10 millions de dollars la rançon exigée par les pirates informatiques ayant attaqué Bouygues construction

Le 31 janvier 2020, le géant français du BTP Bouygues Construction était la cible une cyberattaque.

L’annonce a été fait officiellement par l’entreprise elle-même et on pouvait lire sur son compte Twitter : « Le réseau informatique de @Bouygues_C a été victime d’un acte de cybercriminalité. Tout est mis en œuvre pour un retour à la normale dès que possible. Nous sommes en lien étroit avec nos clients, nos partenaires et les autorités compétentes. ».

Cet article va aussi vous intéresser : 10 millions de dollars : la somme d’argent exigée par les pirates informatiques pour ne pas divulguer les données de Bouygues Construction

Dans un communiqué de presse, le porte parole de l’entreprise déclare « Une attaque virale de type ransomware a été détectée sur le réseau informatique de Bouygues Construction le 30 janvier. Par mesure de précaution, les systèmes d’information ont été arrêtés afin d’éviter toute propagation. À cette heure, les équipes sont pleinement mobilisées pour un retour à la normale le plus rapidement possible avec l’accompagnement d’experts. Les équipements sont progressivement remis en service après avoir été testés. L’activité opérationnelle des chantiers n’est pas perturbée à ce jour. L’ensemble des collaborateurs est totalement mobilisé pour que l’activité se poursuive afin de minimiser l’impact pour nos clients et partenaires. Nous sommes en contact étroit avec eux et avec les autorités compétentes. Le groupe fera un nouveau point en début de semaine ».

Selon les différents médias qui ont couvert l’affaire, la masse de données qui aurait été dérobée par les cybercriminels s’évalue à environ 200 Go. Dans la foulée nous avons appris que les pirates informatiques ont exigé le paiement d’une rançon s’élevant à hauteur de 10 millions de dollars. Et dans l’éventualité que Bouygues Construction refuse de paiement d’une telle somme, leurs données sensibles seront divulguées.

La cerise sur le gâteau, l’attaque a bel et bien eu lieu au moment du Forum international sur la cybersécurité de son édition de 2020 à Lille. On sait que depuis lors, les serveurs de Bouygues Telecom au niveau mondial sont verrouillés. Le groupe français a bel et bien mentionné son refus total de payer la somme exigée par les pirates informatiques. Du coup on se dit qu’il faudra presque un mois pour que tout puisse aller normalement pour le géant français.

Dans cette affaire il n’y a véritablement rien d’inédit. Les pirates informatiques ont profité d’une faiblesse du système pour le prendre en otage tout simplement. Cela ressemble à un énième cas comme on l’a si bien vu en 2019. Et parlons de 2019, la firme de cybersécurité Malwarebytes, dans son rapport du deuxième trimestre de 2019 avait noté une certaine croissance au niveau des attaques aux rançongiciels dirigés contre les entreprises. Et ce n’est pas tout, il y a aussi une modification de pratique de ces attaques informatiques.

Les pirates informatiques ne vont plus se contenter de simplement prendre en otage les systèmes en échange du paiement d’une rançon. Comme on le sait plusieurs entreprises se sont déjà opposées à l’idée de payer. Dans ce cas ils vont mettre en place dans la foulée un système de contrainte. Faire chanter ses entreprises en les menaçant de publier leur données sensibles sur internet. « Le groupe Maze derrière l’attaque de Bouygues en fait partie. ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage