Télétravail et sécurité informatique : 84 % des organisations veulent continuer le travail à distance

Même si la plupart d’entre elles ne sont pas suffisamment outils pour assurer la sécurité de ce processus.

Dans un rapport récent publié par Bitglass, une entreprise spécialisée dans les services de sécurisation de données, la grande majorité des entreprises ayant appliqué les méthodes de travail à distance durant le confinement, souhaite continuer à fonctionner de la sorte.

Cet article va aussi vous intéresser : Le manque de discipline des télétravailleurs Français

Le temps par ailleurs que ce rapport vient d’une étude qui fut réalisée durant le mois de mai 2020, auprès de 413 professionnels du domaine de l’informatique et de la cybersécurité aux États-Unis.  Les personnes qui ont participé à cette étude en sont généralement des cadres techniques ou encore des professionnels rodés dans les différents secteurs énoncés plus haut, constituants pour l’étude un échantillon équilibrée en terme d’organisations, de taille et de secteur.

Même au cœur de la pandémie et de confinement, ce rapport produit portant sur la sécurité du travail à distance met en évidence la situation dans laquelle la collaboration est prise en charge sur le plan de la sécurisation, ainsi que les menaces et les défis auxquels sont confrontées les entreprises. Le problème étant de taille, les organisations ont réussi à mener tant bien que mal et s’en sortir de sorte à même vouloir encore plus. En effet, 84 % des organisations, qu’elles soient dans le secteur privé comme celui du public, qu’elles soient à but lucratif ou non, décide de continuer à fonctionner toujours en mode du télétravail. Cependant les spécialistes de Bitglass estiment que cela peut s’avérer dangereux pour une grande partie d’entre eux dans la mesure où elles ne disposent pas de suffisamment de moyens techniques et matériels assurer la sécurité de leurs infrastructures.

La firme spécialisée dans la sécurisation de données a déterminé suite à l’enquête que 41 % des organisations n’ont pris aucune précaution pour accroître la sécurité des accès au réseau de leurs collaborateurs œuvrant en télétravail. De plus, 50 % d’entre elles ont reconnu ne pas disposer des équipements nécessaires pour fournir à leur employés un environnement de travail sûr. Et pire encore, 305 pourcents de ces organisations au permis que les terminaux à usage personnel puissent accéder à des applications normalement contrôler au sein de l’entreprise.

Lorsque la question de la sécurité est abordée comme l’une des inquiétudes majeures du télétravail, 65 % des professionnels interrogés estiment qu’il est d’abord important de protéger les accès au réseau. Ensuite, vient la sécurisation des applications SaaS. L’utilisation des appareils personnels et la sécurité qu’elle pourrait être exigée ne viens qu’en 3e position des priorités des professionnels. En ce qui concerne en les principales vecteurs d’attaques informatiques, 72 % des personnes qui ont été interrogées ont indiqué que les logiciels malveillants constituaient le plus grand risque suivi, des accès non de la part des utilisateurs selon 59 pourcents des répondants.

 À propos des résultats de cette enquête, Anurag Kahol, le directeur technique de Bitglass déclare : « Cette recherche indique que de nombreuses organisations ne mettent pas en œuvre les mesures de sécurité nécessaires pour protéger leurs données dans l’environnement commercial actuel. Par exemple, alors que les personnes interrogées ont déclaré que la pandémie a accéléré la migration des flux de travail et des applications des utilisateurs vers le cloud, la plupart n’utilisent pas les solutions de sécurité du cloud comme l’authentification unique, la prévention des pertes de données, l’accès réseau zéro confiance ou les agents de sécurité pour l’accès au cloud. En outre, 84 % des organisations ont déclaré qu’elles continueront probablement à prendre en charge les capacités de travail à distance même après la levée des commandes de travail à domicile. Pour le faire en toute sécurité, elles doivent donner la priorité à la protection des données dans n’importe quelle application, n’importe quel appareil, partout dans le monde ».

Pour résumer, notons les principales conclusions issues de cette étude :

1- Le vecteur d’attaque le plus craint par les répondants sont les logiciels malveillants à hauteur de 72 %

2- Les organisations se soucient beaucoup plus des applications servant au partage de fichiers dans le développement du télétravail. Cela a été confirmé par 68 % des répondants. Les applications web se positionnent à la seconde (reconnues comme prioritaires par 47 % de répondants) place et les applications de vidéoconférence à la 3e que 45 % verrait en première position.

3- Les outils les plus utilisés durant le télétravail pour la sécurisation de la collaboration sont des logiciels Anti-Malware (77%). Mais de ce côté, il est à noter un déploiement non suffisant d’autres outils de sécurité, dans les logiciels servant à prévenir les pertes de données ou à analyser les comportements des utilisateurs.

 4- 63 % des personnes interrogées estiment que le télétravail est de nature à porter atteinte à certaines obligations légales en particulier au respect des règles disposées dans le règlement général de la protection des données.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage