ToTok, 10 millions d’utilisateurs sont-ils espionnés ?

Depuis la semaine dernière, l’application de messagerie dénommée ToTok est touchée par une accusation selon laquelle elle serait un outil d’espionnage visant ses millions d’utilisateurs.

Un espionnage qui serait fait pour le compte des Émirats Arabes Unis.

Ayant des fonctionnalités qui la rapproche assez d’une application chinoise de telle sorte que certains même la déclare comme étant sa copie, ToTok et une application qui comptabilise environ 10 millions d’utilisateurs. Et cela s’explique par le fait que les applications WhatsApp ou encore Skype ont été interdit dans certains pays, ce qui lui a permis de grappiller un nombre suffisant d’utilisateurs.

Cet article va aussi vous intéresser : WhatsApp – Telegram… Quelle application de messagerie instantanée choisir ?

Selon les média, cette affaire est plus qu’une rumeur. Il peux même être comparé à un film d’espionnage. Cette application a été bannie de l’appstore de Apple. cependant à première vue elle ressemble à une application de messagerie tout à fait classique. Mais dès le début du scandale, c’est l’idée de l’espionnage de ces millions d’utilisateurs qui est mise en avant. Le gouvernement émirati est pointé du doigt pour ces manœuvres peu convenables.

Comment nous l’avons mentionné plus haut, il est interdit dans l’espace des Émirats arabes unis certaines applications de messagerie très connues sur le plan mondial tel que WhatsApp ou encore Skype.  C’est dans ce but qu’une application maison a été développée pour répondre à ce genre d’attente. Cependant le gouvernement aurait profité de cette exclusivité de l’application de messagerie ToTok pour surveiller sa population.

Si au début les téléchargement de l’application était beaucoup plus dans la région du moyen Orient et dans la région du Golfe, il y a eu ces derniers temps une extension vers les pays de l’Europe et aussi aux États-Unis. Après certaines constatation, il a été révélé par le New York Times un média américain, que l’application de messagerie en fait était une application espionne dont le but est d’enregistrer les conversations, les mouvements, les rendez-vous, les images, les sons ainsi que tout type de transmission passant pour être ensuite émise au gouvernement des Émirats arabes unis.

Cette hypothèse a été confirmée après une analyse minée par des experts de la sécurité informatique. L’application de messagerie est belle et bien un programme espion. Derrière l’application incriminée, se cache une entreprise du nom de Breej Holding, qui serait selon les enquêtes menées, une société écran affiliée à une autre entreprise qui est situé à Abu Dhabi dénommé DarkMatter. Cette dernière aurait pour spécialité, le piratage informatique et la cyber intelligence. On sait que au sein de cette entreprise, des anciens agents de renseignement américains y travaillent ainsi que d’anciens membres des services secrets de l’État hébreu. Une sorte d’agglomération d’anciens espions du monde entier. Le FBI a même initié une enquête contre cette entreprise pour crime informatique. par ailleurs l’enquête plus poussée a démontré aussi que l’application avait un lien avec une autre entreprise basée à Abu Dhabi dont l’expertise était l’analyse des données numériques. Cette dernière entreprise s’appelle Pax Al. l’une des choses la plus flagrante dans cette histoire, c’est que les entreprises affiliées à l’application sont toutes situées dans le même bâtiment la capitale émirati.

L’application s’est fortement inspirée de YeeCall, une application d’origine chinoise très populaire, suivie de quelques adaptations pour être plus appréciée par sa cible principale. l’une des fonctionnalités liées à l’espionnage de l’application consiste à tracker par exemple la localisation de l’utilisateur dès que ce dernier décide de consulter par exemple les prévisions météo.

Pour le moment Apple est la seule structure qui l’a banni de son store d’applications. on aimerait voir la suite dans les prochains jours à venir.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage