Kaspersky et le smartphone que l’on ne peut pirater

Récemment, le premier responsable de la société de cybersécurité, Kaspersky Lab, Eugène Kaspersky avait annoncé le développement d’un smartphone qui serait, selon ces dires « impossible à pirater ».

L’initiative semble entrer dans le cadre de l’accusation dont a été imputée la société européenne, pour espionnage. Mettant avant, les fameux idéaux de sécurité et vie privée, qui a fait sa popularité dans les débuts.

Effectivement on peut le dire avec certitude l’image que représente la société de sécurité informatique n’est plus qualité avant. Accusée à plusieurs reprises d’avoir été impliquée dans une affaire de cyber espionnage, la société fut bannie de plusieurs systèmes d’agences fédérales américaines. Selon certaines allégations, l’expert en sécurité aurait plusieurs fois aidé des sites internet à espionner des usagers.

Cet article va aussi vous intéresser : Savoir si son smartphone a été piraté

Mais cela n’a pas pour autant les ambitions de la société russe. En effet, elle continue de de diversifier ces activités. Sa mission demeure la même, sécuriser les systèmes informatiques dans le monde entier. Son projet récent est la mise en place d’un système d’exploitation pour un mobile qui a été initié depuis 2019 : « Kaspersky OS », même si la dénomination officielle n’a pas été encore fourni par l’entreprise. L’idée bien sûr est de pouvoir proposer un ensemble d’appareils mobiles suffisamment invulnérables aux attaques informatiques.

Le projet se présente simple. Fournir un téléphone intelligent assez limité en terme de fonctionnalités, mais suffisamment puissant pour garantir une bonne sécurité informatique. Il faudra attendre en 2021 pour voir peut-être apparaître sur le marché les premières tablettes et smartphones. Comme l’a décrit le président de la société russe, le téléphone sera assez minimaliste au niveau des fonctionnalités. Dans les débuts, il faudra s’attendre à une absence de magasin d’applications. Même si au fil du temps cela pourrait être possible.

« Il y aura des fonctionnalités minimales, et un design inspiré à la fois de Android et de iOS. Mais ce smartphone ne fera pas d’autres tâches spéciales. Cet appareil peut passer des appels et envoyer des SMS bien sûr, il y aura une suite office, son propre navigateur internet avec un set minimal de fonctionnalités, et un set standard d’applications tels qu’une alarme, une calculette, etc. »

« Notre but est de créer un smartphone sécurisé, qui serait pratiquement impossible à pirater, pour traiter des infos secrètes et confidentielles à la fois pour les agents de l’Etat et les entreprises, en plus de gérer des infrastructures », détaille Eugène Kaspersky.

Pour la première génération il faudra s’attendre au système d’exploitation de Kaspersky. Cependant dans les projets de la société de sécurité, il est envisageable de pouvoir lancer, un autre smartphone sécurisé mais cette fois-ci sous Android en plus de son système d’exploitation propre. : « imaginez, avec un glissement du doigt, l’utilisateur passe le téléphone sur notre système d’exploitation sécurisé pour prendre par exemple contrôle de la turbine de la centrale électrique, par exemple. Dans ce mode, il n’y aura pas de services Google Play, rien de la sorte. Mais il ne s’agit que d’un rêve ». Précise le directeur de Kaspersky. Il ajoute par la suite : « nous verrons bien, après tout beaucoup de gens se déplacent avec deux téléphones. S’il y avait besoin que notre téléphone puisse changer de système d’exploitation – nous ferons les choses comme cela ».

Pour la sortie des smartphones Kaspersky, un acteur chinois pour intervenir dans la chaîne de fabrication. Pour le moment son nom n’a pas été divulgué.

Dans une certaine mesure, le lancement d’un smartphone pareil pourrait être dans le cadre de réhabiliter le nom de Kaspersky. Et bien sûr même les médias en parlent. Au-delà de la conception de ce smartphone, la société est en pleine diversification. La société travaillerait sur des systèmes de vote sécurisé en ligne, sur la production de solution anti drone par exemple, etc.

Dans tous les cas il faudra être sûr d’une chose, l’environnement international ne facilite pas les choses pour la société.  Surtout depuis que l’antivirus a été interdit dans plusieurs administrations dont Britannique, américaine et française. Ce qui représente une perte considérable de plus de 25 pourcents, seulement aux États-Unis, sans oublier que sa croissance dans les pays de l’Ouest en Europe a été nettement freinée.

Sur le site de la société, Eugène Kaspersky souligne l’effort de diversification de l’entreprise ainsi dans une vidéo disponible sur son site « nous ne somme pas qu’une firme d’antivirus et de logiciels, nous sommes également désormais aussi une entreprise qui fabrique du hardware et parfois ce hardware est magnifique, élégant et sophistiqué ».

Questionné sur l’attitude agressive des États-Unis dans le cadre d’une guerre commerciale, le PDG de Kaspersky qui n’a pas hésité de parler de la société chinoise

« [Huawei et Kaspersky] sont les mots de la même chanson. Dans le cas de Huawei comme dans le nôtre, il n’y a aucune preuve [d’un quelconque méfait], rien, zéro », pointe Eugène Kaspersky.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage