Archives pour l'étiquette mot de passe

Pirater des stars est-il si difficile que cela ?

Pascal Desgagnés, célèbre « pirate de stars » doit faire face à environ 7 chefs d’accusation face à la justice française.

Ce dernier aurait réussi à s’emparer de centaines de photographies contenues dans des téléphones privés appartenant à des personnalités publiques très connues. Et il se pourrait qu’il ne s’y ait pas pris à travers de stratagème à assez complexes.

Cet article va aussi vous intéresser : Ces stars qui se font pirater leurs comptes

Selon l’une de ses victimes du nom de Jessica Harnois, il a sûrement réussi à l’avoir parce qu’elle utilisait depuis des années le même mot de passe, sur plusieurs de ses comptes. C’est à la suite de la découverte du piratage qu’elle subissait qu’elle a décidé de changer les choses. « Oui, j’utilisais toujours le même mot de passe depuis longtemps, et je l’utilisais sur d’autres sites », a-t-elle souligné. Et cette combinaison était aussi utilisé par cette victime pour accéder à son compte iCloud, le service cloud Apple ce qui lui permettait bien sûr de stocker certaines données tels que des images ou encore des vidéos. En plus de iCloud, les mêmes identifiants de connexion et mot de passe était utilisé pour lui permettre d’accéder à son compte Instagram Facebook et même Netflix.

Sinon une source de la police à la Presse vendredi, ce ne sont pas les mobiles ces victimes qui avait été compromis. En effet la faille provenait en majorité de comptes iCloud qui étaient généralement associés. Et selon les résultats des enquêtes, il n’a pas été découvert que le pirate informatique avait injecté dans les téléphones, des programmes malveillants qui l’aurait aidé dans sa tâche d’espionnage, ou même qu’il aurait fait une copie du contenu des cartes SIM, les individus avec des mauvaises intentions ont fait fuiter certaines informations, comme le suggère certains experts.

Par ailleurs, on sait que le pirate informatique en ayant accès au compte iCloud de victimes, il pouvait par cela avoir accès à certain contenu de l’iPhone dans son ensemble. en effet que ce soit le multimédia les contacts ou encore les notes, littéralement stockés. Donc ce dernier ne fera que naviguer vers les données qui pourrait l’intéresser. Par ailleurs comme le compte iCloud Apple permet aussi à synchroniser les emails ainsi que la galerie photos et vidéos, le pirate informatique et alors lire les messages reçus par ses victimes, télécharger les photos et vidéos qui pourraient l’intéresser. il peut aussi dupliquer le contenu de l’iPhone de sa victime en connectant un autre iPhone vierge avec les identifiants de cette dernière. et il pourra avoir le contenu en temps réel sur un autre terminal sans faire le maximum d’efforts.

Mais ce qu’il faut savoir c’est que pour le moment, le pirate informatique n’a pas réussi à avoir accès aux fonctions d’appel téléphonique ainsi que celle des SMS reçu par les victimes selon la source policière. « Plus on en sait sur ce qui s’est passé, plus les faits portent à croire qu’effectivement, le pirate a probablement eu accès au compte iCloud des victimes. », explique un spécialiste en sécurité informatique du nom de Eric Lessard. « Il a fait ce qu’on appelle dans le jargon un “iCloud swap”. ».

Cependant, on ignore toujours comment le pirate informatique a réussi à se procurer les identifiants et le mot de passe de ses victimes. « C’est à peu près à 95 % sûr que le pirate a eu accès quelque part sur le dark web à une base de données de mots de passe et d’identifiants. » notait Eric Lessard

L’idée le plus probable serait ces bases de données où l’on commercialiserait des milliers de combinaisons d’identifiants de façon illégale. Dans la plupart des cas ce sont des identifiants qui ne sont plus à jour. Cependant il n’est pas rare de trouver certain qui fonctionnent encore. Ce qui fait que le spécialiste Éric Lessard signifie ceci : « Si tu ne changes pas de mot de passe à intervalles réguliers, et que tu utilises le même mot de passe partout, tu te rends vulnérable à ce genre d’attaque. C’est comme laisser les portes de la maison débarrée. Ça devient un peu de la négligence. »

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Les différentes types d’attaques informatiques qui nous guettent au quotidien

Comme nous le savons tous, les méthodes d’attaques informatiques n’ont cessé de se développer depuis ces 10 dernières années.

Il est donc temps de faire un point sur l’ensemble des méthode de cybercriminalité les plus utilisés, au cas ou nous seront forcément confrontés ou nous sommes déjà des victimes. Dans le contexte actuel, le cybercriminel dispose de suffisamment de moyens des techniques et de cible pour s’adonner à cœur joie au piratage informatique.

Cet article va aussi vous intéresser : Smishing, la nouvelle méthode de piratage par la carte SIM

Ce qui rend fréquent les attaques informatiques que subissent les utilisateurs du web et les entreprises. De là, on se rend compte que tout le monde est vulnérable dans cette histoire. Que ce soit les entreprises dont on parlait plus haut, les états et autres organismes, sans oublier les particuliers, nous sommes tous victimes de potentiels victime de la cybercriminalité.

Ce qui fait que se protéger sur Internet est devenu aujourd’hui l’une des priorités, pour ne pas dire la priorité. Et pour cause, il n’est pas sans oublier ses multitudes d’attaques Informatiques auxquels nous sommes tous exposés.

1 – Minage de cryptomonnaie malveillants (le cryptojacking)

Le développement des monnaie cryptographique, et l’engouement qui a été suscité par l’émergence du bitcoin ont semé les graines de cette forme de menace informatique. Le cryptojacking est aussi appelé en français le minage de crypto monnaies malveillants, est une forme de menace informatique qui consiste et produire des programmes malveillants dans l’ordinateur de particuliers ou d’une entreprise ( on parle là ici d’ordinateur au pluriel), dans le but de se servir des ressources du terminal pour générer de la crypto monnaie, et ce à l’insu de l’utilisateur principal.

2 – Les rançongiciels (ransomware)

c’est l’une des attaques informatiques les plus prisées ces 5 dernières années pour ne pas dire c’est 10 dernières années. En effet les rançongiciels sont, il faut le dire à la mode. Comme son nom l’indique, le rançongiciel a un programme malveillant, dont l’objectif par l’utilisation de son éditeur, et de prendre en otage les données informatiques contenues dans un système informatique. une fois le programme malveillant installé sur le système.

Il procède automatiquement à un chiffrage de données empêchant ainsi les utilisateurs véritables d’accéder au contenu du terminal. de la sorte le pirate informatique exigera à la victime du piratage de payer une rançon (généralement en bitcoin ou autres monnaies cryptographiques) en échange de la clé de déchiffrement qui permettra à l’utilisateur de pouvoir accéder enfin au contenu du terminal piraté.

3 – Piratage des objets connectés

Il faut avouer que ces derniers temps aussi les objets connectés sont en plein essor. De la voiture connectée à la télévision connectée via la montre connectée, tous les outils que nous avons l’habitude d’utiliser sont pratiquement tous connectés aujourd’hui. et de plus en plus, les outils deviennent indispensables voire incontournables. Ce qui n’échappe pas bien sûr aux pirates informatiques qui cherchent à en profiter. et il ne faut pas se leurrer, ces objets sont en majorité moins sécurisés que les smartphones ou les ordinateurs sont utilisés généralement. C’est pour cette raison qu’il est recommandé aux fabricants de faire de plus en plus d’efforts quant à l’amélioration des systèmes tendant à la sécurisation des objets.

4 – Le phishing

dans la catégorie du top 3 des piratage informatique le plus courant, l’hameçonnage ou encore appelé le phishing est une méthode utilisée et répandue dans le monde la cybercriminalité. Il affecte grandement le plus souvent les entreprises, qui ont tendance à subir le plus les dégâts de ce genre d’attaques. Ce qui fait sa particularité, c’est qu’il permet de lancer d’autres types d’attaques, tels que les piratages de rançongiciels ou encore le piratage grâce au malwares sur smartphone. Il consiste à tout simplement attirer la victime vers une plateforme numérique.

Cela peut-être un site internet ou encore un espace dédié à une banque en ligne par exemple. Ce dernier se croyant sur la plate-forme qu’il veut, va immédiatement introduire ces identifiants de connexion et d’autres informations personnelles très facilement récupérés par les pirates informatiques et utilisés à leurs fins.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Et si le mot de parce que nous utilisons était déjà piraté ?

Très récemment, le géant Américain Microsoft à mené une analyse sur différentes bases de données comprenant plus de 3 milliards d’utilisateurs actifs.

Cette analyse a permis de découvrir que plusieurs dizaines de milliers de mots de passe avaient déjà été piratées. Et pire encore, ces mots de passe piratés étaient toujours utilisés par les utilisateurs. La firme américaine a dénombré plus de 44 millions d’utilisateurs de services en ligne fournis par Microsoft qui étaient sous le coup de cette menace, sur les trois milliards d’identifiants qui ont fuité au cours de l’année 2019.

Cet article va aussi vous intéresser : La sécurisation des données : une possible stratégie sans mot de passe

Les concernés ont déjà commencé à recevoir des messages de la part de l’entreprise américaine pour les informer non seulement du problème auquel ils doivent faire face, mais aussi pour qu’ils prennent les dispositions nécessaires pour modifier le plus tôt possible leur mot de passe s’ils ne veulent pas subir les conséquences néfastes de ce problème. L’urgence dans ce cas et alors de mise.

En faisant un point sur les exigences en matière de mot de passe ces derniers temps, il faut noter que aujourd’hui pour la majorité des services en ligne, il est exigé dans la formulation du mot de passe, qu’il y ait au moins des caractères spéciaux, des chiffres et des lettres en majuscule et en minuscule. Autant de combinaisons destinées à rendre le mot de passe très complexe. Même si cela garantit un mot de passe fort, il n’en demeure pas moins que si l’un des comptes de l’individu est piratée, les autres seront sûrement vulnérables, vu que les utilisateurs ont bien sur la tendance à reprendre les mêmes pratiques d’un compte à un autre. Ainsi, le mot de passe a beau être complexe et difficile à deviner, si les pratiques de l’utilisateur n’évolue pas et ne s’adapte pas, ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne se fasse pirater comme c’est le cas pour ces 40 millions d’utilisateurs des services Microsoft.

Ce qui est d’ailleurs à saluer, c’est l’action de Microsoft qui, il faut l’avouer, la première entreprise a initié cette démarche tendant à vérifier les identifiants utilisés par les utilisateurs de ses services dans le but de soit de créer des comptes ou d’utiliser des comptes déjà existant. Cela a permis à ses 40 millions de personnes pour ce qui sont assez disciplinés de savoir que leurs comptes ne sont pas si sécurisés qu’ils le croyaient.

D’un autre côté, il sera notamment visible la difficulté qu’a un utilisateur standard de garder en tête l’ensemble des mots de passe qui l’utilise presque partout. Sans oublier aussi que sur le téléphone mobile ou sur la plate-forme généralement dédiée terminaux mobiles, les mots de passe en en grande partie mémoriser. c’est qui a des natures bien sûr à faciliter le piratage de ses codes secrets, et de compromettre ici les plateformes et les services utilisé par les individus qui ne sont pas assez disciplinés.

Alors il est conseillé d’utiliser des outils qui permettront dans certains cas de générer des mots de passe assez complexes et uniques ainsi que d’autres qui leurs permettront de les sauvegarder en toute sécurité et de pouvoir les utiliser sur la plate-forme sans chaque fois être obligée de les saisir. L’on fait allusion notamment au générateur de mot de passe et au gestionnaire de mot de passe.

Par ailleurs il existe des plateformes qui vont permettre de vérifier si vos identifiants de connexion (adresse mail, mot de passe…) on déjà été piraté.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



La France, le pays le plus piraté en 2019 ?

Selon diverses sources, la France a connu durant l’année 2019, le taux le plus élevé en matière d’attaques Informatiques de ses structures privées et publiques.

Il a été dénombré environ 67 % des sociétés privées victimes d’attaques informatiques, alors que seulement 10 % d’entre elles étaient en mesure de se défendre contre elles.

Cet article va aussi vous intéresser : 4 faits qui prouvent que c’est l’homme la faille principale de sécurité

Par ailleurs il faut notifier quelque chose de très important. Les structures privées qui ont été les plus touchées n’étaient pas des multinationales ni encore des petites entreprises. en réalité les entreprises les plus touchées étaient les établissements à taille intermédiaire (ETI), dont le taux d’attaques s’est accru depuis l’année dernière de 36 pourcents à 63 %. D’où la fameuse question de savoir si les structures privées et publiques risque de devenir des Championnes en matière de cyber attaques eu égard à l’approche minimaliste que fait cette dernière de la sécurité informatique ?

Comme on le sait tous, aucune institution publique au même une société privée n’est invulnérable. Dans le domaine de la sécurité informatique, le risque zéro n’existe pas. Peu importe la stratégie de sécurisation ainsi que la puissance des programmes informatiques dont dispose une structure pour se défendre contre des attaques informatiques, il y a toujours des éléments qu’ils ne faudraient jamais négliger. Par exemple, la stratégie de récupération des données et de relance du système au cas où une attaque qui a réussi à franchir le pare-feu ou en cas de catastrophe naturelle mettant en mal le fonctionnement de certains systèmes.

Un ensemble de protocoles qui est dans la majeure partie des cas négligé par les entreprises de taille intermédiaire.

Il a été conseillé à la majorité des décideurs de pouvoir intégrer dans leur politique de développement et de sécurisation, la protection des données, comme étant le cœur de cette stratégie opérationnelle. Car la protection des données affecte directement la répartition des tâches, la rentabilité des entreprises, ainsi que l’efficacité de service. Car, c’est une chose évidente et sans ambiguïté, toutes les entreprises n’arrivent pas à survivre après le passage d’une attaque informatique d’ampleur considérable. Pour démontrer la conséquence d’une attaque informatique, il faut faire une approche objective et subjective. Dans un premier temps, il faut être clair sur une chose. Une cyberattaque peut entraîner une entreprise à la faillite.

En effet, le temps d’arrêt d’un système informatique qui participe au déroulement de certaines tâches assez complexes et importantes à  lourdes répercussions dans la majorité des cas. Dans cet ordre d’idée, si 93 % de responsables de système informatique  affirment que leur système pourrait résister à une perdre de données, il n’en demeure pas moins que 50 % estime qu’un arrêt de fonctionnement d’environ 1h, est susceptible de causer des dommages financiers très lourd à l’entreprise. À titre d’exemple, prenons le cas de l’entreprise Française Saint-Gobain, qui a essuyé une attaque informatique dont l’une des conséquences était bien sûr l’arrêt des services impliqués par le système informatique attaqué. Au final l’entreprise a subi une perte de 250 millions. d’euros.

Les attaques informatiques sont de plus en plus développées, sophistiquées et nombreuses. Les conséquences sur les entreprises et les institutions publiques sont diverses. Mais il ne faut pas s’attarder sur les conséquences mais privilégier une attitude en qui tend vers la prévention. Les entreprises françaises doivent améliorer leur appréhension des cybermenaces. Elles doivent pouvoir faire une meilleure estimation des menaces qui pèsent sur elle. Le danger ne fera que s’accroître, mettant en péril, des sources de revenus pour l’État français ainsi que pour la population qui sera directement la plus touchée si les responsables des entreprises à taille intermédiaire ne décident pas de consacrer plus de temps, d’argent et de stratégie.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



4 faits qui prouvent que c’est l’homme la faille principale de sécurité

Depuis toujours, les spécialistes ont toujours été d’accord sur le fait que l’humain est sans nul doute le maillon le plus faible de la chaîne de la sécurité informatique.

Cet article va aussi vous intéresser : La sécurisation des données : une possible stratégie sans mot de passe

Cela se voit alors dans les mauvais actes, incessamment répétés, souvent partant de l’insouciance à la Webnonchalence en passant par la maladresse. D’où la fameuse question posée par les plus ironiques : « l’humain court-il à sa cyberperte ? »

Selon le président du général de la firme de cybersécurité Avast Ondrej Vlcek : « Plus de 90% des attaques en entreprises sont imputables aux hommes, aux ouvertures d’e-mails et de pièces-jointes inconnues »,

Durant l’événement de la MasterCard innovation forum, qui a eu lieu le 14 novembre dernier précisément à Paris en France, un expert de la sécurité informatique du nom de Ilan Graicer, a essayé de démontrer à travers quelques illustrations, qu’il n’est pas nécessaire d’être un génie ou même hacker pour exercer le piratage informatique. en effet certaines actions se sont déroulés et qui permettent de dire clairement que l’homme est lui-même le premier fautif des attaques informatiques.

1 – Le premier cas remonte depuis le début de l’année 2017, l’agence américaine de Hawaii pour les situations d’urgence, suite à une fausse alerte essaie de s’expliquer à la presse les raisons de cette méprise. Le problème, c’est que dans le fond de la vidéo on pouvait Clairement déchiffrer les codes confidentiels notés sur des post-it et collés sur le mur ou sur des écrans d’ordinateurs. Fait qui a quand même fait sourire notre expert en sécurité informatique qui dira : « continuez à faire ce que vous faites, vous nous facilitez le travail. »

2- Le deuxième cas se réfère à une bourde faite par l’actuel premier ministre d’Israël, Benjamin netanyahu. En effet, ce dernier en voulant montrer à l’opinion publique qu’il paye lui même ses déjeuners professionnels, lui et son prédécesseur, Ehud Barak ont eu la maladresse de publier une photo d’eux, durant ce mois de juillet 2019, leur carte bancaire à la main lors d’une réception. Erreur qui leur a fallu de bloquer cette dernière carte une fois l’énorme erreur commise découverte.

3- Le 3e cas concernant généralement la composition des mots de passe. Pour Ilan Graicer, « les mots de passe sont toujours les mêmes. Ils sont prédéfinis sur des routeurs Internet, des téléphones portables et même les pacemakers. Personne ne les change ! ». cela explique simplement pourquoi il est si facile aujourd’hui de pirater un système informatique, un compte en ligne ou un terminal tout simplement. généralement les internautes ne sont pas véritablement motivés de former des mots de passe assez costaud pour les protéger contre les attaques informatiques. Dans la catégorie des mots de passe et plus célèbre et plus facile à pirater nous avons le 1 2 3 4 5, celui de la fameuse expression ‹« mot de passe ». Le mot de passe de Kanye west est une bombe atomique. De quoi faire marrer plus d’un. On se rappelle qu’en octobre 2018, le chanteur Américain avait été invité à la maison Blanche. Durant la visite, ce dernier déverrouille son téléphone devant les caméras parquet sur lui. Résultats, tout le monde a pu se rendre compte que son mot de passe était 6 x 0. Une négligence quelque qui peut coûter très cher au niveau de la pratique.

4 – Nous parlerons du porte-parole de la maison Blanche et une bourde commise sur Twitter. En effet en 2017, paroles de la maison Blanche et du président américain Donald Trump connu sur le Sean Spicer qui a fait une publication où on pouvait lire d’étranges inscriptions « n9y25ah7 » et « Aqenbpuu », ce qui ressemble fort à l’écoute secret.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage