Télétravail et cybersécurité sur le marché Français selon le rapport ISG Provider Lens™ Cybersécurité – Solutions et Services

« Dans ce contexte de prise en compte grandissante des problématiques de sécurité, il faut noter que la France conserve, à la différence de ses proches et lointains voisins, une approche extrêmement locale et que le marché de la sécurité en France est plus concentré. Cette spécificité tient autant à des considérations linguistiques qu’à des velléités de favoriser des acteurs locaux ou à minima implantés localement. Les acteurs majeurs privilégient les très grands comptes, il y a peu de fournisseurs de solutions et de service de sécurité véritablement locaux en mesure de servir les entreprises de tailles moyennes, voire les TPE. À ce titre, de nombreuses entreprises se contentent de gérer la sécurité en interne plutôt que de faire appel à des experts dans ce domaine. », Constatait Lyonel Roüast, Associé et président de la partie Europe du Sud, Moyen-Orient et Afrique (SEMEA) du cabinet conseil ISG.

Cet article va aussi vous intéresser : Les spécialistes de la sécurité informatique face à l’augmentation du télétravail

Le rapport du cabinet intitulé ISG Provider Lens™ Cyber Security – Solutions & Services pour la France a procédé à une évaluation des capacités de 73 fournisseurs sur six quadrants :

– Gestion des identités et des accès ;

– Prévention des fuites et pertes de données ;

– Services de sécurité technique ;

– Services de sécurité stratégique ;

– Services de sécurité gérés pour le marché intermédiaire ;

– Services de sécurité gérés pour les grands comptes.

La société américaine IBM est désignée en France comme étant leader dans 5 de ces aspects. Quant à Orange Cyberdefense et Atos, ils sont en bonne position dans 4 quadrants. NTT et Capgemini le sont dans 3. Quant à Sopra Steria, Thales, Broadcom, Accenture, ils sont au top dans deux quadrant. OpenText, Deloitte, Trend Micro, WALLIX, McAfee, Ping Identity, Varonis, Oracle, Forcepoint, LINKBYNET, Microsoft, Okta, Intrinsec, HCL, BT, Kudelski Security, PwC, Verizon, EY et LTI, se limite à un quadrant.

Selon ISG, les fournisseurs possédant un « portefeuille prometteur » et un « fort potentiel futur » sont notamment, CyberProof (présent dans deux quadrants) et NXO, Verizon et Matrix42 (un quadrant chacun).

De façon pratique, avec la pandémie du covid-19, la question du périmètre de sécurité est à revoir dans tout son sens. Surtout avec l’explosion du télétravail. Cependant, le rapport de ISG a démontré que les entreprises françaises, au-delà même du cadre légal et réglementaire, continuent d’améliorer leur sécurité informatique, en raison de plusieurs conséquences liées à la pandémie. En plus d’adopter de nouvelles mesures et protocole, elles prennent soin également des mises à jour de sécurité et redoublent d’efforts pour encadrer le télétravail. Le dernier est assez important en ce sens que l’adaptation au télétravail en tant que standard professionnel de manière assez large, car c’est toute une organisation qui a dû être révisée. Les entreprises françaises ont amélioré leur attention et leur distribution de ressources par rapport la situation. Le développement continu de plus en plus pour améliorer l’efficacité de la collaboration à distance. Surtout la sécurisation des terminaux les employés, qui constitue 80 % des vecteurs d’attaques informatiques.

On note aussi que le rapport a mis en évidence que les thématiques liées principalement à la sécurité informatique selon les responsables des entreprises françaises sont notamment la gouvernance, la conformité et le risque. Cette appréhension est motivée par le fait que les violations des données et les attaques informatiques coûtent de plus en plus chères et leurs impacts dépassent clairement le cadre financier.

On notera par ailleurs une migration des prestataires vers des centres de cyberdéfense mieux organisés et beaucoup plus complexes que les centre d’opération de sécurité. Les premiers se spécialiseront beaucoup plus sur l’utilisation de l’intelligence artificielle. « Si les centres d’opérations de sécurité offrent une sécurité fondamentale comme des pare-feux et des outils de protection des terminaux, ils ne sont pas suffisants pour bloquer les menaces plus élaborées. » note le rapport.

On peut retenir en définitive que les entreprises françaises ont nettement amélioré leur approche de la cybersécurité. Ce changement a fortement été influencé par la pandémie à coronavirus qui a entraîné pas mal de bouleversements, notamment l’emploi massif du télétravail. Il est fort à parier, une telle évolution ne s’arrêtera pas de sitôt mais aura un impact significatif pour les années à venir.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage