Airbus, victime d’attaque informatique à répétition

Ces derniers mois ont été des plus rudes pour le constructeur d’aviation Airbus.

En effet, la firme a été plusieurs fois victime de piratage informatique. Les pirates s’en sont pris au constructeur en passant par des sous-traitants, selon l’AFP. Plusieurs de ses sources soupçonnent la Chine d’être le commanditaire de ces attaques.

Cet article peut aussi vous intéresser : Lourde sanction pour British Airways suite au piratage

On y voit derrière ces attaques à répétition de l’espionnage industriel. Dans un dossier concernant les plus récentes attaques qui s’élève à plus d’une douzaine constitué par l’agence de presse, On a constaté que les entreprises françaises en conseil des technologies Expleo, la société britannique Rolls-Royce, et 2 autres sous-traitants de nationalité française non déterminés par l’Agence Française de presse.

Il ne faut pas négliger aussi le fait que les attaques contre Airbus, considéré par la firme spécialisée en cybersécurité Anssi, comme un « Opérateur d’importance vitale » sont vraiment récurrentes. Mais seulement ces 12 derniers mois, cela a été un peu trop cumulatif. On parle de 4 attaques majeures en tout.

C’est à la fin de l’année 2018 que a été découverte l’attaque contre Expleo. Mais les traces du programme malveillant utilisé remonte a bien longtemps. « Très sophistiquée, elle ciblait le VPN qui connectait l’entreprise à Airbus bien » selon une source l’AFP. Le but était de corrompent le VPN utilisé par les géants de l’aviation. En passant par ses sous-traitants, les pirates avaient pour objectif de pouvoir accéder à Airbus directement en se faisant passer pour ces derniers. En début d’année, Airbus annonçait un vol de données massifs concernant ses collaborateurs depuis sa division d’aviation commerciale. Toujours selon les sources de l’AFP, l’attaque a commencé d’abord chez la filiale britannique de Assystem, ensuite chez Rolls-Royce enfin chez la filiale française à de Assystem. « Les très grandes entreprises (comme Airbus, ndlr), sont très bien protégées, c’est très dur de les pirater, alors que des plus petites entreprises vont être une meilleure cible », expliquait le chargé de la sécurité de BoostAerospace, groupement numérique de la filière aéronautique, Romain Bottan.

Le problème qui se pose actuellement à Airbus et de savoir comment protéger ses sous-traitant car cela relève d’une mission assez complexe. « Les portes sont fermées alors ils passent par les fenêtres, et quand les fenêtres seront fermées, ils passeront par la cheminée » affirmait Loïc Guézo, le directeur de la stratégie en cybersécurité chez Proofpoint, entreprise californienne spécialiste de la cybersécurité. La question que tout le monde se pose aujourd’hui est savoir que cherche exactement ces pirates informatiques. Plusieurs sources affirment que les attaques ont principalement visé des documents techniques liés à des certifications où a des procédures officielles permettant d’assurer des exigences sécuritaire.

Selon trois sources interrogé par l’Agence Française de presse, les documents qui ont été dérobés concernent des plans relative au système de motorisation de l’avion A400M, qui possède des turbo propulseurs considérés comme l’un des plus puissant au monde. Ils s’intéresserait aussi au moteur du gros-porteur autre que l’A350. En attendant, une enquête est toujours ouverte à ce sujet.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage