Le géant Google et la justice Britannique aux prises

Depuis le début du mois, le géant du numérique américain Google est dans le encore dans le collimateur de la justice britannique pour une affaire concernant des utilisateurs d’iPhone que la firme Américaine aurait traquer.

En effet, il serait reproché à Google d’avoir recueilli de manière illégale des informations sur des usagers du navigateur d’iPhone Safari, entre l’année 2011 et 2012. Une affaire de plus qui va ternir l’image du géant américain et qui renforcera les suspicions qui étaient formées en son encontre.

Cet article va aussi vous intéresser : Après avoir dévoilé certaines failles de sécurité d’iPhone, Google est accusé par Apple « de pratiquer la politique de la peur »

La justice britannique a déjà statué affirmant que l’entreprise américaine doit répondre des accusations qui pourrait bientôt peser sur elle. Opposée à la firme américaine, une organisation de consommateurs dénommé « You Own Us ». Ce groupe est dirigé par un dénommé Richard Lloyd. Ce dernier affirme que la société américaine s’est permise de recueillir des informations personnelles de plus de 5,4 millions d’utilisateurs de la marque iPhone.

Google a réussi ce méfait en contournant la configuration de confidentialité qui était installée par défaut sur le navigateur des téléphones iPhone par Apple. Cette action a été baptisé le « Safari Workaround ». Par ce manège, Google se servit de son intrusion pour espionner l’historique de navigation des utilisateurs cibles, et utiliser leurs données personnelles pour orchestrer un ensemble de publicités ciblées.

Apparemment, il aurait fallu un extrait de programme JavaScript pour réussi à contourner la protection du navigateur de iPhone qui empêchait les installations de cookies sur Safari. « Nous avons entamé une action représentative contre Google parce que nous pensons qu’ils ont abusé des droits des utilisateurs d’iPhone en prenant leurs données illégalement.» expliquaient ainsi les plaignants.

Le représentant du groupe Richard Lloyd dit vouloir chercher le « plus petit dénominateur commun ». Et on s’attend à une grosse amende qui pèsera sur Google vu le nombre de personnes qui compose ce groupe de plaignants. Ce qui n’est pas une première dans l’histoire de l’entreprise. Déjà en 2013 Google avait été condamné à payer 17 million de dollars pour des réclamations qui ont été formulées par 37 états américains concernant le même problème impliquant Safari, le navigateur d’Apple qui avait servi à installer des cookies sur des terminaux sans qu’aucune autorisation n’ait été demandée aux utilisateurs.

De plus il a été rapproché à Google qui avait affirmé haut et fort que le paramètre par défaut du navigateur d’iPhone pourrait simplement suffire à empêcher que ces derniers ne soient suivis par les sites internet visités. Ce qui était visiblement faux. On sait qu’après cette affaire, Google avait demandé qu’aucun cookie ne soient installés sur le téléphone des utilisateurs d’iPhone sans que leur avis soit demandé au préalable. La facture réglée bien sûr à l’amiable, et Apple de son côté avait fournit correctif de sécurité qui était censé permettre d’assurer une plus grande sécurité quant à l’usage du navigateur Safari.

De son côté, Google à l’intention de demander à la haute juridiction britannique de bien vouloir rejeter le procès concernant cette affaire : « Cette affaire concerne des événements qui se sont produits il y a près d’une décennie et que nous avons abordés à l’époque. » avait annoncé le porte-parole de la société américaine.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage