Les 6 premiers mois de la cybersécurité de 2020 selon BitDefender

Aujourd’hui, la question de la cybersécurité est quelque chose d’indéniables.

Aucune institution, aucun individu ne peut nier la portée réelle de cet aspect du développement des nouvelles technologies. Beaucoup d’organisations ont découvert la sécurité informatique à leur dépends, souvent après maintes et maintes erreurs. Des erreurs qui ont eu pour dommages des normes en pertes financières.

Cet article va aussi vous intéresser : La menace des rançongiciels : une réalité plus qu’évidente en 2020

Cependant, « Même si de nombreuses entreprises se dotent de solutions de sécurité pour protéger leur réseau et leurs informations sensibles, la plupart découvrent – trop tard – que cela ne suffit pas, notamment après avoir subi une violation de données. ». Notait Fabrice Le Page, Responsable Marketing, Field & Channel – France, Maghreb & Afrique de l’Ouest chez Bitdefender. En effet, la notion de bonne politique de sécurité varie selon les entreprises. Pendant que certains d’un certain côté, d’autres prennent la question très au sérieux, démontrant cet intérêt à chaque fois par des mises en place de de politique de sécurité, de contrôles accrus et même des programmes de bug Bounty. De l’autre côté malheureusement, certains voient la cybersécurité comme un bagage, une exigence qui leur est imposée par la législation en vigueur. Ce qui se concrétise généralement par le strict minimum l’heure du déploiement des mesures de sécurité, aux infrastructures nécessaire seulement.

Comme le signifiait Fabrice Le Page : « En matière de cybersécurité, les mesures proactives sont toujours préférables, car à long terme elles permettent de gagner beaucoup de temps. Cependant, la pratique montre bien que certaines entreprises découvrent à leur dépens l’intérêt de la cybersécurité, après avoir fait des erreurs qui ont causé des incidents et qui leur ont coûté très cher. ». De ce fait, les mesures dites proactives tu peux voir s’appréhender sous plusieurs formes. On peut parler notamment de l’adoption de mesures de sécurité informatique complexes destinée à protéger l’ensemble du système informatique. On fait allusion ici aux terminaux, aux objets connectés, au service cloud, etc. De plus, l’une des mesures proactives des plus conseillés est la formation des collaborateurs et des dirigeants face aux différents dangers de la cybermalveillance. On pourrait aussi citer la définition d’une stratégie de sécurisation des systèmes à travers des mises à jour de sécurité régulières, où la définition d’un protocole de sécurité dans une situation de violation le système.

L’une des avancées dans le domaine de la gestion des systèmes d’information, a été l’entrée en vigueur de règlement général de la protection des données, norme européenne, qui oblige les entreprises à respecter un minimum de mesure de sécurité lorsqu’elles gèrent un ensemble de données à caractère personnel.

Par ailleurs, dans la définition de la stratégie de sécurité, les entreprises sont généralement confrontées à deux types de problèmes : d’une part le coût financier et de l’autre, le manque de mains d’oeuvre qualifiées. « Certaines entreprises ne disposent pas des budgets suffisants pour se protéger complètement, en particulier lorsque leurs besoins vont au-delà de la traditionnelle protection des Endpoints et qu’il faut aussi sécuriser des environnements virtualisés, par exemple. Par ailleurs, un personnel qualifié est indispensable pour mettre en œuvre et maintenir une stratégie de sécurité efficace sur le réseau d’une entreprise. Ce personnel est rare et cher. ». En outre, alors très difficile pour certaines entreprises en particulier les PME et les entreprises à taille intermédiaire de pouvoir construire de manière solide leurs défenses, chose qui aujourd’hui est devenue littéralement une nécessité. En effet, avec la crise sanitaire qui a plongé le monde dans une situation assez inhabituelle. Une situation qui a rencontré des milliers de collaborateurs à travailler à distance, élargissement ainsi de manière exceptionnelle, la surface d’attaques des cybercriminels.

Comme base de toute politique de sécurité, il serait intéressant pour les entreprises de miser beaucoup plus sur la prévention des attaques informatiques. Car la détection des incidents en prenant permet de réduire au maximum les dommages que pourrait causer violation si elles atteignent un seuil critique. « Et s’il faut choisir entre la prévention et la visibilité, l’accent devrait toujours être mis sur la prévention des violations. La plupart des cyberattaques ont pour but le vol d’informations, comme des données sur les clients ou des éléments de propriété intellectuelle. » souligne l’expert de BitDefender.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage