Archives pour l'étiquette mot de passe

Airbus, victime d’attaque informatique à répétition

Ces derniers mois ont été des plus rudes pour le constructeur d’aviation Airbus.

En effet, la firme a été plusieurs fois victime de piratage informatique. Les pirates s’en sont pris au constructeur en passant par des sous-traitants, selon l’AFP. Plusieurs de ses sources soupçonnent la Chine d’être le commanditaire de ces attaques.

Cet article peut aussi vous intéresser : Lourde sanction pour British Airways suite au piratage

On y voit derrière ces attaques à répétition de l’espionnage industriel. Dans un dossier concernant les plus récentes attaques qui s’élève à plus d’une douzaine constitué par l’agence de presse, On a constaté que les entreprises françaises en conseil des technologies Expleo, la société britannique Rolls-Royce, et 2 autres sous-traitants de nationalité française non déterminés par l’Agence Française de presse.

Il ne faut pas négliger aussi le fait que les attaques contre Airbus, considéré par la firme spécialisée en cybersécurité Anssi, comme un « Opérateur d’importance vitale » sont vraiment récurrentes. Mais seulement ces 12 derniers mois, cela a été un peu trop cumulatif. On parle de 4 attaques majeures en tout.

C’est à la fin de l’année 2018 que a été découverte l’attaque contre Expleo. Mais les traces du programme malveillant utilisé remonte a bien longtemps. « Très sophistiquée, elle ciblait le VPN qui connectait l’entreprise à Airbus bien » selon une source l’AFP. Le but était de corrompent le VPN utilisé par les géants de l’aviation. En passant par ses sous-traitants, les pirates avaient pour objectif de pouvoir accéder à Airbus directement en se faisant passer pour ces derniers. En début d’année, Airbus annonçait un vol de données massifs concernant ses collaborateurs depuis sa division d’aviation commerciale. Toujours selon les sources de l’AFP, l’attaque a commencé d’abord chez la filiale britannique de Assystem, ensuite chez Rolls-Royce enfin chez la filiale française à de Assystem. « Les très grandes entreprises (comme Airbus, ndlr), sont très bien protégées, c’est très dur de les pirater, alors que des plus petites entreprises vont être une meilleure cible », expliquait le chargé de la sécurité de BoostAerospace, groupement numérique de la filière aéronautique, Romain Bottan.

Le problème qui se pose actuellement à Airbus et de savoir comment protéger ses sous-traitant car cela relève d’une mission assez complexe. « Les portes sont fermées alors ils passent par les fenêtres, et quand les fenêtres seront fermées, ils passeront par la cheminée » affirmait Loïc Guézo, le directeur de la stratégie en cybersécurité chez Proofpoint, entreprise californienne spécialiste de la cybersécurité. La question que tout le monde se pose aujourd’hui est savoir que cherche exactement ces pirates informatiques. Plusieurs sources affirment que les attaques ont principalement visé des documents techniques liés à des certifications où a des procédures officielles permettant d’assurer des exigences sécuritaire.

Selon trois sources interrogé par l’Agence Française de presse, les documents qui ont été dérobés concernent des plans relative au système de motorisation de l’avion A400M, qui possède des turbo propulseurs considérés comme l’un des plus puissant au monde. Ils s’intéresserait aussi au moteur du gros-porteur autre que l’A350. En attendant, une enquête est toujours ouverte à ce sujet.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Les vulnérabilités de votre sécurité informatique, pourrait-on parler d’angle mort ?

De nos jours la cybercriminalité prend de plus en plus d’ampleur, et d’un autre côté il nous devenons chaque jour plus dépendant des solutions numériques.

Alors nous sommes contraints de trouver toujours une solution pour nous protéger sans pour autant réduire nos possibilités et nos acquis. Ce qui signifie qu’il faut réagir avec prudence et précision. Sans laisser derrière nous, des vulnérabilités qui pourraient nous faire mal demain.

Cet article va aussi vous intéresser : iPhone est vulnérable par son application iMessage

Il est clair que toutes les entreprises qu’elle soit grande ou petite quels soient des PME encore les grands comptes, fondent principalement leur sécurité sur la fiabilité et la qualité de leurs infrastructures de sécurité. Cependant, ces infrastructures de sécurité sont vulnérables pour plusieurs raisons.

1- L’éparpillement des infrastructures et le statut volatile des agents de sécurité

En effet le fait d’avoir des infrastructures morcelés et éparpillés à travers le monde entier ne fait qu’exposer encore plus le système informatique. En effet si cela coûte peut-être moins cher, avoir l’ensemble du système stocké dans un espace unique serait plus qu’un avantage.

Il va falloir déployer plusieurs mesures de sécurité différentes qui va devoir impliquer certaines personnes que vous ne connaissez pas où que vous ne maîtrisez pas si bien. De la sorte vous augmenter les risques que pourrait courir votre système.

Selon une étude portant sur les cybers sinistre, par la société de sécurité informatique Hiscox, près de 61 % de société interrogées ont notifié qu’elles avaient bel et bien subi des attaques informatiques au cours de ces 12 mois passés, ce qui était à 48 % l’année dernière.

2- Faire attention aux employés

Souvent l’une des failles de sécurité auxquelles on ne s’entend pas proviennent dans la majorité des cas des employés des sociétés eux même. Il a été découvert que 63 % des entreprises qui a qui ont déclaré avoir subi une cyberattaque avait en leur sein des salariés qui avouaient avoir eux aussi au préalable subi des attaques. Si on devait faire un jeu de déduction. On dirait simplement que c’est arrivé car les employés ont été dans une certaine mesure vulnérables.

3- La sécurité informatique comme une course contre la montre

À ce niveau, vous n’avez pas de temps à perdre. L’idée n’est pas de vous asseoir et d’attendre qu’on vous attaque pour vous défendre. Vous devez anticiper. Vous devez vous préparer au pire mêmes attaqué les premiers. Pour obtenir un système totalement sûr, même s’il faut apporter une nuance que le système sûr à 100 % n’existe pas, il faut faire en sorte que tous les terminaux, tous les périphériques, tous les outils externe comme interne, toutes les personnes que ce soit des employés ou des clients soit contrôlé de façon rigoureuse et permanente.

Car on ne peut pas savoir d’où peut venir le danger. Il faut étudier soigneusement tout type de risque et tout type de stratégie raison de faire de vous des agents sécurité proactif. Vous devez veiller aux quatre éléments que les à sécurité informatique qui sont l’identité, les données, l’appareil et la navigation comme le conseil Verizon.

Certaines firmes, comme Lenovo, essaient de proposer des concepts permettant définir des méthodes de protection à 360°. Pour que la sécurité absolue des systèmes informatiques est possible.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Quelques conseils d’Edward Snowden face aux géants du numérique

Retranché depuis des années en Russie, Edward Snowden continue sa bataille contre les géants du numérique et la surveillance en ligne.

Il donne certains conseils aux utilisateurs pour leur permettre de lutter contre la suprématie de ces puissances appelés les GAFA. Et pourquoi cela, tout simplement parce que ce dernier pense que : « ces entreprises fonctionnent comme des bras armés des gouvernements. ».

Cet article va aussi vous intéresser : Comment protéger ses données personnelles sur Internet ?

Il affirme que ces géants du numériques sont beaucoup trop intrusifs et mettent en mal de plus en plus notre vie privée et notre sécurité. Tout est conçu dans ce monde pour nous pour nous prendre en état. « Google a la plus grande partie de mes courriels parce que vous, vous avez un compte Gmail, et donc Google a une copie de tous les courriels que je vous ai envoyés (…) Il faut des réglementations, de structures techniques concurrentielles, prendre conscience que ces compagnies, même si elles possèdent des archives, ne sont pas propriétaires de ces données, qui appartiennent aux gens. Et les gens auront toujours un droit fondamental sur ces données. » conseillait t’il.

1- Alors il conseille tout d’abord d’opter pour le non-consentement

« La bonne réaction, c’est de faire attention, de reconnaitre que si vous devez utiliser Google, Facebook, toutes ces technologies qui travaillent contre vous, ce n’est pas par choix, que vous n’exprimez pas un consentement éclairé, même si vous cliquez sur le bouton « je suis d’accord », celui sur lequel vous devez cliquer pour vous inscrire à un service (…) Ce sont des documents de 600 pages, personne ne peut les lire, personne ne les lit jamais. Et eux, ils peuvent changer ce document. Donc tout ceci n’est pas un consentement : c’est une excuse. » Disait Edward Snowden. Nous devons adopter une attitude qui exprime clairement notre non assentiment à tout ceci. Nous ne voulons pas mais nous sommes obligés.

2- Choisir la bonne application de messagerie

On sait par exemple qu’en France, le Premier ministre Edouard Philippe, utilise la messagerie WhatsApp pour échanger avec ses ministres et le président de son côté lui se sert Telegram avec ses collaborateurs.

Cependant Edward Snowden n’est pas du tout pour ces applications : « N’importe lequel de ces deux programmes vaut mieux que des SMS. Mais ces deux systèmes, si vous êtes Premier ministre, sont très risqués ! (…) N’utilisez pas WhatsApp ou Telegram, à moins de ne pas avoir d’alternative. Vous devriez plutôt utiliser la messagerie Signal ou l’application Wire. Elles sont disponibles gratuitement. ».

Il faut que le logiciel de la NASA « XKeyscore » est généralement alimenté par des données numériques provenant des géants du numérique. C’est pour cette raison qu’il déconseille commandes les applications qui ont une affiliation quelconque avec ces derniers. « XKeyscore ne récolte pas de l’information : c’est un Google pour espions, tout un lot de programmes, de liaisons de la communauté de la recherche et de l’espionnage, entre les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et le Canada. Toutes les informations recueillies par ces pays y sont consultables. »

3- Prendre garde aux métadonnées

L’ex ingénieur de la NASA nous dit que même si nous faisons l’effort de crypter souvent nos connexions, rien n’empêche les autorités de pouvoir y accéder : « Je suis assis à mon bureau, je vois absolument tout ce que vous écrivez, tous les sites que vous tentez de visiter sur Internet (…) On peut voir les gens avec qui vous êtes liés, à quelle heure vous vous réveillez. Ce que l’on peut voir en permanence, à n’importe quel moment, c’est l’image globale de l’activité humaine (…) Et on peut faire marche arrière comme avec une machine à remonter le temps, à mon époque on pouvait remonter 30 jours de l’histoire humaine. Aujourd’hui, six ans après mon départ, on peut certainement remonter beaucoup plus loin. ». Simplement que les métadonnées sont comme des petites balises que nous activons chaque fois que nous avancions sur internet. Il faut s’en méfier donc et trouver un moyen de ne pas trop nous exposer.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



La sécurisation des données : une possible stratégie sans mot de passe

L’idée de se débarrasser du mot de passe ne date pas d’aujourd’hui.

En effet depuis un certain moment, surtout avec le développement de certaines technologies, les gens ont beaucoup en tête de se débarrasser du mot de passe. On se dit que sans le mot de passe, c’est clair que les fuites de données vont diminuer, le coût de la maintenance sera moindre, et l’expérience de l’utilisateur sera meilleure. Malgré tout cet acharnement, les mots de passes subsistent, et sont même répandus aux risques et périls des utilisateurs.

Cet article va aussi vous intéresser : Un mot de passe sûr et impossible à hacker : est-ce possible ?

Comme on le sais et comme on le voit dans la pratique, se débarrasser des mots de passe est plus qu’un objectif pour la majorité des géants du numérique. On constate que cela est en train d’être de plus en plus quelque chose de réalisable.

On envisage que d’ici 2022, plus de 60 % de multinationale et 90 % des sociétés à fort potentiel de taille moyenne se penchant beaucoup plus pour les solutions sans mots de passe dans la configuration de sécurité et d’authentification.

 Et immédiatement on pourra dire qu’une méthode d’authentification faisant appel à un mot de passe pose un problème de failles. Et le principal problème qui y est lié, c’est la faiblesse des codes. Car s’il est remplacé, on ne sera plus obligé d’imaginer de ses formules compliquées même oublié à n’importe quel moment. Le plus à retenir des codes serait très bon pour l’amélioration de l’expérience de l’utilisateur. De notre côté cela permet aux entreprises de renforcer la sécurité et ne dépendront plus de disposition aléatoire provenant de leurs employés. De plus cela le permet de réduire considérablement le coût de leur service de maintenance. Les alternatives les plus courantes pour essayer de pallier au problème des mots de passe sont bien évidemment les technologies utilisant le système biométrique. La reconnaissance faciale les empreintes digitales ou encore la reconnaissance vocale sont bel et bien ces nouveau sésame de la sécurité. Mais en plus de ce ci, il existe aussi le schéma de verrouillage et de déverrouillage. Simplement à pourvoir construire une figure géométrique et à l’installer comme mode de sécurité d’accès à ces terminaux.

La double authentification utilisant les jetons physiques et le code de sécurité sont aujourd’hui les méthodes sans mot de passe les plus efficaces qui existent. Depuis un moment les éditeurs de méthodes de sécurité commence à s’y ‘intéresser et à l’appliquer de plus en plus. Par ailleurs on s’est rendu compte que les modes de sécurité biométrique sont plus sûrs que le système d’authentification à double facteurs à étape unique.

Pour conclure, notons que le mot de passe n’est pas encore obsolète, mais les alternatives sont en train de voir le jour et prospérer en grandissant. Ce que nous savons c’est que dans quelques années, le mot de passe sera relégué à un plan inférieur mais il ne disparaîtra pas pour autant. Alors quelle méthode prendra la relève ?. L’authentification à deux facteurs via clé physique, encore la sécurité par technologie biométrique. L’avenir nous le dira.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

États Unis, plus de 1,3 milliards de perte à cause de la cybercriminalité

L’année 2018 s’est achevée avec une grosse perte financière pour les États-Unis.

Selon une étude, la cybercriminalité aurait fait perdre à l’économie locale américaine plus de 1,3 milliards de dollars américains. Une somme énorme qui est appelé à accroître en 2019 et au delà.

Cet article va aussi vous intéresser : La tendance en cybersécurité en 2019

Le constat fait à ce sujet nous montre que la majorité des sommes perdu dans ses combat contre les cybers risques ont été principalement dû à l’escroquerie via message électronique professionnel appeler en anglais Business Email Compromise (BEC). CETTE FORME D’ESCROQUERIE EN LIGNE aurait VU SES GAINS DOUBLÉS EN 2018 PAR RAPPORT À L’ANNÉE PRÉCÉDENTE selon le rapport annuel de la police fédérale américaine.

Une autre facette des risques informatique qui a beaucoup touché les États-Unis est le célèbre Ransomware. On a constaté une baisse significative depuis un moment vis-à-vis des années 2014. La popularité s’étant agrandie dans le monde, il a étrangement diminué États-Unis. Cependant cela n’a pas empêché d’affecter en quelques manières que ce soit l’économie locale. Plusieurs villes aux États-Unis ont pour ainsi dire enregistrer des attaques au programmes de rançonnage, des attaques qui ont eu pour cible des infrastructures publiques et aussi privées.

Par ailleurs, le FBI l’a souligné. l’escroquerie via les messages électroniques professionnels ont été les cybers crimes les plus répandu depuis le début de l’année. Reconnus aussi en Europe sous l’appellation « Email Account Compromise », c’est une forme d’escroquerie très sophistiquée qui touche principalement les entreprises ou les particuliers utilisant les services de virement électronique. Cela consiste pour les cybercriminels, à corrompre des comptes de messagerie en ligne officiels, dans l’optique de s’en servir pour envoyer des messages aux collaborateurs, aux employés de leur victime pour leur demander des transferts de fonds. Cependant, il faut noter que le groupe de mots BEC ne se limite pas simplement à cette escroquerie qui se fait via compte piraté, on pourrait l’étendre aussi délaissement à la situation d’une personne dont l’identité a été usurpé, ou celle du collaborateur, du patron, d’une tierce personne, et que grâce à cette usurpation d’identité, il arrive à soutirer de l’argent, nous sommes bel et bien face à un Business Email Compromise.

Au cours de ces 5 dernières années, cette méthode de piratage en se développer de plus en plus jusqu’à atteindre la barre des milliards l’année dernière. Et on a l’impression que cela prend de plus en plus encore de hauteur. En effet plusieurs piratages ont abouti facilement pas cette méthode en début de l’année 2019. Et cela se comprend très bien. Les attaques aux Ransomware ont commencé à perdre de la vitesse suite à Une contre-attaque massive des entreprises et des collectivités locales. Les pirates informatiques, qui submergés par ce flow de répliques, ont préféré se tourner vers de nouvelles activités.

Parmi les formes d’attaques qui se sont développées, la police fédérale américaine constate que le détournement des salaires et la sextorsion sont dans le Lot des parties de la plus récurrentes.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage