Protéger son entreprise face à la cyber menace

La révolution numérique aujourd’hui a rendu l’usage des technologies numériques indispensable.

Il est rare de voir une entreprise fonctionner aujourd’hui sans aucun outil informatique à disposition. Disons qu’il est impossible de voir une telle entreprise. Cependant, cet usage grandissant des services numériques pose la question de la sécurité. Car qui dit numérique, dit cybercriminalité.

Alors, se protéger des cybermenaces doit être une question prioritaire à aborder pour les entreprises. Mais avant de parler de se protéger il faut d’abord chercher à savoir quels sont les menaces les plus probantes et les plus dangereuses pour ces dernières.

De quelles Cybermenaces se méfier en priorité ?

Les Ransomwares (rançongiciels en français) :

C’est l’une des menaces les plus courantes qui ont frappé les entreprises ces 3 dernières années. Certains diront même que c’est la menace la plus probantes. À titre de rappel, il faut noter simplement que le rançongiciel, et un programme malveillant utilisé par des pirates informatiques pour prendre en otage des systèmes informatiques des entreprises. En effet, une fois ce logiciel malveillant installé sur un système ou sur un terminal, il empêche l’utilisateur principal d’y accéder à sa guise. D’un autre côté, les éditeurs de ce programme vont exiger le paiement d’une rançon pour que propriétaire du terminal ou du serveur infecté de puisse accéder au contenu de son système. Dans certaines conditions, l’usage du rançongiciel peut basculer vers la divulgation de données sensibles lorsque les personnes ciblées résistent aux exigences des pirates informatiques. Selon un rapport publié par Ransomware Marketplace de Coverware, les attaquants sur la base de logiciels de rançonnage ont été les plus utilisées durant l’année 2019. C’est d’ailleurs pour cette raison que 2019 est surnommée l’année des Ransomwares.

L’attaque par déni de service (Distributed Denial of Service Attack ou DDos Attak en anglais) :

C’est une technique de cybercriminalité très très répandue. Dans la majeure partie des cas, elle est utilisée contre les sites qui exploitent la majorité de leurs données sur le web. On fera allusion ici au site de e-commerce ou les réseaux sociaux par exemple. Le but de l’attaque, consiste à en lancer plusieurs vers sa cible. De sorte à saturer le réseau de la cible. Une fois cela fait, les cybercriminels exige une rançon pour libérer le réseau permettant ainsi à leurs victimes de pouvoir utiliser librement leur flux.

Les fuites des données :

Le calvaire des entreprises, les fuites données sont quelque chose de constant de nos jours. Il est difficile de faire pratiquement un seul mois sans qu’il n’y ait une fuite de données signalée quelque part. Cela est très dégradant pour l’image d’une entreprise, mais aussi a tend à exposer les personnes affiliées à ces entreprises. Sans oublier les amendes qu’encourt ces dernières.

Le phishing ou l’hameçonnage :

Si les rançongiciels sont l’une des techniques les plus utilisées, l’hameçonnage est par pratique la méthode de piratage ou d’attaque informatique la plus usitée. Sur cette question il n’y a aucun doute. Une bonne partie des attaques informatiques sont initiées suite à des campagnes de phishing. Mylène Jarrossay du Cessin, l’association des responsables des systèmes de sécurité informatique note que les cybercriminels ont tendance à procéder à travers :

« – des messages invitant à se connecter sur des espaces partagés online frauduleux, glissés au milieu du foisonnement d’espaces partagés légitimes montés en urgence

– des mails malveillants semblant venir du Ministère de la Santé et autres autorités

– des mails malveillants usurpant l’identité du helpdesk

– des fausses demandes RH liées à l’organisation du travail à domicile

– Des apps et sites malveillants supposés donner des renseignements sur la crise

– Des faux appels téléphoniques du help desk ».

et cela pour facilement cibler les entreprises.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage