Pirater le Mac d’Apple, une chose qui semble si facile pour certains experts

Être en mesure de pirater les terminaux produits par le géant de Cupertino est toujours d’actualité.

Ici nous ne parlons pas de bug Bounty. Cette fois-ci on parle de pirater le laptop de la pomme. Et d’une possibilité de le faire facilement. Selon un ancien employé de l’agence américaine de sécurité nationale, la NSA, le piratage de laptop Apple n’est pas quelque chose de très compliqué aujourd’hui. En effet dans un contexte de développement constant des solutions de piratage, plusieurs personnes ont entrepris de recycler des programmes malveillants. Parmi lesquels d’anciens logiciels de piratage servant à hacker le Mac.

Cet article va aussi vous intéresser : Apple promet 1 million de dollar pour celui qui piratera son iPhone

Selon les explications de Patrick Wardle, Ce serait un jeu d’enfant recevoir des logiciels malveillants destinés à pirater Mac OS. Il va suffire simplement de se servir de virus qui existe déjà ayant servi dans le passé. La personne est intéressée par le piratage de MacOS n’aura tout simplement qu’à modifier certaines informations qui ne prendront pas beaucoup de temps. Et cela a été expérimenté par notre expert de la cybersécurité, lors de plusieurs conférences organisées à cet effet. Si certains pirates informatiques décident de reproduire eux-mêmes leur propre logiciel malveillant dans le but de contrôler un terminal, l’espionner ou encore l’infecter par un rançongiciel, pour d’autres « d’éditer le programme pour modifier l’adresse du serveur de commande. ».

L’avantage de ce procédé, c’est qu’il est possible de le faire avec tout type de système d’exploitation. Ces derniers auront tout simplement besoin de détourner le serveur de programme pour le prendre sous son contrôle. Un autre avantage indéniable de ce procédé, si pas mésaventure le programme malveillant est découvert, la faute sera imputée à ses éditeurs originels. Les recycleurs seront à l’abri et aurons l’occasion d’utiliser leurs propres ressources. De plus, cela permet de gagner un temps considérable.

En outre, si le procédé est possible pour tous les systèmes d’exploitation, avec pour exemple le plus pertinent, EternalBlue pour les PC sous Windows. Nôtre expert a mis en évidence celui de MacOS. Pour faire une ouverture vers l’outil mis en service par la NSA, EternalBlue, il a été utilisé par des pirates informatiques pour lancer une vague de piratage très destructeur notamment par les programmes tels que WannaCry ou encore NotPetya. Pour dire que la réutilisation les logiciels informatique malveillant n’est pas quelque chose d’assez exceptionnel. Ce qui permet à cet expert de mettre en évidence tous les dangers encourus par tous les utilisateurs des terminaux en particulier des Macs. L’idée porte de beaucoup plus sur le Mac car la réputation de sécurité souvent empêche le constructeur américain d’être aussi précautionneux que Microsoft pour leur système d’exploitation Windows.

Une situation qui est censé interpeller les utilisateurs, qu’ils ne devraient pas baisser leur garde Même si un programme informatique a été détecté, rien ne dit qu’il ne peut être recyclé. C’est qui veut dire que le danger demeure et persistera toujours. La conférence sur la sécurité des Macs délivrée par l’ancien agent de la NSA est la preuve même que le terminal le plus sécurisé il n’est jamais assez.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage