Sept applis espions découvert sur Play store

Les espions sont partout. Même dans les endroits où l’on s’entend le moins. Des applications malveillantes sont probablement installées sur votre smartphone sans même que vous le sachiez.

L’actualité de la sécurité informatique est animée par la fameuse découverte des applis espions. Google a récemment supprimé plusieurs applications du Google Play Store après avoir découvert qu’elles ne respectaient pas les conditions d’utilisation, notamment parce qu’elles pouvaient être utilisées comme des « stalkerware ».

Cet article peut vous intéresser également : Comment vous protéger de l’espionnage sur votre iPhone ?

L’équipe d’Avast consacrée à la sécurité des appareils mobiles a identifié 7 applications d’espionnage sur le Play Store. Toutes proposées par un développeur Russe, elles ont été installées pas moins de 130 000 fois avant d’être bannies par Google. Elles n’ont rien à voir avec les 1325 applications Android découvertes récemment et qui siphonnent les données personnelles.

Les sept applications étaient présentes sur le Play Store sous les noms suivants :

  • Track Employees Check Work
  • Phone Online Spy Free,
  • Spy Kids Tracker,
  • Phone Cell Tracker,
  • Mobile Tracking,
  • Spy Tracker,
  • SMS Tracker,
  • Employee Work Spy.

Toutes ont été retirées du store cette semaine grâce à la collaboration entre Avast et Google.

Spy Tracker et SMS Tracker qui ont été installées par des usagers chacune plus de cinquante mille fois (50.000 fois.)

Ces applications d’espions en herbese présentent le souvent comme des outils de tracking ou espionnage normaux : surveiller l’activité de ses employés sur leur mobile de travail ou savoir où est votre enfant (ce qui soulève des questions morales, mais pas légales). Voici ce que Google précise dans ses conditions d’utilisation.

Les applications de surveillance et les logiciels espions commerciaux sont explicitement interdits sur Google Play. Seules les applications conformes aux règles de l’hébergeur exclusivement conçues et commercialisées pour la surveillance parentale (y compris la famille) ou la gestion d’entreprise peuvent distribuer sur le Store des fonctionnalités de suivi et de création de rapports, à condition qu’elles soient pleinement conformes aux exigences décrites ci-dessous.

Dans les exigences est notamment marqué que l’application doit montrer clairement lorsqu’elle est active et ne pas induire en erreur l’utilisateur sur son objectif. Celles qui ne respectent pas ces exigences sont refusées du Google Play Store.

« Ces applications sont contraires à l’éthique et posent problème au regard du respect de la vie privée des utilisateurs. Elles ne devraient pas être sur le Google Play Store. Elles incitent à avoir un comportement criminel et peuvent être aisément détournées de leur fonction première par des stalkers, des employeurs ou des partenaires possessifs qui veulent espionner leurs victimes. Ce sont des Stalkerwares […] » a déclaré Nikolas Chrysaidos, l’un des responsables de la sécurité mobile chez Avast.
Dans un récent rapport de Kaspersky Lab, la société de sécurité affirme que des logiciels espions ont été installés sur plus de 58 000 smartphones Android.

Ces applications collectaient et enregistraient la position géographique bien sûr, mais aussi les messages textes reçus et saisis ou encore l’historique des appels. En bonnes applications espionnes, celles-ci ne laissaient aucune trace, indiquant à l’espion comment faire disparaître les éléments d’installation éventuels… Pire, elles n’apparaissaient pas dans la liste des programmes présents sur le terminal.


Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage