Microsoft met en place une nouvelle stratégie pour la sécurité des firmwares

L’objectif a toujours été d’améliorer les conditions dans lesquelles les utilisateurs pouvaient se servir des machines sous Windows en toute sécurité.

De ce fait, le géant américain Microsoft, travaille pour mettre en place une architecture nouvelle de logiciels qui sera baptisé « PC Secured-core ».

Cet article va aussi vous intéresser : Quel logiciel pour sécuriser mon Windows ? Voici 7 Suites de Sécurité les plus performants du moment

Le but de Microsoft ici est de mettre une couche supplémentaire de sécurité au niveau du noyau tout directement, dans l’optique de faire barrière aux attaques qui pourraient bien viser les firmwares. Des programmes intégrés aux matériels informatiques qui composent la configuration de l’ordinateur.

On peut citer par exemple les programmes qui sont intégrés aux cartes graphiques, aux disques durs ou encore au processeur. Ce genre de micro logiciels peuvent se révéler très avantageux pour le constructeur. car en pratique ce sont eux qui permettent d’ajouter des fonctionnalités ou encore effectuer des mise à jour sans pour autant être obligé de changer ou de modifier le composant informatique concerné.

Cependant le problème concernant ces micrologiciels, c’est qu’ils deviennent de plus en plus exposés car il est devenu aujourd’hui difficile pour des pirates informatiques de s’en prendre au logiciel standard à cause de nombreuses mesures de sécurité qui se sont développées autour d’eux. Alors les hackers vont se ruer sur ces microprogrammes qui ont été conçus par les fabricants directement affiliés à des matériels composant le terminal informatique qui sont eux moins bien protégés que les autres.

C’est alors que Microsoft, a commencer à envisager un modèle de système de sécurité pour son système d’exploitation et aussi pour les micrologiciels. D’où les PC Secure Core. De ce fait, le nouveau programme de Microsoft fonctionnera comme suit : « Lorsque l’ordinateur démarre, le firmware vérifie la signature de chaque logiciel de démarrage. Mais que se passe-t-il lorsque le firmware ment ? » essayait de soulever les problèmes, le porte-parole de Microsoft sur le média Wired.

Tout cela pour attirer l’attention sur l’importance de son nouveau programme. Ce qui rappelle ce que révélait le Monde informatique, concernant le système d’exploitation : « le système d’exploitation n’a pas forcément les capacités de détection nécessaire pour signaler la compromission du firmware, si bien que les fonctions de démarrage sécurisé et autres protections n’ont plus aucun effet ». C’est alors que tombe point nommé l’alternative proposé par Microsoft.

Et ce projet verra la participation de trois grande société dans le domaine du matériel informatique qui sont Intel, AMD, et Qualcomm. L’objectif est de développer une puce qui pourrait être intégrée dans le CPU, puce qui pourra permettre de vérifier l’intégralité du firmware en passant par une clé de cryptage qui ne sera connu que par les fabricants. La clé de chiffrement reposera sur cette nouvelle puce qui devra effectuer les processus de vérification du firmware.

Si jamais le firmware n’est pas reconnu par le système détection, la machine sera automatiquement stoppé il fera obstacle à toute tentative destiné à infecter le terminal. D’où la couche de protection supplémentaire.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage