Plusieurs smartphones vendus en Afrique équipés de malware déjà installés

Récemment découvert, il est mentionné que plusieurs milliers de smartphones d’origine chinoise sont infectés de programmes malveillants déjà préinstallés et vendus couramment en Afrique.

Les pays les plus touchés par ce phénomène serait le Sénégal, l’Éthiopie, le Cameroun, l’Égypte et le Ghana. Accusé d’être responsable de cela, le constructeur de ces mobiles, Transsion Holdings se défend publiquement d’en être la cause.

Cet article va aussi vous intéresser : La protection des données personnelles, un véritable casse-tête en Afrique

La découverte a été fait par des spécialistes de la sécurité informatique de la plateforme Upstream Secure-D. Ces derniers dénoncent c’est parti qui consiste à abuser des utilisateurs vulnérables pour leur injecter des programmes malveillants sur les terminaux qui leur seront vendus. Souvent, dans certain contexte les victimes sont obligés de consommer du temps d’antenne prépayé.

L’un des programmes malveillants les plus observés est xHelper, un cheval de Troie très dangereux.

Pour ce qui concerne le groupe Transsion, c’est un constructeur de téléphone portable qui n’est pas vraiment présent sur le marché chinois ni Européen. Sa cible est beaucoup plus africaine. Il a connu fabriqué des smartphones moins chers pour les revendre en Afrique. En 2017, il était connu comme le plus grand fabricant de smartphone sur le continent africain, et cela à cause de sa filiale Techno mobile.

Il n’y a pas si longtemps, la société de sécurité informatique Upstream Secure-D a mise à nu la découverte de 2 programmes malveillants réinstaller dans les smartphones commercialisés par la filiale techno mobile de transissions. Le premier est Triada, qui est connu comme un programme malveillant dans le but et d’installer le cheval de Troie xHelper sur les smartphones. Un programme qui aura pour objectif de siphonner les informations personnelles des utilisateurs, en particulier les données bancaires des usagers à des services payants ou pour afficher des publicités à caractère intrusives. « Le Trojan xHelper persiste à travers les reboots, les suppressions d’applications ou les réinitialisations à l’état d’usine, le rendant extrêmement compliqué à éradiquer même pour les professionnels », signifie Upstream Secure-D dans son récent communiqué.

Il est noté près de 19,2 millions de transactions réalisées par la firme comme étant suspecte et frauduleuses depuis le mois de mars 2019. Et cela sur près de 200 000 appareils de marque techno mobile. La société de cybersécurité a confirmé que près de 53 000 mobiles, en circulation sur le continent africain ont déjà été infectés par des programmes malveillants. Le problème majeur c’est que ces programmes malveillants dont il est question sont préinstaller sur les mobiles depuis leur sortie d’usine.

« Le fait que le malware arrive préinstallé sur ces appareils, qui sont achetés par des millions d’utilisateurs à bas revenus, illustre ce qui ne va pas dans l’industrie », précise Geoffrey Cleaves, directeur de Upstream Secure-D à CNN.

Contacté par la presse concernant ce problème, un porte-parole de la société chinoise affirmait qu’un « fournisseur non identifié dans le processus de la chaîne d’approvisionnement est responsable de l’installation du code malveillant. ». Le constructeur chinois rassure ne pas « avoir profité du malware et refuse de décliner le nombre d’appareils infectés », précise le site d’information américain. Entreprise chinoise a déclaré aussi avoir apporté un correctif de sécurité pour combler ce problème. À titre de rappel notant que le programme malveillant Triada n’est pas connu du grand public que depuis 2016 et a même fait œuvre d’un article publié sur le blog de Google qui affirmait que son existence était due à des « parties tierces » à la chaîne de production.

Pour Geoffrey Cleaves, l’entreprise chinoise assurée pleinement fautive de cette situation. Selon ce dernier elle profite bel et bien de la méconnaissance dans le domaine des nouvelles technologies et de la pauvreté des personnes ciblées par ces appareils pour leur vendre des appareils qui ne remplissent pas les conditions de sécurité. « Un escroc est capable de profiter de la demande de prix bas en offrant ses services même à part, sachant qu’il couvrira ses coûts grâce à ces fraudes », affirme-t-il au media à BuzzFeed News.

Un problème de sécurité informatique à grande échelle qu’il faut chercher le plus tôt à résoudre dans la mesure où cela peut impacter grandement tous les secteurs d’activité du continent.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage