Un énième recours collectif contre Google

La firme de Mountain View à l’instar de ses compères du GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazone) ne cesseront jamais de faire parler d’eux lorsqu’on aborde la question de l’atteintes à la vie privée et du tracking sur internet.

Dans le courant de cette semaine, précisément dans l’État de Californie, aux États-Unis, un gros collectif a été déposé contre le géant du numérique. Cela ne change pas des autres fois, car pour cette fois-ci, les plaignants l’accusent de surveiller les utilisateurs des services Google, dans l’intégralité de leur activité en ligne, et même lorsque ces derniers sont en navigation privée.

Cet article va aussi vous intéresser : Facebook et Google, une « menace » pour les droits humains ?

Une accusation qui ne change pas d’habitude. Que ce soit Facebook, ou Google, le problème principal qui leur est reproché est exactement leur énorme curiosité, leurs manie de vouloir à tout prix savoir ce que font leurs utilisateurs lorsqu’ils sont connectés sur internet.

L’indiscrétion des services Google pourrait être encore plus profond que l’on ne pense, si nous nous référons au contenu de la plainte déposé contre la société américaine. Elle accuse Google d’utiliser ses services de manière illicite, afin de surveiller leurs habitudes et l’ensemble des actions qu’ils mènent sur internet. Et cela, sans accord préalable des personnes ciblées. Des plaintes qui ne pas des précédentes contre le géant. Les services indexés dans la plainte sont notamment Google Ad manager, Google analytics, Google Sign In, sans oublier plusieurs plug-ins et d’autres extensions pour applications. Ce sont des services qui sont utilisés par près de 70 % des éditeurs de contenus pour site web, et de l’autre côté le système d’exploitation Android (présent sur près de 80% des smartphones) qui fonctionne pratiquement à 80 % avec ses services. Dans  ce contexte, Google serait en mesure non seulement de savoir ce que l’utilisateur recherche, mais aussi ce qu’il a déjà rechercher, et tout ceci avec une précision exceptionnelle couplée à l’adresse IP. Un tracking de Google assez intrusif qui serait actif même lorsque l’utilisateur est en mode de navigation privée.

L’action collective met en avant un point essentiel qui depuis un certain moment est devenu plus qu’une règle : l’exigence du consentement éclairé et préalable de l’utilisateur. Il est dit que la firme de Mountain View ne respecte pas cette exigence. Et comme on le sait, les sites internet n’ont aucune obligation de révéler les données qui sont collectées par Google lors de la navigation de l’utilisateur hormis les leurs. Les plaignants exigent alors, une compensation financière de géant américain à hauteur de 5000 dollars ou une amende équivalent 3 fois cette somme par personne en guise de dommages et intérêts. La motivation d’une exigence serait la condamnation de Google pour non-respect de la vie privée.

Tous les détenteurs d’appareils tournant Android ayant une fois ouvert une page web au travers des services Google sont invités à rejoindre l’action collective. L’invitation s’étent aussi à toute personne :

– Ayant un compte Google,

– Qui vit aux États-Unis

– Qui aurait plusieurs fois utilisée les services Google, que ce soit en navigation normale ou en navigation privée.

On peut donc faire une évaluation à hauteur de plusieurs millions des personnes, les potentiels intéressés de cette action collective.

Si cette fois-ci c’était en Californie, il faut noter que la semaine dernière, dans l’Arizona, une plainte similaire était déposée toujours contre Google. De ce côté aussi, il est reproché au géant américain d’abuser de sa position et de ses services, pour pister les utilisateurs, sans au préalable recueillir leur consentement. Il ajoute quant à eux que le système d’exploitation de Google c’est-à-dire Android, a été conçu de telle sorte à surveiller les utilisateurs des smartphones compatibles, que ce soit au niveau de leur déplacement et de leur position géographique. Et cela quand bien même que l’utilisateur ait désactivé les services de localisation.

Les plaintes à l’égard du géant américain ne se limitent pas seulement aux États-Unis. Au Royaume-Uni et en Australie, plusieurs autres plaintes ont été enregistrées. Dans la foulée il ne faudrait pas oublier que l’année dernière, précisément en septembre, la firme de Mountain View était sanctionnée par une amende 170 millions de dollars, après avoir été reconnue coupable de collecte de données personnelles appartenant à des enfants suite à leur activité, sur YouTube.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage