Quelle est la place de l’intelligence artificielle dans la guerre entre pirate informatique et il les éditeurs des solutions antivirus ?

Les solutions antivirus et autres programmes de sécurité informatique commence de plus en plus à utiliser l’outil du Learning Machine pour améliorer la capacité de détection des programmes malveillants.

Si cela est bon voir bénéfique pour les capacités de déduction, il n’en demeure pas moins que cela représente aussi des inconvénients non négligeables. En effet, avec le développement des savoirs-faire, des cyber malfaiteurs, il sera facile bien sûr de trouver des méthodes viables pour induire l’intelligence artificielle en erreur. Et on sait que cela est totalement probable.

Cet article va aussi vous intéresser : L’année 2020 et les cybermenaces. Quelles projections pour quelles menaces ?

Sur un point de vue pratique, le deep learning en français, l’apprentissage automatique profond peut apporter de façon significative un coup de pouce au méthode de détection que propose les solutions antivirus du moment. Ils ont gagné en efficacité mais aussi en rapidité. Et la rapidité dans ce domaine est d’une importance cruciale. L’idée de fusionner le deep learning au solution antivirus a été détaillé lors de la conférence CyberSec & AI quel lieu à Prague durant le mois d’octobre 2019. cette combinaison de technologie a été démontré par l’éditeur d’antivirus Avast à travers quelques techniques qui sont déjà en cours de production. Par exemple l’éditeur a mis en avant son module de protection dénommé Web Shield, qui à travers une fonctionnalité proposée permet d’analyser en seconde plus de 70 milles URLs afin de déceler celles qui sont malveillantes, que ses nombreux clients à hauteur de 400 millions, en tendance à visiter presque à tout moment. cela est expliqué en ces termes, le fonctionnement exact de la fusion deep learning et solution classique d’antivirus à travers le Web Shield : « Un premier réseau de neurones va essayer de détecter des anomalies dans l’adresse elle-même, tant au niveau de sa structure que de l’agencement des lettres. Un second réseau de neurones va ensuite prendre une copie d’écran du site et analyser certaines parties de l’image et la comparer à des sites légitimes existants. Si la page ressemble à une page du site d’Apple, mais que l’adresse ne fait pas partie de son domaine, alors c’est une URL malveillante », detaille Rajarshi Gupta, le vice-président en charge de l’intelligence artificielle de Avast.

Et ce n’est pas tout, le deep learning est aussi utilisé dans les cadres d’analyse comportementale, ce qui facilite bien sur la détection d’attaques réseau dirigées à l’encontre de leurs clients. Pour cela éditeur d’antivirus possède une liste noire qui rassemble plus de 2 millions d’addresses IP indésirables. « Mais c’est difficile d’intégrer une telle liste noire en local chez nos clients. Un réseau neuronal nous permet de ne retenir que les serveurs C & C (botnets) les plus virulents. Au final, nous obtenons une liste de 200 000 adresses couvrant 95 % des attaques », explique Rajarshi Gupta. Il notera aussi un point essentiel : « On ne peut pas faire comme dans la reconnaissance d’image et avoir des gens qui disent « ceci est un malware » ou « ceci n’est pas un malware ». Il y a trop de données à analyser et trop peu de personnes qualifiées capables de le faire ». comme pour montrer des limites du deep learning à ce stade.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage