Santé et sécurité informatique

Depuis le début de l’année jusqu’à la période de confinement depuis le mois de mars, les établissements de santé sont devenus l’une des cibles privilégiées des pirates informatiques.

Les exemples sont légions et il ne passe pas un mois sans que l’établissement de santé quelconque que ce soit un hôpital ou un laboratoire ne soit victime d’une attaque informatique au d’une tentative d’intrusion. Le besoin d’accroître la capacité de protection des réseaux de service de santé est devenu aujourd’hui une priorité.

Cet article va aussi vous intéresser : En pleine crise de la pandémie du coronavirus, un hôpital Tchèque est victime d’une attaque informatique

Il y a 1 ans de cela on estimait déjà que la sécurité au niveau des établissements de santé n’était pas réellement ce qu’il y avait de mieux et pire encore, on estimait qu’elle était à un niveau alarmant. L’année s’est terminée avec la violation et la divulgation ou le vol de données qui appartenaient à près de 16 milles professionnels du secteur de la santé. Des données qui sont constituées à la fois de mots de passe et autres identifiants de connexion ou informations nominatives. Tout ces problèmes ont malheureusement été amplifiés durant l’année 2020. Et les raisons qui peuvent expliquer cela sont nulles autres que ce dont tout le monde a déjà idée : la pandémie à coronavirus et ses conséquences directes telles que l’adoption massive du télétravail.

On a pu observer alors, au vu de tout cela que les infrastructures informatiques pour presque tout les secteurs d’activité étaient nettement vulnérables en particulier au niveau de la santé.

« L’année 2020 aura amplifié ces préoccupations, car la pandémie de COVID-19 a révélé la véritable vulnérabilité des infrastructures de santé. Les établissements sanitaires ont dû faire face dans un premier temps aux conséquences médicales et financières de la pandémie. Et dans un second temps, aux risques de sécurité inhérents au modèle du travail à domicile et aux attaques de plus en plus sophistiquées des cybercriminels cherchant à exploiter ces vulnérabilités. » explique Martyn Crew, Directeur du marketing des solutions chez Gigamon.

La pandémie à coronavirus se constitue comme une aubaine pour la cybercriminalité. Les pirates informatiques ont tout mis en œuvre pour être en mesure de profiter au maximum des retombées de cette situation. À travers différents formes d’attaque tel que le phishing, ils n’ont pas cessé leur collecter des données nécessaires pour la mise en place de la stratégie de cybermalveillance. La crainte des individus face à la maladie les a malheureusement rendus vulnérables.

« Les cybercriminels et acteurs malveillants ont rapidement su trouver un moyen de tirer profit de la pandémie de COVID-19 par le biais d’attaques de phishing. Ils ont exploité les craintes des patients et du personnel de santé qui, dès la généralisation du télétravail, accédaient majoritairement aux réseaux d’entreprise via leurs smartphones et ordinateurs personnels sécurisés depuis leurs réseaux à domicile. », souligne Martyn Crew.

À partir de là le problème de sécurité en commencé. Les attaques de type Mirai, des Botnet ont exploité les diverses vulnérabilités qu’offraient les réseaux et systèmes informatiques. Le secteur de la santé a été particulièrement visé sur tous les établissements de recherche en pour le vaccin contre le CoVid-19. Les attaque de type Dropper ont aussi connu un boom avec les rançongiciels.

Face à la situation, les établissements de santé en décidé de prendre des mesures qui s’imposent et pour améliorer leur sécurité. Cependant les attaques informatiques persistent. Malheureusement certaines atteignent même leur but. Il y a quelques mois de cela, une patiente allemande mourait après une attaque informatique subie par l’établissement de santé dans lequel il était interner.

En outre, force est de constater que les mesures de protection déployées par les organisations de santé ont du mal à répondre au besoin. Et même au-delà des organisations de santé, les entreprises aussi sont touchées par le manque d’efficacité de leur protection dans certains sens. Martyn Crew explique à cet effet : « De nombreuses entreprises ont mis à la disposition des employés en télétravail des ordinateurs sécurisés utilisant des solutions de détection et de réponse (EDR). Elles ont également rendu obligatoire l’utilisation de réseaux privés virtuels (VPN), mais cela ne résout pas entièrement le problème de sécurité. En effet, ces solutions permettent de protéger l’utilisateur et le réseau contre de futures attaques. Mais si une infiltration du réseau a déjà eu lieu, les attaques sous forme de menaces persistantes avancées (APT) peuvent rester en sommeil pendant des semaines, des mois, voire des années, sur un réseau qui en apparence, semble sécurisé. ».

Par conséquent, l’on migre inéluctablement vers un modèle nouveau de cybersécurité. Les spécialistes évoquent à cet effet l’architecture de sécurité Zero Trust. Une organisation qui permet de répondre aux besoins de la collaboration à distance et de la relation entre professionnels de la santé et patient.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage