La Cyber gendarmes se déploient désormais en Deux-Sèvres

Dans le courant de la semaine, la gendarmerie nationale Française annonçait un déploiement de sa branche de cybercriminalité en Deux-Sèvres.

A la disposition des particuliers, des entreprises, des associations, et même des collectivités, une adresse mail a été proposée et publicisée. L’idée de proposer les services des cyber gendarmes aux collectivités et aux groupements un service policier et d’encadrement en vue de lutter contre toutes formes d’actes de cybermalveillance. Surtout les attaques des systèmes informatiques dont plusieurs structures ont du mal à s’en protéger jusqu’à maintenant. Ce genre d’extension de la gendarmerie nationale est littéralement une première en France.

Cet article va aussi vous intéresser : Les gendarmes d’Eure-et-Loir aux aguets contre la cybermalveillance

Concernant la raison qui a motivé les autorités françaises, en particulier celles de la gendarmerie nationale à un tel déploiement, le commandant Olivier Valois du groupement de gendarmerie des Deux-Sèvres explique en ces termes : « En 2019, en Deux-Sèvres, pas moins de 750 faits judiciaires liés à la cybercriminalité » ont été observés et traités. Et ce nombre continue de croître. « À l’échelle nationale, il y a une recrudescence des cyberattaques, plus encore depuis le début de la crise sanitaire », c’est pour cela que « La gendarmerie s’est déjà adaptée à la lutte contre la cybercriminalité. » note le commandant. Cette évolution des services de la gendarmerie a commencé le 1er novembre de l’année dernière, avec la création d’un pôle national chargé de lutter contre les cybermenaces quelle que soit leurs formes. Cela s’en est suivi par un déploiement des Sections Opérationnel de Lutte contre les Cybermenaces, (Solc) dans différents départements de la France. La section du département de Deux-Sèvres est de 7 gendarmes, tous spécialisés dans les domaines de sécurité informatique et enquêtes liées aux nouvelles technologies. Ces derniers n’ont pas manqué de signifier que dans cette région de la France, l’épidémie du coronavirus a bel et bien favoriser, comme ailleurs dans le monde, l’augmentation des actes de cybermalveillance. Dans une certaine mesure, cela risque de continuer de la sorte, surtout lorsqu’elle s’en trouve « accompagnée du développement du télétravail et d’attaques au préjudice des entreprises ou des salariés, pas forcément très bien protégés » notent les cyber gendarmes. Dans les différents endroits où ils ont pu passer : « nous avons communiqué sur les réseaux à titre préventif » . La tâche des gendarmes ne s’est pas simplement limitées dans le domaine virtuel car ces derniers ont aussi protégé les différents locaux physiquement, qui parfois ont été désertés par leur occupants, et cela dans le cadre de l’Opération Tranquillité Entreprises et Commerce. « Nous sommes également allés au contact des entreprises pour leur donner des conseils de sécurité » pour protéger leurs biens. La section de lutte contre les cybermenaces et l’Otec se sont rejointes pour créer un point de contact », signifie le commandant Olivier Valois. Ce dernier a mis en évidence l’adresse électronique mis à disposition « sur laquelle les sociétés, entreprises ou commerces, comme les associations et les municipalités peuvent nous solliciter pour obtenir des conseils en terme de sécurité informatique. Surtout une question de réflexe ». Cette adresse est formulée selon la syntaxe suivante : cybergend79@gendarmerie.inte- rieur.gouv.fr. En tenant compte du niveau de démandes formulées, Le commandant Olivier Valois indiquera ceci : « nous pouvons répondre par courriel, par échange téléphonique ou nous déplacer si nécessaire » . Cela a été exactement le cas de Pascal Bortoluzzi, enquêteur spécialisé en technologie numérique et par ailleurs membre de la SOLC, avait plusieurs fois intervenu pour conseiller des groupes d’entrepreneurs qui souhaitaient s’informer sur plusieurs détails liés à la cybersécurité.

Cependant, les cyber gendarmes soulignent le fait que leur objectif n’est pas de se substituer aux experts professionnels de la sécurité informatique. « Nous ne faisons pas de diagnostics » ni des installations d’ailleurs. Le rôle consiste essentiellement à conseiller, à mener des investigations en cas de cybermalveillances avérées, voir contre-attaquer.

Les conseils en matière d’hygiène numérique ne sont pas à prendre à la légère. Tout le monde est exposé d’une manière ou d’une autre. Les premiers protecteurs de nos systèmes d’information, sont d’abord nous les utilisateurs. Ce n’est qu’en respectant les mesures d’usage qu’il sera possible de réduire au maximum les incidents informatiques, pourquoi par les éradiquer.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage