Comprendre le problème TikTok versus USA

Depuis quelques mois déjà, on sait que le réseau Chinois TikTok, appartement à ByteDance, un groupe Chinois est sur la Select.

Le président Donald Trump signait il y a quelques semaines de cela un décret qui bannissait TikTok du territoire américain si ce dernier ne consentait pas à céder ses activités à une entreprise américaine ou affiliée à la politique des États-Unis dans un délai de 30 jours.

Cet article va aussi vous intéresser : TikTok: la Chine critique la politique offensive des États-Unis

Depuis lors, plusieurs groupes américains à l’instar de Microsoft en déjà émis leur volonté d’effectuer ce rachat. Mais cette affaire comment a t-elle commencé véritablement? Quels sont les enjeux de cette opposition entre le gouvernement américain et le réseau social chinois ? Nous allons essayer de comprendre plus profondément cette affaire.

1- TikTok, qu’est ce que c’est ?

TikTok est une application qui est né de la refonte de Musical.ly, par le groupe chinois ByteDance, en novembre 2017. Ce rachat s’est élevé à près de 800 millions de dollars. Depuis 3 ans déjà cette application a été lancée sous Android et iOS. Elle deviendra une célébrité auprès des jeunes en particulier les adolescents qui ont commencé à prendre goût à créer et partager les vidéos courtes à caractère purement ludique. Avec le confinement dû aux mesures adoptées par le gouvernement pour endiguer le coronavirus, la popularité de TikTok va grandir et s’imposer littéralement comme le réseau social le plus téléchargé durant ce moment avec plus de 2 milliards de téléchargement, ce qui constitue une croissance assez exceptionnelle pour une application. L’application compte aujourd’hui selon certaines estimations prêtes de 1 milliards d’utilisateurs actifs par mois dont 55 % en Chine, et près de 100 millions aux États-Unis. Notons cependant qu’en Chine, l’application est dénommée Douyin et non TikTok.

2- Que reproche exactement Donald Trump à l’application TikTok ?

Le gouvernement américain a affirmé que l’application puisse servir aux intérêts de la Chine sur le plan du renseignement. En effet selon Donald Trump et son administration, il présente un risque certain de laisser cette application fonctionner comme telle. En effet, le risque de la collaboration avec le gouvernement chinois dans le but de transmettre certaines informations générées par les utilisateurs américains qui en premier lieu est quelque chose qui préoccupe depuis très longtemps. Sans oublier la Loi chinoise qui oblige toute entreprise basée en Chine de collaborer avec l’administration et de laisser cette dernière accéder à ses serveurs en cas de besoin de renseignements. De plus un partenariat lit le ministère chinois de l’Intérieur à la société mère de TikTok, ByteDance. Tout ceci est donc de nature à renforcer la suspicion de l’américain à l’égard du réseau social.

Cependant, l’entreprise chinoise depuis le début a démenti cette possibilité et cette position américaine. ByteDance se définit en tant qu’entreprise internationale car en effet, elle dispose de bureau dans plusieurs pays aux États-Unis, en Inde en plus de la Chine. Son PDG siège en Californie là où se trouve dorénavant son siège social. Toutefois il n’y a pas que les États-Unis qui mettent en avant la menace que peut représenter le réseau social chinois. Récemment il y a aussi l’Inde qui a entrepris les démarches pour interdire TikTok sur son territoire. Notons en effet que l’application avait déjà été banni de l’Inde avant d’être réhabilitée parce que le gouvernement estimait qu’elle propageait des mœurs peu convenables pour la jeunesse.

Aux États-Unis il n’y a pas seulement que l’argument sécuritaire qui prime. En effet, avec la popularité que prend TikTok auprès de la jeunesse, les élus ont peur que cela ne puisse être une source d’influence auprès de potentiel électeurs dans l’avenir, surtout pour une plateforme qui est difficilement contrôlable que Facebook ou Twitter. Et pour démontrer la véracité de ses propos, le gouvernement américain s’appuie sur la décision venant de l’autorité administrative indépendante chargée de la régulation des télécoms, la Federal Communication Commision, qui sanctionnait le réseau social chinoise de collecte illicite de données personnelles de ses utilisateurs âgés de moins de 13 ans. Sans que conformément à la loi américaine, dans ce contexte, l’accord explicite des parents ne soit exigé et obtenu alors que la loi américaine établit cela comme une règle fondamentale. Par ailleurs une enquête initiée par Wall Street Journal, a relevé le réseau social collectait illégalement les adresses MAC pouvant permettre l’identification des outils informatiques utilisés par les utilisateurs pendant une durée de 18 mois. Une information qui jusqu’à présent n’a pas été confirmée par les spécialistes qui s’étaient penchés sur les dernières versions de l’application pour l’étudier et déterminer les méthodes de collecte des données qu’ils ont estimé similaires voir mieux que certaines applications tel que Instagram ou Snapchat.

Dans un autre sens, plusieurs personnes observant cette actualité ont estimé que la lutte que le gouvernement américain contre l’application chinoise est dû au bras de fer que ce dernier a engagé contre la Chine depuis maintenant quelques années.  Dans ce contexte, il semblerait que le gouvernement américain essaie de faire pression à sa manière sur Pékin. Après avoir attaqué le géant chinois Huawei, en le dépouillant d’une certaine partie de ses partenaires américains et en l’empêchant de se procurer certains matériaux nécessaires pour la fabrication de ses terminaux, c’est autour des applications phares Chinoises que son WeChat et TikTok, d’être dans le collimateur et ne servir de points de lance dans la stratégie américaine pour faire plier la Chine. Surtout que Tiktok en plein essor, est en train de menacer l’hégémonie des grands acteurs du milieu du divertissement social que sont Facebook, Instagram Twitter, qui sont des entreprises américaines.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage