aussi vous intéresser : Les applications les plus populaires sont les plus risqués sur Android

Par ailleurs il a été défini par les spécialistes de la sécurité informatique, que cette faille permet très facilement de s’introduire dans le téléphone des personnes ciblées, et d’avoir accès à des contenus multimédias stockés dans le téléphone.

Avec le temps, si le système de sécurité conçu par les éditeurs d’applications et par les systèmes d’exploitation sont de plus en plus complexe et difficile à manoeuvrer. Il n’en demeure pas moins que les logiciels malveillants aussi se développent de plus en plus. Ce qui les rend encore plus dangereux qu’avant. Et c’est bien ce que nous constatons sur Android c’est temps ci.

Une entreprise spécialisée dans la sécurité informatique dénommé Promon a découvert très récemment la faille de sécurité qui existe en vrai sur toutes les versions du système d’exploitation mobile de la firme de Mountain View, même la toute dernière version de Androïd, Android 10. Cette vulnérabilité se situe dans la manière pour Android de gérer le service de multitâche. À cause de cette faille, un logiciel malveillant à la possibilité de se superposer à une application que utilise les usagers, pour ensuite demander certaines autorisations d’accès sur plusieurs fonctionnalités du smartphone.

Il est même possible pour le logiciel malveillant de mettre en place une page internet factice qui poussera l’utilisateur à le renseigner avec son nom d’utilisateur et ses mots de passe ou encore vos données bancaires.

Par ailleurs, la société de sécurité informatique a aussi ajouter qu’il était possible grâce à cette faille de sécurité :

  • De pouvoir écouter l’utilisateur lorsqu’il utilise le microphone de son smartphone ;
  • Utiliser l’appareil photo pour prendre des photos à l’insu de l’utilisateur ;
  • D’espionner les messages SMS et les envoyer ;
  • Espionner et/ ou enregistrer des appels téléphoniques de l’utilisateur ;
  • Hameçonner des informations de connexion (phishing) ;
  • Accéder à la galerie photos et à plusieurs fichiers privés de l’appareil ;
  • Obtenir des informations de géolocalisation ;
  • Accéder aux numéros de vos contacts ;
  • Accéder à l’historique de vos appels.

Selon les spécialistes de la sécurité informatique, des correctifs ont été apportés pour combler cette faille de sécurité, lorsqu’il a été aperçu quel est exploité par des pirates informatiques sur des applications bancaires. Plus de 60 institutions bancaires ont été visées par cette faille de sécurité selon la firme de cybersécurité. Le directeur technologique de Promon, un certain Tom Hansen, a notifié sa surprise a BBC, de sa découverte de 500 applications présentes sur le Play Store Store étant vulnérable à cette faille de sécurité.

LookOut, une autre entreprise ans de cybersécurité, a découvert qu’il existait plus de 36 programmes malveillants pour exploiter cette faille de sécurité.

De son côté Google assure avoir été au courant : « Nous apprécions le travail des chercheurs et nous avons suspendu les applications potentiellement nuisibles qu’ils ont identifiées. En outre, nous continuons d’enquêter afin d’améliorer la capacité de Google Play Protect à protéger les utilisateurs contre des problèmes similaires », déclare la société de Mountain View.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



LinkedIn : 3 affaires impliquant une légèreté du réseau social

« Les affaires sont d’inégales importances et ne sont pas toutes récentes, mais cela commence à faire beaucoup. » disait Benjamin Terrasson, journaliste.

Pour parler du réseau social de mise en contact professionnel, il a été dénombré qu’en quelques jours seulement, 3 vulnérabilités relatives à une gestion des données plus ou moins douteuses ont été révélées à propos de LinkedIn.

Cet article va aussi vous intéresser : 100 % des adultes au Canada leurs données personnelles piratées

Toute cette affaire commence avec une importante fuite de données personnelles, qui n’est jamais arrivé dans l’histoire du réseau social. on dira que c’est l’affaire qui le Concernant, qui a été le plus médiatisée. Il y a une semaine de cela, les spécialistes de la sécurité informatique avaient révélé une découverte datant depuis le 16 octobre, portant sur un serveur qui contiendrait plus de 4 to des informations relatives aux utilisateurs du réseau social, et ce, en accès totalement libre. Sur cette base de données il a été trouvé plus de 4 milliards de comptes associés et plus de 1,2 milliards d’individus tous inscrits soit sur LinkedIn soit sur Facebook.

Après avoir été révélé au FBI, la police fédérale américaine, cette base de données a été immédiatement fermée. Le chercheur qui avait fait la découverte de cette base de données, du nom de Vinny Troia, a expliqué au média Wired qu’on pouvait sans doute parler de « la plus grosse fuite de données depuis une source unique ».

Mais avant d’extrapoler les choses, il faut notamment reconnaître que la majorité de ces informations était de nature publique en soi. On décompte environ 622 millions d’adresse email, des noms et des numéros de téléphone liée à des comptes (LinkedIn ou Facebook). Dans cette histoire ce qui chiffonne le plus les chercheurs en sécurité informatique, c’est la présence d’autant d’informations personnelles réunies et accessibles d’une même position. Ce qui est de nature à faciliter la mise en place de plusieurs activités malsaines, partant de l’arnaque en ligne aux publicités illicites. Et tout cela de façon amplifiée.

Selon les chercheurs, toutes ces données proviendraient du croisement de 4 documents provenant eux même de 2 sociétés spécialisées dans la collecte et l’accumulation des données personnelles des internautes. Ce sont deux entreprises américaines, People Data Labs et Oxydata, qui auraient donc aspirer des données provenant de LinkedIn. Leur spécialité est la collecte et la revente des données recueillies sur le net. Devant répondre à des questions, l’un des dirigeants d’Oxydata disait : « Nos accords interdisent formellement à nos clients de revendre les informations que nous leur fournissons. Mais nous n’avons aucun moyen de nous assurer que ceux-ci protègent correctement leurs données ».

Selon les chercheurs ayant fait la découverte de cette base de donnée, les informations recueillies disponible sur la base de données qui a fuité n’était pas le fruit d’un piratage informatique, mais plutôt la transmission d’informations de la part des sociétés de compilation des données à des clients très indélicats.

Quant aux deux autres problèmes relatifs à la sécurité de LinkedIn, le second est relatif à une vulnérabilité permettant d’utiliser un e-mail inconnu pour accéder au compte d’un individu auquel on veut se faire passer. Quant à la troisième faille de sécurité, cela a été révélé suite à un audit effectué par l’agence de régulation du numérique de l’Irlande. À ce niveau, il a été découvert que le réseau social avait récolté plus de 18 millions d’adresse mail provenant à des individus qui n’était pas forcément inscrit sur sa plate-forme. la question qui alors il devrait se poser dans ce cas était de savoir comment est-ce que ce réseau avait réussi à obtenir ces adresses.

Toutes les affaires interpellent sur la légèreté avec laquelle le réseau social, traite les données de ses utilisateurs et toutes personnes ayant une interaction quelconque avec sa plate-forme.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



La mise à jour de vos logiciels peut vous protéger

L’entreprise Américaine de cybersécurité Avast a mené une analyse portant sur l’impact des mises à jour.

Dans cette étude, elle a démontré que la majorité les ordinateurs et logiciels installés, sur terminaux sous Windows étaient obsolètes. La mise à jour de ses outils informatiques est littéralement, ce qu’on peut appeler une négligence collective.

Cet article peut aussi vous intéresser : Un logiciel malveillant pourrait vous infecter suite à une mise à jour Windows

Ce défaut de mise à jour n’est pas sans risque selon l’entreprise de sécurité informatique. Dans un premier temps les dangers évoquer ici ne concerne pas seulement les logiciels. Car il se pourrait bien que ce soit le système d’exploitation qui soit lui-même dans certaines conditions obsolètes. Dans ce cas, le terminal concerné devient une gigantesque porte ouverte au pirate informatique d’initier toute sorte d’attaques.

Cette négligence conduit inéluctablement l’utilisateur à se mettre en danger tout en s’exposant inutilement à des piratage informatique qu’il pouvait éviter aisément. Un terminal qui n’est pas à jour permet aux éditeurs de logiciels d’espionnage ou de rançonnage de pouvoir siphonner vos données personnelles ou les altérées dans le but de les utiliser au moment opportun.

Selon Avast, « Plus de 50 % des logiciels installés sur les PC Windows se présenteraient sous la forme d’une ancienne version, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas bénéficié des mises à jour nécessaires. Le chiffre est en constante hausse en 2018 et le cas affectait 48 % des utilisateurs.».

Dans son analyse, la société américaine effectue un recensement des programmes les plus utilisés dans les versions qui ne sont régulièrement pas mis à jour. Ce sont notamment Adobe Shockwave, VLC Media Player, Skype, Java Runtime Environment et 7-zip Filemanager. Dans le même sens, plusieurs utilisateurs du système d’exploitation Windows 7 et Windows 10 continuent d’utiliser leurs terminaux sans qu’ils ne soient à jour. On parle exactement de 15 % des utilisateurs sur un total de 163 millions utilisant ces terminaux à travers le monde entier.

la mise à jour alors se présente comme étant une nécessité absolue. Plus il est repoussé, plus l’utilisateur est mis en danger. Comme on le sait, les mises à jour veille, dans la majeure partie des cas, servent principalement à combler des failles de sécurité découverte par les éditeurs de logiciels ou encore du système d’exploitation. Lorsque la mise à jour n’est pas faite, l’utilisateur se trouve souvent face à de nombreux problèmes tels que des bugs, qui se surviendront et qui rendront en plus difficile l’usage des terminaux. On assiste dans certains cas, à des problèmes de compatibilité entre le logiciel et le système d’exploitation. Par ailleurs Avast notera que « Les applications obsolètes ne sont pas les seules sources de risques pour les utilisateurs. ».

En outre, Avast a signifié le fait qu’une partie très importante des utilisateurs du système Windows n’adopte pas les mesures préventives renforcer la sécurité de leurs terminaux. C’est pour cette raison qu’elle conseille d’activer la mise à jour automatique du système d’exploitation, ce qui permettra de procéder de façon systématique sans que l’utilisateur ne se tracasse.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage