Archives par mot-clé : profil

Oltean Vlad victime d’un piratage sur son compte Snapchat

La logique voudrait que, plus on est remarqué sur les réseaux sociaux plus on a des chances d’être des victimes d’un prochain piratage.

C’est ce qui fut le cas d’Oltean Vlad, un influenceur sur les réseaux sociaux. Il y a pratiquement 5 jours de cela, il annonçait sur son Instagram que son compte snapchat avait été piraté.

Vous aimerez aussi : 5 astuces pour sécuriser son compte Snapchat du piratage

Les pirates se sont amusés à faire des publications assez dérangeantes sur sa story. Apparemment des nudes ont été postées, et ce dernier a tenu à informer ces abonnés qu’il n’en était pour rien. « Vous arrivez à vous mes Story Snap ? Je crois qu’on m’a piraté. Askip on a mis des nudes dessus, je n’arrive pas à voir. J’ai contacté snap, je pense qu’ils vont me répondre soit lundi ou peut-être demain. Si vous voyez des trucs chelou, je vous jure que ce n’est pas moi ! Si quelqu’un a des connaissances rapides sur Snapchat, contactez-moi en privé svp »

Certains de ses abonnés ont annoncé avoir reçu des photos de sexe ou autres posts pervers. Pour le moment on ne sait pas comment est-ce que le pirate a eu accès à son compte. Est-ce du piratage classique ou bien une personne tierce a abusé de ces identifiants pour pouvoir avoir accès à son compte Snapchat ?

Il a tenu à clarifier les choses en annonçant que les photos qui étaient publié sur sa page n’étaient pas de lui. « C’est pas moi sur les photos hein. Au cas où vous pensez ça »

Par ailleurs il affirme n’avoir toujours pas accès à son compte snapchat. « Pour mon Snapchat, j’arrive toujours pas à me connecter. Et je n’ai pas eu de réponse de la part de Snapchat. Je pense que comme mon compte n’est pas certifié, il n’y prête pas trop attention ». Mais pour l’heure son compte Instagram est toujours actif et il a intérêt à y rédiger ses fans.

Ce temps, l’ex de Emma cupcake n’est pas le premier Stars ou personnalité connue ou encore influenceur à se faire pirater le compte. On dirait même que cela est courant.

Le 26 juillet dernier c’était le compte Twitter de l’actrice Jessica Alba qui avait été la cible de cyber pirates. Les coupables se sont servis de leur accès au compte de la star pour diffuser des messages à caractère raciste et déplacé allant de l’homophobie au pro nazisme. Ces 9 millions d’abonnés appeler les publications déplaisantes mettant en mal l’image de la star. Elle a dû faire appel à des experts en sécurité informatique spécialement pour nettoyer son compte avec l’aide de Twitter.

Encore plus loin c’était la jeune chanteuse Selena Gomez, qui s’est fait pirater différents comptes en ligne. De ce côté les pirates ont eu le malin plaisir d’y publier des photos de Justin Bieber nu, son ex-copain. Elle a été victime de plusieurs piratage dont en 2016 mais aussi plutôt en 2012. Le coupable en ce moment, était un jeune anglais âgés de 21 ans du nom de Gareth Crosskey. Ce dernier avait essayé de la faire chanter ou de vendre de message aux plus offrants des messages à caractère privé.

Les stars se font constamment pirater les comptes en ligne. Souvent le but est malsain, dans un cadre de vengeance ou de protestation. Cela peut être aussi du piratage simple dont le but est de dérober des données personnelles. Mais généralement, ces piratages ne sont pas le fait de pirates informatiques professionnels. Ce sont en grande partie des petits geek qui le font juste pour s’amuser ou pour se faire un peu d’argent.

Cependant, récemment, le piratage du compte du responsable de Twitter était le fait de pirate expert. Mais ça nous vous l’expliquerons dans un prochain article.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

49 millions de comptes Instagram mis à nue par un piratage

Les réseaux sociaux sont utiles mais sont généralement inconvenants c’est possible de nous créer pas mal de désagrément via ces nouvelles plateforme ludique.

Le plus marquant est les fuites de données personnelles. Dans la catégorie des fuites des données personnelles les plus extra, notons l’une des plus célèbres, celle qui a affecté plus de 49 millions d’abonnés d’Instagram.

Cet article vous intéressera aussi : Le géant Chinois Huawei serait impliqué dans une affaire de piratage en Afrique

À la seconde moitié l’année de 2018, plus de 49 millions des personnes à travers le monde ont vu leur informations divulguées est accessibles au grand public. Ils sont composés en partie des influenceurs, des célébrités, de vloggers, ainsi que de personnes ayant de la notoriété sur les réseaux sociaux. C’est un expert en sécurité informatique du nom Anurag Sen qui a découvert la faille et bien évidemment la divulgation des informations à caractère personnel.

Les informations divulguées étaient composées en tout, des données nominatives et non nominatives dont des noms, des adresses, les identifiants de connexion comme des noms d’utilisateur mais même des adresses mails. Si les fuites de données sont devenues des choses banales n’empêche que celle-ci a quand même marqué. Selon le site TechCrunch, les données publiées provenaient d’une firme spécialisée dans le marketing digital dénommée Chtrbox.

Cette société indienne avait à sa charge une base de données des utilisateurs de Instagram pour des activités de marketing. est-ce de l’imprudence, de la légende ou encore de l’incompétence ? On se le demande encore.

Les dirigeants d’Instagram alertés par cet événement avaient affirmé : « Nous examinons la question pour savoir si les données décrites y compris le courriel et les numéros de téléphone – proviennent d’Instagram ou d’autres sources […] nous enquêtons aussi avec Chtrbox pour comprendre d’où viennent ces données et comment elles sont devenues accessibles au public. » on prend quoi après cette déclaration que les données divulguées ne provenaient pas seulement de Instagram.

Si cela est dû à une erreur technique de la part des firmes concernées par la gestion des données personnelles de leurs abonnés, cela ne serait pas une première. Car en 2017 durant le mois de septembre une faille au niveau du système de partage des images avait aussi servi à un pirate informatique de dérober des informations liées à environ 6 millions de personnes abonnées sur le réseau Instagram. Sans oublier qu’en août 2018 des hackers ont réussi à prendre le contrôle de dizaines de milliers de compte par des manigances dont on ignore les objectifs jusqu’à présent.

La société Indienne n’a pas tardé de supprimer les données qui leurs a été dérobées et publiées.

Jusqu’à présent, les coupables de la fuite de données n’ont pas été retrouvés. Les pirates informatiques n’ont pas été identifiés et les enquêtes continuent toujours, à savoir si elles aboutiront un jour. Les dirigeants du réseau social quant eux ne seront pas apparemment inquiétés. Ce qui a quand même désolant car, ils ont quand même une part de responsabilité non négligeable dans cette affaire. On se demande jusqu’à quand les utilisateurs de réseaux sociaux pourront admettre de telle légèreté.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Le scandale sur l’utilisation illégale des données d’utilisateurs par Facebook et Cambridge Analytica

L’une des affaires qui a le plus marqué univers du numérique liées à la protection des données personnelles est sans nul doute celle du scandale « Facebook Cambridge Analytica ».

Une des plus grosses histoires de fuite de données de tous les temps. L’affaire porte sur une histoire d’usage illicite de données d’utilisateurs de Facebook à des fins politiques. En effet en 2016 la firme Cambridge analytica a exploité des données provenant de Facebook, qui contenait des informations recueillies de façon illégale par les dirigeants du réseau social. Plus de 80 millions d’utilisateurs du réseau social sont concernés par cette fuite de données.

Cet article va aussi vous intéresser : 3 astuces faciles pour sécuriser son Facebook

Les faits sont simples. Durant les campagnes de 2016, la société britannique d’analyse de données Cambridge Analytica a utilisé en complicité avec Facebook des données provenant de l’utilisateur, données recueillies sans le consentement explicite de ces derniers. Le but était de les analyser pour ensuite aider le candidat Donald Trump dans la définition de sa stratégie électorale, à travers des posts et messages très ciblés. La firme Cambridge analytica avait commencé à recueillir les données depuis 2014 soit 2 ans avant son usage pratique.

En 2018 vers le 17 avril, le réseau social reconnaît à avoir fourni des données personnelles des internautes peu importe leurs statuts, qu’ils soient abonnés sur Facebook ou non, qu’ils naviguent sur Facebook ou sur d’autres sites. En clair une intrusion à grande échelle. Les données dérobées en complicité avec Facebook par Cambridge Analytica, ont servi dans différents événements. D’abord en 2015 dans les élections du parti républicain en plus des élections présidentielles en 2016.

Les 80 millions utilisateurs touchés par cette fuite de données sont répartis comme suit : plus de 70 millions d’Américains, un million de Britanniques, 0,6 million d’Australiens et 0,3 de Canadiens. Et le reste, tous d’horizon divers.

Si Facebook s’est excusé notons que cela affecté grandement ses actions en bourse durant l’affaire. La conséquence fut plus grande de l’autre côté pour la firme britannique. En effet en 2018 précisément en début du mois de Mai, Cambridge Analytica avance publiquement sa faillite et dû fermer les portes. Une entreprise prendra le relais dénommé Propia, composé en grande partie des anciens membres du corps de Cambridge Analytica. A à sa tête se trouve lancer chef de données scientifiques de l’ancienne entreprise britannique, Matt Oczkowski.

L’autorité de régulation les technologies de l’information de la communication de Grande-Bretagne, le ICO (Information Commissioner’s Office), L’ÉQUIVALENT DE LA CNIL en France, a condamné Facebook à payer une amende de 500000 € qui équivaut à 565000 €. Cette énorme amende est la plus grave que cette autorité pouvait infliger à la société américaine. Facebook de son côté compte bien faire appel de cette décision. Pendant ce temps le ICO justifie cette sanction par les différentes irrégularités observées dans l’attitude de Facebook dant cette affaire, comme ne pas avoir obtenu un consentement clair et explicite des utilisateurs avant de mettre à disposition les données personnelles à une firme tierce. Et cela pour servir des intentions politiques. La défense de la société américaine à sa tête Anna Benckert affirme que : « l’ICO n’avait pas été en mesure de prouver que des données d’utilisateurs britanniques du réseau social avaient bien été récupérées par Cambridge Analytica. ».

Même si l’affaire a explosé depuis 2016, ces dommages collatéraux ainsi que ses effets continuent de perdurer. On attend de voir ce que l’appel de Facebook donnera. Pour le moment la société américaine est toujours condamné à payer cette grosse amende une première du milieu.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Le piratage de nos smartphones devient de plus en plus inquiétant

Depuis quelques années les attaques informatiques sur les smartphones en particulier, ceux fonctionnant sur Android, se sont multipliées.

Ces différences attaque vise différents buts. De l’espionnage en passant par le vol de données personnelles, toutes les raisons sont envisagées pour s’en prendre aux mobiles de n’importe qui. L’industrie du piratage se porte bien et il ne fait que s’accroître.

La structure Checkpoint spécialiste dans la sécurité informatique et la cybercriminalité a fait une étude sur le premier semestre de l’année 2019. Cette étude porte sur les cyberattaques et la sécurité des smartphones. Selon son rapport, les attaques informatiques contre les smartphones ce seraient accrues de plus de 50 % par rapport à l’année 2018.

Checkpoint explique que cet accroissement d’attaque sur le mobile pourrait avoir avec l’accroissement des applications bancaires, compatible pour les téléphones portables. De ce fait attiré par le gain facile, la cybercriminalité s’est dirigée vers l’argent, l’une des principales raisons de leur activité. Le vol et la revente d’identifiant de bancaire et des données de paiement est l’un des marchés les plus prolixes du monde de la criminalité numérique.

Maya Horowitz responsable du renseignement et de la menace informatique à Checkpoint sur ZDnet disait ceci : « La forte augmentation des logiciels malveillants liés aux services bancaires mobiles est en corrélation avec l’utilisation croissante des applications bancaires mobiles… La méthodologie utilisée pour distribuer les programmes malveillants a également retenu les leçons du reste du secteur. Les constructeurs de logiciels malveillants proposent maintenant leurs malware à l’achat dans des forums clandestins ».

Il a été noté dans le rapport que les attaques de logiciels malveillants suivent à peu près les mêmes protocoles, surtout ceux qui s’en prennent aux ordinateurs bureaux. Les malwares pour mobile Android fonctionnent en sous plan rendant ainsi leur détection littéralement impossible. Certaines formes de malware Android ont même été développées avec des techniques d’évasion avancées afin de rester non détectées sur les appareils infectés.

Et pendant ces dernières années, de nouvelles formes de logiciel malveillant se développent de plus en plus pour contrer la sécurité Google. Google Protect de Android qui vise à assurer la fiabilité des applications installées sur des mobiles pose un grand problème aux pirates informatiques aussi, ces derniers cherchent dorénavant des moyens pour le contourner.

 Par ailleurs, le programme malveillant le plus répandu sur les mobiles est le logiciel « Triada ». Selon Le rapport de Checkpoint, il représente à lui seul 30 % des attaques récentes sur des smartphones. Il est catégorisé comme étant l’une des applications les plus sophistiquées en matière de piratage pour smartphone Android. Pour la petite histoire ce logiciel a été découvert préinstallé sur 20 000 téléphones Android bas de gamme.

Les chercheurs en sécurité informatique estiment que tant que les usagers continueront à utiliser tel qu’ils font leur smartphones, les attaques continueront. En effet, il faut avouer que la sécurité de nos téléphones portables passe souvent au second plan. Les Utilisateurs ne font pas beaucoup attention à leur pratique et leurs habitudes en ligne. De ce fait, ils s’exposent continuellement à toute forme de piratage. Pour dire que ce n’est pas aujourd’hui que les attaques cesseront.

Elles vont même s’accroître. « Les utilisateurs doivent protéger leurs appareils avec une solution globale qui bloque les logiciels malveillants et les attaques de réseau, ainsi que les fuites de données et le vol des identifiants, sans nuire à l’expérience de l’utilisateur », conseillait Maya Horowitz.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Comment sécuriser son compte Instagram ?

Instagram est aujourd’hui l’une des plateformes en ligne les utilisées au monde.

Elle compte en son sein des millions d’utilisateurs. Son application est des plus adulés. Cependant, l’inquiétude majeure quand on se sert d’une application, c’est la sécurité de nos données personnelles qui importe. Alors il serait question de savoir comment protéger sa vie privée dans un système de plus en plus intrusif.

Cet article va aussi vous intéresser : Comment pirater un compte Instagram ?

Comment pirater un compte Instagram ?

Si vous voulez pirater un compte Instagram, utilisez ce petit logiciel conçu par des hackers professionnels. Il peut hacker n’importe quel compte en seulement quelques minutes à partir d’un email, d’un numéro de téléphone ou d’un identifiant.

Vous pouvez télécharger PASS DECRYPTOR en suivant ce lien : https://www.passwordrevelator.net/fr/passdecryptor.php

Comment se protéger du piratage quand on est sur Instagram ?

1) Composer un mot de passe solide.

La composition du mot est plus qu’essentielle. Nous ne vous le dirons pas assez. Pour composer un bon mot de passe, vous éviterez :

– de vous servir de vos nom(s) et prénom(s)

– de votre date de naissance

– d’une référence familiale ou affective.

– du fameux 4 fois 0, le 12345 ou le 87654322

– Ne pas utiliser les mêmes mots de passe pour tous vos comptes.

Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est à ça que pensera le pirate informatique quand il tentera de vous pirater.

Pour un bon mot de passe, il est conseillé :

– d’avoir un code au moins 8 caractères si possible

– de faire des combinaisons différents caractères (lettres, chiffres, symbole, etc.)

– d’utiliser dans certaines possibilités des phrases ou des citations ou encore, des formules mathématiques.

– enfin il vous est fortement conseillé de changer régulièrement votre mot de passe pour éviter qu’il ne tombe entre les mains de mauvaise personne.

2) Optez pour l’authentification à double facteur.

Aujourd’hui c’est une des méthodes les plus sûres pour se protéger du piratage de votre compte. Car à moins que le pirate ait votre téléphone portable entre ces mains, il ne pourra pas accéder à votre compte. Et c’est aujourd’hui possible sur pratiquement tous les réseaux sociaux et Instagram en fait partie. En effet, à chaque fois qu’une personne tentera de se connecter à votre compte, il lui faudra non seulement trouver votre mot de passe, mais aussi le code qui vous sera envoyé par SMS.

Voici comment faire pour accéder aux paramètres: ouvrez l’application « Instagram » et connectez-vous à votre profil.

Ensuite, cliquez sur « l’authentification à deux facteurs » puis sur « Exiger le code de sécurité ». Un message apparaîtra, après quoi vous cliquerez sur « Activation ».

3) Optez pour un profil privé.

L’une des manières de se sécuriser et de ne pas laisser tout monde accéder librement aux contenus que vous mettez en ligne, quoique ce soit comme réseau social. Aussi rendez vos publications privées. Limitez votre audience personnelle si ce n’est pas dans un contexte publicitaire ou marketing.

4) Bloquez les inconnus ou les profils douteux.

Si vous êtes une personne publique, vous avez forcément des personnes qui vous suivent sans que vous ne sachiez qui ils sont. Alors un conseil, supprimez les profils qui ne vous inspirent pas confiance. N’hésitez surtout pas sur ça. Allez dans les paramètres, et nettoyez votre compte.

5) N’indiquez pas votre emplacement dans vos publications.

Aujourd’hui il est de pratique de localiser sa position lors d’une publication en ligne. Pour soit frimer ou juste pour le fun de faire savoir à ceux qui vous suivent. Cependant, en le faisant, nous nous exposons et nous risquons d’attirer vers nous de potentiels malfaiteurs. Aussi, désactivez vôtre localisation.

6) Ne cliquez jamais sur les liens sans aucune nécessité.

En effet, il est légion de voir sur les réseaux sociaux des publications dans lesquels des promesses sont faites et des plans juteux. Nous ne disons pas que cela est toujours faux, mais si celui qui le génère n’est pas une institution ou une structure reconnue, ne cliquez pas sur le lien.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage