Télétravail: En Suisse, les employés font face à un manque d’informations sur les menaces informatiques

Le télétravail continue de faire parler de lui tout en étant associé à la sécurité informatique.

En effet, il est clairement aujourd’hui difficile de dissocier ces 2 notions quoique d’une certaine manière il n’y a pas à la base une quelconque relation qui pourrait les lier. Cependant les faits sont là. La crise sanitaire a boosté le télétravail. Et le télétravail a boosté les attaques informatiques.

Cet article va aussi vous intéresser : Télétravail et sécurité informatique : la protection de son réseau domestique et de sa collaboration à distance

En prenant dans un cadre général, les petites et moyennes entreprises ont toujours été vulnérables face à la cyberattaque.  Cette vulnérabilité est marquée à travers plusieurs points observées lors d’une étude réalisée récemment en Suisse, par Digitalswitzerland.  On pourrait tenir dans l’ensemble que l’enquête a prouvé un manque notoire au niveau des dispositions sécuritaires autant à l’égard des humains qu’à l’égard des machines.

On peut signifier que l’enquête réalisée en Suisse a porté sur 503 responsables dirigeants de PME de cet Etat. Elle a été réalisée du 19 août au 7 octobre 2020.

À cause du confinement qui a été établi durant le printemps dernier en Suisse, 2 PME sur 3 en Suisse ont dû basculer vers le télétravail selon l’association Digitalswitzerland. Cependant, comme nous n’avons pu observer partout dans le monde, il a été facteur de l’augmentation des risques informatiques. Surtout au niveau de l’organisation des sociétés pour correspondre à ce nouveau schéma de travail. C’est en réponse face à ses risques que les entreprises ont augmenté leur investissement dans le domaine de la sécurité informatique. Malgré cela, au niveau des PME, on ne peut pas dire que la cybersécurité est au beau fixe. En effet, près d’un quart des petites et moyennes entreprises en Suisse ont déjà été victimes d’attaques informatique. Les conséquences de cette situation sont non seulement financières, avec la perte d’énormes somme d’argent, mais aussi de nature à ternir la réputation de ces entreprises. Une autre conséquence assez grave est la violation de données appartenant à la clientèle des entreprises ciblées.

Pourtant, la sécurité informatique est importante aux yeux des dirigeants interrogés lors de l’étude. En effet selon de tiers d’entre eux interrogés, la sécurité informatique est très importante dans l’organisation de la société. Et il est vrai que plusieurs d’entre eux et c’est tant bien que mal de prendre les mesures nécessaires pour protéger leur système informatique, même si cela cadre avant de produire les résultats escomptés. Et cela se comprend par le fait que la majorité des entreprises malgré le déploiement d’antivirus et logiciels de protection, la réalisation de sauvegardes régulières des données, de mise à jour des applications et systèmes d’exploitation, ne mettent pas en place des systèmes de surveillance et des alertes.

Techniquement, on peut avancer que les petites et moyennes entreprises en Suisse selon l’étude réalisée sont relativement protégées. Toutefois, il y a beaucoup de choses à accomplir pour répondre aux besoins de sécurité qu’impose à la situation actuelle dans le secteur du numérique. En particulier, sur le plan humain. En effet il a été observé, que les personnels des petites et moyennes entreprises ne font pas de formation adéquate pour être en mesure d’appréhender plus facilement et efficacement les risques cyber. Seulement, un tiers des dirigeants ont confirmé offrir des formations régulières à leur personnel. Seulement la moitié des PME Suisses sont en mesure d’agir en cas d’urgence lors d’une attaque informatique. Malheureusement, seule une entreprise sur cinq réalise des audits de sécurité.

En outre, il faut signifier que beaucoup de progrès restent encore à faire. Surtout dans un contexte où le télétravail continue de persister comme habitude professionnelle.

« Au quotidien, de nombreux emplois seront exercés à la fois en télétravail et au bureau. Cependant, il faut absolument tenir compte du fait que cette nouvelle réalité va augmenter les demandes d’investissement des PME suisses en matière de technologie et de sécurité informatique », souligne Marc K. Peter, professeur à la FHNW, Haute Ecole Spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse, par ailleurs l’un des auteurs de l’étude.

Dans l’ensemble nous connaissons tous les conséquences immédiates du télétravail. Surtout au niveau de la sécurité des systèmes d’information et de la confidentialité des échanges. La résolution de ce problème penche beaucoup plus du côté de la discipline que de la technologie.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage