WhatsApp poursuit NSO en justice, une structure israélienne d’espionnage numérique

Ce mardi, WhatsApp l’une des filiales de Facebook a annoncé avoir déposé une plainte contre la société israélienne dénommé NSO group, une structure dont la réputation n’est pas à refaire dans le domaine du cyberespionnage.

En effet la société israélienne est connue comme étant spécialisée dans la conception et dans la vente de logiciels d’espionnage numérique. Elle a souvent été accusée d’aider des gouvernements à traquer certains de leurs compatriotes, dans le moyen Orient, au Mexique, ou même en Asie profonde. Il aurait permis de traquer des militants des droits de l’homme ou encore des journalistes dans l’exercice de leur fonction.

Cet article va aussi vous intéresser : Une application Israélienne permettra de pister des défenseurs de droits de l’homme au Maroc

il n’y a pas si longtemps c’était à WhatsApp de se plaindre pour avoir été infecté par un programme informatique qui faisait en sorte que des pirates informatiques pouvaient se accéder aux contenus échangés par les utilisateurs du réseau social. « Après des mois d’enquête, nous pouvons dire qui a mené cette attaque. », avait déclaré Will Cathcart, le premier responsable de WhatsApp, dans l’éditorial publié dans un journal américain. Pour ce dernier cela serait la faute du groupe Israëlien qu’il accuse avoir ciblé : « 100 défenseurs des droits humains, journalistes et autres membres de la société civile dans le monde. » il ajoutera « Nous avons découvert que les attaquants avaient utilisé des serveurs et des hébergeurs internet dont les liens avec NSO ont déjà été établis dans le passé. (…) Et nous avons pu relier certains comptes WhatsApp utilisés pendant cette opération malveillante à NSO. Leur attaque était ultra sophistiquée, mais ils n’ont pas entièrement réussi à effacer leurs traces.».

WhatsApp comptabilise environ 1 400 appareils qui aurait été infectés grâce à la société israélienne notamment au Bahreïn, au Mexique, et aux Émirats arabes unis.

Pour se défendre le groupe NSO affirmant ne violer aucune loi national comme international. Pour elle, les logiciels vont du le sont : « l’intermédiaire de licences à des gouvernements dans le seul objectif de combattre la criminalité et le terrorisme. Par ailleurs la société israélienne ne compte pas laisser les accusations de WhatsApp prospérer car les responsables en décider de se défendre sans compromis: « Nous contestons dans les termes les plus fermes possibles les allégations actuelles et nous les combattrons vigoureusement.

Le seul but de NSO est de fournir de la technologie aux organismes gouvernementaux de renseignement et d’application de la loi habilités pour les aider à lutter contre le terrorisme et les crimes graves. Notre technologie n’est pas conçue pour être utilisée contre les militants des droits de l’homme et les journalistes. Elle a permis de sauver des milliers de vies au cours des dernières années. La vérité est que les plateformes fortement cryptées sont souvent utilisées par les réseaux pédophiles, les barons de la drogue et les terroristes pour protéger leurs activités criminelles. En l’absence de technologies sophistiquées, les instances légales censées nous protéger font face à des obstacles insurmontables.

Les technologies des NSO apportent des solutions proportionnées et légales à cette situation. Nous considérons toute autre utilisation de nos produits en dehors de la prévention de la grande criminalité et du terrorisme comme une utilisation abusive, ce qui est interdit par contrat. Nous prenons des mesures si nous détectons une mauvaise utilisation. Cette technologie est enracinée dans la protection des droits de l’homme, y compris le droit à la vie, à la sécurité et à l’intégrité physique et c’est pourquoi nous avons cherché à nous aligner sur les Principes directeurs des Nations unies sur les entreprises et les droits de l’homme, pour nous assurer que nos produits respectent tous les droits humains fondamentaux . »

À titre de rappel la faille de sécurité qui avait découlé de l’usage du logiciel de NSO avec permis de pirater environ 1,5 milliards de personnes à travers le monde.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage