Données personnelles : encore plus de fuites au Canada

Au Canada, on assiste à une augmentation non négligente des fuites de données des entreprises d’État et privées.

Et ce problème a débuté depuis 2014, ou des millions de Canadiens ont vu et continuent de voir leur données volées, divulguées et mêmes utiliser à leur insu. La régie de l’assurance maladie du Québec à elle seule cumule plus de 80 incidents en seulement 4 ans. 18 autres organisations ont aussi reconnu avoir vécu ce genre de tracas ces 5 dernières années.

Cet article va aussi vous intéresser : 100 % des adultes au Canada leurs données personnelles piratées

Et pour la majorité des cas, il a été soulevé plusieurs erreurs de la part des agents de ses sociétés. « Les erreurs de jumelage sont fréquentes : passeports envoyés à la mauvaise adresse ou cartes-soleil transmises avec les photos ou noms inversés, par exemple. Deux postes de travail ont aussi été infectés. C’est préoccupant […] Tu peux te faire passer pour quelqu’un d’autre [avec ces documents] », notait Steve Waterhouse, un spécialiste en cybersécurité, ancien responsable de la cellule gouvernementale de sécurité informatique au Canada.

L’an dernier, on se rappelle de ces différentes fuites de données qui ont mis à mal les structures Canadiennes et Québécoises, ainsi que des millions de citoyens qui ont vu leur données informatiques malmenées de part et d’autres. En commençant par Desjardins à la fuite de données de Revenu Québec via l’affaire du vol de données de la structure américaine, les Canadiens ont vu leur confidentialité mise à l’épreuve voire bafouée. « Avec l’automatisation de la collecte de données, l’erreur est plus facilement commise. En deux clics, un courriel est envoyé et quand c’est parti, c’est parti », rappelait Steve Waterhouse, qui met l’accent sur les erreurs comme première sources des fuites.

En dehors des erreurs des agents impliqués dans les fuites, il faut mettre en évidence les vols de données. Par exemple Héma-Québec a signalé deux vols de données ciblant plus de 4 structures entre 2014 et 2016. Des vols qui ont entraîné plus tard des soucis informatiques liés aux données personnelles. En outre, la collecte des informations sur les personnels de travail non nécessaires pose aussi un problème sérieux de confidentialité car cela accroît les risques de fuite et les dommages sont toujours plus importants. « Au Centre des services partagés du Québec (CSPQ), l’un des rapports transmis relate qu’une employée a recueilli le renseignement personnel d’un collègue de travail alors que ce n’était pas nécessaire à l’exercice de [ses] attributions ». Ce qui dénote clairement d’un mauvais contrôle de la procédure de collecte, mais aussi de l’imprudence caractérisé des agents supérieur. Steve Waterhouse dira à cet effet : « Il n’y a pas de gestion structurée, donc ça donne ce résultat [des écarts entre les sociétés d’État] », poursuit M. Waterhouse

En clair, les fuites de données sont un véritable problème pour la confidentialité des données personnelles. Les inconvénients sont divers, allant du domaine financier au domaine sécuritaire en passant par le secteur sanitaire. Cependant les causes sont connues mais l’on a toujours du mal à mettre en place une stratégie claire et nette pour lutter contre cela. Les vols de données, les erreurs des agents, la négligence et autres étant la cause principale peut-être combattus. Mais pour cela la sensibilisation et la mise en place d’infrastructures potables et efficaces s’imposent.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage